dialogue entre la société civile, les jeunes et les femmes

4
dialogue entre la société civile, les jeunes et les femmes
dialogue entre la société civile, les jeunes et les femmes

Africa-Press – Tchad. Après le lancement des travaux, les organisations de la société civile, celles de jeunes et de femmes ont échangé ce 11 janvier 2022 avec les différents comités. Les échanges ont porté sur plusieurs rapports présentés par les cinq présidents de différents comités.

S’agissant du comité 1 : paix, sécurité et réconciliation, le président Djasnabaye Abdraman a souligné plusieurs questions qui ont fait l’objet de débats des pré-forums organisés dans les provinces.

Il s’agit du recrutement de militaires et leurs formations, la question de postes politiques de l’Etat par des analphabètes, le non-respect des textes et lois de la République par le gouvernement et les autorités compétentes.

Le comité 2 présidé par le Dr Ramadji Alfred se penche sur les réformes des institutions, la constitution, le processus électoral, la participation de citoyens, la mise sur pied d’un comité ad hoc, la réforme de l’état, le rapport entre les trois pouvoirs de l’Etat, l’administration territoriale et locale, le système de décentralisation, les insuffisances et les lacunes de lois élaborées et la question de l’âge éligible pour être président de la République.

Quant au comité 3 : droit et libertés fondamentales, il est présidé par Dobian Asingar. Il traite des questions de droit humain, le respect et l’application des lois et conventions ratifiées par le Tchad, la démocratie, l’alternance, l’obligation de rendre compte, l’indépendance de la presse et l’absence de la liberté de la liberté de presse, la promotion des droits des personnes vivant avec un handicap, la suspension de droit à la retraite doit être au cœur du débat du dialogue national.

Présidé par Zakaria Moussa, le comité 4 traite des politiques sectorielles, l’aménagement du territoire, les affaires sociales, la culture, l’entrepreneuriat, la transformation des produits locaux et les énergies renouvelables adaptées au biodiversité de notre pays, l’ajustassions de système éducatif, le développement rural, la souveraineté alimentaire, entre autres.

Enfin, le comité 5 qui traite des questions sociétales est présidé par le Dr Baniara Yoyana. Il planche sur les sujets liés à l’éthique, aux comportements et aux valeurs, à la moralisation de la vie nationale, la lutte contre la corruption, les détournements, les prévarications et prédations de toutes sortes, les chefferies traditionnelles et les confessions religieuses.

Après la présentation des rapports par les présidents, les questions sur la méthodologie, le critère d’éligibilité de participation au dialogue, la question de la gestion des ressources humaines, l’agenda du dialogue, ont été débattus.

Au cours des échanges, les recommandations ont été faites et présentées : la promulgation de projet de la charte, la création d’une commission vérité justice et réconciliation au Tchad, la fourniture en pour les éleveurs, l’inscription du pays sur la politique extérieure concernant la diplomatie économique, traditionnelle, environnementale et sociale, l’intensification de la sensibilisation au respect de l’éthique et des valeurs morales, devant le déclin de l’éducation civique et l’usage abusif des réseaux sociaux etc.

Clôturant la deuxième journée des travaux, le ministre d’Etat chargé de la Réconciliation nationale et du Dialogue Acheikh Ibn Oumar a apprécié la participation des toutes les organisations de la société civile, des jeunes et des femmes.

Enfin, il a précisé qu’il faut maintenir l’unité nationale et préserver les acquis du dialogue national, tout en appelant à la volonté de tous pour la réussite de ce dialogue.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Tchad, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here