le régime d’Idriss Déby accusé de « répression implacable » contre l’opposition

2

Africa-PressTchad. A quelques jours de la présidentielle, un rapport de Human Rights Watch (HRW) accable les forces de défense et de sécurité. L’ONG les accuse de mener « une répression implacable » contre des opposants à l’approche de ce scrutin dont le président sortant, Idriss Déby Itno, candidat à un sixième mandat, est assuré de remporter.
Comme à chaque samedi, les opposants au régime d’Idriss Déby organisent des manifestations à N’djamena et dans plusieurs villes tchadiennes pour exiger l’alternance au pouvoir. Selon l’ONG Human Rights Watch (HRW), ces mobilisations sont violemment réprimées par des forces de l’ordre.

Selon des témoins interrogés par HRW, « des forces de sécurité ont passé à tabac des manifestants avec des fouets, des bâtons et des matraques ». « Un manifestant a également déclaré qu’il avait été soumis à des décharges électriques pendant sa détention », poursuit l’ONG de défense des droits humains dans son communiqué.

Lors des manifestations organisées par l’opposition, les forces de sécurité ont eu recours, selon HRW, à des gaz lacrymogènes et ont « procédé à l’arrestation arbitraire d’ au moins 112 membres et sympathisants de partis d’opposition et d’activistes de la société civile, dont certains ont été roués de coups ».

HRW dénonce un « usage excessif de la force contre des manifestants » ainsi que des « traitements inhumains et dégradants et de pratiquer la torture ». Du côté du pouvoir, on salue plutôt le professionnalisme des forces de l’ordre. Le ministre de la justice a par ailleurs précisé que les manifestations avaient été interdites.

Plusieurs opposants se sont retirés du processus électoral après les violences meurtrières au domicile du candidat recalé Yaya Dillo. Ceux-ci appellent désormais au boycott actif du scrutin et le départ du maréchal Déby au pouvoir depuis le coup d’Etat de 1990.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here