« Je suis Achta Mahamat Nour, la vivante »

4
« Je suis Achta Mahamat Nour, la vivante »
« Je suis Achta Mahamat Nour, la vivante »

Africa-PressTchad. Tchadinfos est allé à la rencontre d’Achta Mahamat Nour, désignée membre du Conseil National de Transition (CNT), mais dont le nom sème la confusion avec son homonyme la défunte députée.

Pour lever l’équivoque, elle confirme qu’elle est bel et bien vivante. Témoignage. Je m’appelle Achta Mahamat Nour, native du Kanem. Je suis militante du parti, RNDT-Le Réveil.

J’occupe le poste de chef de service à l’action sociale et à la famille, à la primature. On vient de me décréter en tant que membre du CNT. Juste vous affirmez, que je suis Achta Mahamat Nour, la vivante.

Beaucoup de coïncidences du vivant de l’autre Achta Mahamat Nour Paix à son âme. On a eu beaucoup de coïncidences avec ma consœur Achta. J’ai eu beaucoup de difficultés dès mon intégration à la Fonction publique.

Comme la machine ne reconnaît pas deux noms. Après la fin de notre formation, j’ai constitué les dossiers de mes camarades de promotion pour l’intégration.

A ma grande surprise tout le monde a eu son intégration, sauf moi. Je suis partie voir la ministre de la Fonction publique. Après vérification, il s’avère qu’il y a une autre Achta Mahamat Nour, déjà intégrée au ministère de la Santé.

Croyant que, c’était elle qui était partie continuer sa formation. D’où ils l’ont reclassé avec mon attestation de sage-femme. La précision est venue de mon âge et du nom de ma mère sur mon état civil.

 

« Nous avons aussi eu un chevauchement de salaire, au moment où on percevait par billetage » Ma première affectation, était à Mao dans le Kanem.

Après quelques années de service, j’avais adressé une demande à mon délégué sanitaire, pour le pèlerinage à la Mecque. Il a apprécié l’idée. Faisant d’une pierre deux coups, il a postulé pour nous deux, c’est-à-dire pour lui et pour moi.

Effectivement, le ministère de la Santé était favorable à notre demande. Mon délégué était venu à N’Djamena pour une formation, il a profité pour faire sa formalité.

A son retour à Mao, il m’informe de la situation. Il m’avait dépêché sur N’Djaména en me payant le transport. Il m’a conseillé d’aller voir le Secrétaire général adjoint.

Je suis allé dans son bureau, entre-temps, le SGA, par méconnaissance, puisqu’il ne connaît pas une autre Achta Mahamat Nour, il a appelé la défunte pour lui présenter les papiers.

En toute franchise, elle dit n’avoir pas introduit une demande. «Peut importe, c’est le bon Dieu qui t’appelle » lance le SGA. Nous avons trouvé un terrain d’entente que je dois partir l’année suivante.

Lire aussi : On a vérifié pour vous : la députée Achta Mahamat Nour est bel et bien vivante Nous avons aussi eu un chevauchement de salaire, au moment où on percevait par billetage.

A grande surprise on me dit Achta, tu es morte. Les collègues, les journalistes m’appellent, je ne sais pas réellement si les morts peuvent ressusciter ou bien il y a pas d’autres noms Achta. Moi j’ai 41 homonymes. Elles s’appellent toutes Achta Mahamat Nour. Sur leurs actes de naissance, leurs prénoms c’est Achta Mahamat Nour.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here