L’ingérence du Rwanda en une incursion bénéfique pour le régime de Touadera

7
L’ingérence du Rwanda en une incursion bénéfique pour le régime de Touadera
L’ingérence du Rwanda en une incursion bénéfique pour le régime de Touadera

Africa-Press – Tchad. l’ingérence du Rwanda en Centrafrique qui s’accentue dans le pays est bénéfique pour le régime de Touadera. Le Soft power Tutsi a trouvé en Centrafrique un système diplomatique très défaillant. En fait, Touadera ne négocie pas les contrats diplomatiques pour le bien de son peuple, mais plutôt pour la survie de son pouvoir.

Touadera et son homologue Kagamé.

En effet, ne voyons pas le mal partout lorsqu’il s’agit de défendre notre héritage en commun la « République centrafricaine ». Le lendemain risquera d’être trop tard si nous agissons pas aujourd’hui et maintenant

Kagamé sait qu’il a déjà perdu en RDC. De plus en plus, les Congolais commencent à le dénoncer.

Félix Tshisekedi a surtout joué la bonne carte diplomatique en dénonçant le Rwanda auprès des Nations-Unies et aussi auprès du département d’État américain, lequel protégeait Kagamé depuis toujours.

Avez-vous vu l’ONU reconnaître le soutien du Rwanda au M-23

Avez-vous la diplomatie américaine reconnaître clairement le rôle joué par Kagamé dans la crise sécuritaire au Congo

Kagamé sait que c’est perdu. Il faut bien trouver une nouvelle colonie, car le Rwanda s’est bâti sur les richesses du voisin congolais.

Et le Centrafrique se trouve être le parfait point de chute pour le Soft power Tutsi. C’est le point de départ de l’ingérence du Rwanda en Centrafrique.

C’est depuis plus de sept ans que Kagamé lorgne la RCA

La RCA fait partie de son plan hégémonique. Il a commencé à travers l’aide sécuritaire qu’il a apporté au régime de transition en RCA

Ce sont les soldats rwandais qui assurent depuis sept ans la sécurité des hautes personnalités de notre pays. En temps normal, cela ne devrait enchanter aucun citoyen fermement attaché aux questions de souveraineté nationale.

Désormais, les Rwandais savent tout de nous. Excusez le terme qui va suivre : ils nous tiennent par les couilles

Le Soft power Tutsi a trouvé en Centrafrique un système diplomatique très défaillant. En fait, Touadera ne négocie pas les contrats diplomatiques pour le bien de son peuple, mais plutôt pour la survie de son pouvoir.

Un tel partenaire diplomatique ne peut qu’intéresser tout bon ravisseur. Et Kagamé a réussi le coup.

Notre Président, en plus des casques bleus rwandais présents en Centrafrique, a signé un accord bilatéral de défense avec le Rwanda. Ce qui fait que nous avons actuellement des forces spéciales rwandaises en Centrafrique

Disons-le plutôt clairement, alors que les Russes de Wagner prennent de plus en plus de recul, ce sont les Rwandais de Kagamé qui sont sur le front militaire

Avez-vous vu notre Président s’allier aux Rwandais en ayant un enfant avec une soldate rwandaise

Cela participe de la stratégie de Kagamé. C’est de l’ingérence du Rwanda en Centrafrique.

C’est de cette façon qu’il avait commencé avec Mobutu puis Kabila

Kagamé a su utiliser la faiblesse de notre Président : le sexe. Disons-le clairement, sans manquer de respect à la haute autorité centrafricaine

Dire que Touadera a fait un enfant avec cette femme Tutsi, c’est tout pour le bonheur de Kagamé qui sait désormais sur quel levier s’appuyer

Ne nous détournons pas de l’essentiel : en plus de l’accord sur le plan de la défense, Touadera a signé beaucoup de contrats économiques et miniers officiels et non-officiels avec le Rwanda de Kagamé

