les services publics ne sont pas épargnés du manque d’électricité

2

Africa-PressTchad. La luminosité est faible dans un bureau de la commune du 6ème arrondissement de la ville de N’Djamena. Du secrétariat jusqu’au bureau titulaire, les agents des différents services utilisent la torche de leur téléphone pour parcourir les documents et les signer. C’est inimaginable mais c’est une réalité vécue pendant une demi-heure.

Quelques agents s’expriment : “on n’en parle plus du manque d’électricité, c’est depuis mercredi dernier que la Société nationale d’électricité (SNE) a coupé. On n’a plus d’énergie comme vous le constatez, nous utilisons la torche de téléphone”.

À la réception, c’est carrément le ténèbres, à tel point qu’on ne peut même pas voir sa paume de main. Les visiteurs, ceux qui sont venus demander un service ou bien un rendez-vous transpirent à grosses gouttes ; des vêtements bien mouillés, semblables à ceux d’un attaquant en plein match de football.

Face au défi énergétique, le ministère du Pétrole et de l’Énergie a annoncé la semaine dernière le renforcement de 150 citernes de carburant par mois au profit de la SNE, soit cinq de plus par jours.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here