Des terres même au niveau de la capitale centrafricaine ont été bradées à vile prix aux concessionnaires Rwandais

Sans compter les hectares de terres arables vendus aux Rwandais au niveau de Mboko et DAMARA (le village présidentiel)

Actuellement à Bangui, ce sont les Rwandais qui tiennent les caves, les bars, les services d’alimentation

Nous ne sommes pas contre le fait que les étrangers viennent investir dans notre pays, mais cela doit se faire en tenant compte des intérêts des centrafricains (les vrais propriétaires de ce pays)

Triste est de constater que les nommés Bida Koyagbélé, Maxime Kazagui et Émile Nakombo participent bien à cet envahissement

En fait, c’est Kazagui qui conduisit Touadera pour la première fois chez Kagamé (nous étions encore en 2016)

C’est Bida Koyagbélé qui est presque derrière tous les contrats économiques et miniers signés avec les Rwandais. L’homme a en effet des entrées faciles au Palais de Kigali

Nakombo, par contre, use de son pouvoir de Maire de la ville de Bangui pour brader des domaines de l’État aux Rwandais

Ce traitement de complaisance, nos autorités ne pourront jamais l’avoir pour leurs concitoyens, même si ceux-ci ont des projets ingénieux. Voilà tout le danger.

Il vous souviendra que, dans un passé récent, la MAE Sylvie Baipo Témon, avait même dit que la nationalité centrafricaine serait même accordée à tous les Rwandais qui veulent venir investir en Centrafrique

C’est bien beau, mais même au Rwanda, on ne distribue pas la nationalité comme des petits pains.

Le danger de cette naturalisation des Rwandais est qu’ils pourraient tranquillement infiltrer la vie politique, et devenir demain élus de la Nation ou même Président. Comme ci les 5 millions de Centrafricains qui existent, ne sont pas des méritants.

L’envahissement des rwandais est aujourd’hui sur tous les plans

Ils ont déjà commencé à implanter leurs églises en Centrafrique. Ils nous ont amené leur « dieu », un peu comme les occidentaux faisaient naguère.

Au plan stratégique, les Rwandais occupent aujourd’hui tous les postes stratégiques au niveau des institutions internationales en Centrafrique

La cheffe de la MINUSCA est rwandaise. Le chef de la Banque Mondiale est Rwandais. Le chef de l’UNPOL de la MINUSCA est Rwandais. La liste est non exhaustive. Comment ne pas penser à un plan d’envahissement de la RCA ? N’existe-t-il pas d’autres frères africains plus méritants pour être nommés à la tête des institutions internationales en Centrafrique ?

Quelque part, l’on pourrait accuser un manque de lucidité de la part de la France de Macron et aussi du SG de l’ONU, qui de plus en plus, se montrent complaisants vis-à-vis du tyran Kagamé.

Et le Tutsi a bien usé de cette note de complaisance pour imposer les siens dans ce pays qu’il entend conquérir

Même le fait que la cheffe de la MINUSCA soit rwandaise, alors que ce pays a des visées expansionnistes, est déjà un danger majeur, car, chef de la MINUSCA, elle a tous les renseignements sur le pays.

L’activisme de Rugabiza, cheffe de la MINUSCA, n’est qu’un trompe-l’oeil. En réalité, il s’agit juste d’avoir la sympathie des centrafricains et de commencer l’explosion abusive du pays en douce.

On nous accuse, nous qui sommes opposés à l’ingérence du Rwanda en Centrafrique, d’être contre le régime de Bangui. Il ne s’agit pas d’être contre les efforts sécuritaires déployés par le régime en place. D’ailleurs, qui a intérêt que les centraricains tombent encore sous les balles ?

Le Président Touadera a le libre choix de faire des pactes avec des États qui peuvent venir sur le plan de la défense ou des investissements. Mais manquer de lucidité au point de nous imposer Kagamé est une erreur grave qui aura des conséquences sur l’avenir de ce pays.

Premièrement, parce que le Rwanda n’est pas un pays de démocratie. Là bas, on tue les opposants, les leaders de la société civile, on musèle la presse. Ce qui est très loin des valeurs qu’incarne le Peuple centrafricain.

Ensuite, le Président Touadera, intellectuel de son état, aurait pu faire recours à la géopolitique de l’Afrique pour compter le nombre de victimes que Kagamé a fait en RDC.

En Centrafrique, cela risquera d’être bien pire, car, à l’opposé de la RDC, il s’agira, pour nous, d’un asservissement volontaire.

Ce sont nos autorités qui les ont amenés. Ce sont nos dirigeants qui ont signé des contrats avec eux. Ils contrôlent tout, alors, ils pourraient se livrer au pillage du pays, bon comme leur semble.

Chers centrafricains, n’attendez pas que le Rwanda accepte qu’il est en Centrafrique pour asservir ce pays. Voyez-vous que malgré qu’il est acculé en RDC, Kagamé continue toujours à nier son rôle plus que criminel dans l’enlisement de la situation sécuritaire au Congo ?

La diplomatie de Kagamé est une diplomatie de ruse.

Il n’y a pas longtemps que Vincent Biruta niait leur ingérence, cependant, le 8 Août dernier, il a été à Bangui, pour parler du prochain référendum constitutionnel.

En effet, que Kagamé finance le référendum en Centrafrique, cela ne devrait, en principe, surprendre personne. Car, Kagamé a tout intérêt que Touadera soit maintenu au pouvoir pour qu’il puisse poursuivre l’exploitation du pays. Kagamé sait très bien que les entrées qu’il a avec Touadera, il ne les aura aucunement avec un dirigeant visionnaire et soucieux de son Peuple.

Il faut que les centrafricains comprennent que le régime de Touadera n’a aucun programme pour les sortir de la misère. Touadera ne se lassera pas de signer tous les contrats possibles pour que son pouvoir soit protégé. D’ailleurs, les plus grands contrats qu’il a signés durant son mandat, n’ont été que des accords de défense.

Nous devons donc être nombreux à manifester notre ras-le-bol face à cet envahissement de notre pays.

À lire aussi : Andjilo, Pino-Pino, deux grands criminels de la milice Anti-Balaka sont en formation militaire à Berongo

Nous devons lancer une pétition et la faire parvenir aux Nations Unies, pour demander urbi et orbi le départ du Rwanda en terre centrafricaine. Nous pouvons faire partir le Rwanda et faire venir par exemple l’Afrique du Sud ou le Nigéria, ce sont deux puissances militaires du continent. Toujours est-il qu’avec une diplomatie forte, nous devons nous assurer qu’un partenariat avec ces pays doit être respectueux de notre souveraineté.

Nous devons rédiger des documents bien renseignés sur les crimes commis par le Rwanda en RDC, et montrer les risques que représente ce pays pour le Centrafrique, et faire parvenir ce document à la Communauté Internationale (CPI, UE, UN, UA etc.)

Nous devons prendre attache avec des frères Congolais pour créer un bloc face à la volonté hégémonique de Kagamé.

Nous devons aussi pactiser avec des opposants Rwandais, favorables à cette lutte pour démonter le monstre Kagamé.

Nous devons attirer l’attention des médias sur l’asservissement en cours de notre pays.

In fine, Touadera devrait passer, à la fin de son mandat, devant une Cour Criminelle Spéciale, pour cette haute trahison et pour le bradage de notre Nation.

Il n’y a rien de plus sacré que de défendre la République. Logiquement, cette lutte devrait être celle de tous. Voyez comment les Congolais (opposants, acteurs de la majorité présidentielle, leaders de la société, artistes, journalistes, citoyens lambdas) sont aujourd’hui vent debout contre les crimes perpétrés par Kagamé.

Jusqu’à quand les centraricains sauront-ils se mettre d’accord sur l’essentiel.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Tchad, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here