Togo-Dr Christian Spieker “Un jour cette bande de terre du Togo britannique…nous reviendra”

12
Togo-Dr Christian Spieker “Un jour cette bande de terre du Togo britannique…nous reviendra”
Togo-Dr Christian Spieker “Un jour cette bande de terre du Togo britannique…nous reviendra”

Africa-Press – Togo. Peuple togolais que nous sommes, ne perdons jamais d´espoir pour notre pays et son unification. C´est un pays qui souffre et cette souffrance vient de nous-mêmes et de notre égoïsme mais il se relèvera un jour et sera uni. Togo britannique nous reviendra un jour, quel que soit le temps que cela prendra. Tout est possible. Seule notre unité et l´amour pour notre pays compteront pour atteindre cet objectif.

En venant au monde chacun a une mission bien précise sur cette terre qui lui a été assignée, quelle que soit sa durée d´existence ou de vie. La mienne c´est de me battre politiquement pour l´unification du pays qui m´a vu naître. Moi, je ne suis pas venu au monde pour chercher de l´argent. Je suis venu au monde pour aimer mon pays et lutter pour lui. Non seulement c´est mon engagement mais aussi c´est mon devoir. On ne fuit pas son devoir. Quelle que soit sa nature et sa taille, je ne fuirai pas la mienne. Togo britannique, nous l´aurons un jour. Même si ce ne sera pas de mon vivant, la base sera posée. La bataille juridique et diplomatique sera difficile mais nous allons la gagner face au Ghana.

Mais seul, je ne peux rien car une seule personne ne peut pas mener le combat de tout un pays et le gagner, moins encore celui de l´unification de notre pays. Pour cela il faut notre unité, du nord au sud derrière ce combat. Même si nous, nous ne pouvons pas voir ce rêve se réaliser de notre vivant, au moins il faut poser les bases et les jalons pour les prochaines générations qui récupéreront de droit cette partie de notre territoire. Mon optimisme pour la réunification des deux Togos vient des exemples.

130 ans d´absence, 26 œuvres d´art pillées au Bénin par la France dans la bataille de colonisation, retrouvent leur terre natale ce jour du 10 novembre 2021 car le président Patrice Talon l´a voulu et l´a formellement demandé avec insistance auprès des autorités françaises. Je suis confiant pour notre unification aussi car j´ai cette force qui m´anime et qui anime aussi sans doute d´autres Togolais comme moi et que je ne connais pas mais qui auraient le même souhait ardent et la même force patriotique que moi pour récupérer le Togo britannique. Le moment venu, je pense que nous mènerons ensemble ce combat d´unification pour notre pays et pour sa grandeur. La réunification allemande était possible car les Allemands l´ont voulue et ils aiment leur pays. Le temps aussi a changé en leur faveur en 1989 pour la permettre avec la chute du mur de Berlin. Pourquoi pas chez nous au Togo même si ce n´était pas un mur qui est érigé au Togo. Un jour, ce temps aussi d´unification arrivera au Togo en notre faveur. Nous allons nous battre et montrer notre détermination en prouvant avec les documents à l´appui que ce référendum du 9 mai 1956 est du faux et que tout est organisé dans la seule intention de rattacher cette partie du Togo au Ghana d´aujourd´hui. J´ai tous les documents de l´ONU, fiables à prouver pour mener ce combat.

Aujourd´hui nous sommes en 2021. Ce référendum a été organisé en 1956. Donc, ça fait 65 ans. Ce temps écoulé n´est rien. Non, on ne va pas désespérer.

Qui a cru qu´un jour, 26 œuvres d´art pillées par la France au Bénin 130 ans après, en 1892 au moment de la bataille de la colonisation, allaient retrouver la terre natale ? Personne ne l´aurait cru, même les Béninois eux-mêmes ne l´auraient jamais cru. Et pourtant, après 130 ans du temps écoulé, je dis bien 130 ans, ces oeuvres d´art retrouvent leur terre natale aujourd´hui 10 novembre 2021. C´est un grand jour pour le Bénin mais aussi pour le Togo car c´est un pays voisin. C´est un espoir qui renaît aussi pour le Togo pour réparer les injustices entraînant le partage du Togo.

Dans la grandeur d´un pays ou son rayonnement, le président joue un grand rôle. C´est pourquoi il faut de la chance pour un peuple d´être dirigé par les présidents patriotes. C´est Patrice Talon qui a formulé cette demande avec sérieux et détermination en exigeant le retour des œuvres d´art béninoises, pillées par la France pendant la bataille colonisatrice en 1892. Il l´a fait au temps de François Hollande, président de la république française mais ce dernier a rejeté sa demande. Mais il n´a pas baissé les bras. Un jour aussi viendra où un président togolais, patriote, formulera cette demande de la récupération de notre territoire à l´endroit d´un président ghanéen.

Convenez avec moi que lorsqu´on prend quelque chose injustement à autrui ou bien on le gagne d´une manière injuste ou frauduleuse, la conscience de celui qui l´a pris ou gagné frauduleusement n´est jamais tranquille. Je suis sûr et certain que les présidents successifs du Ghana ne sont jamais aussi tranquilles dans leur conscience. Car ils savent que le Togo britannique a été rattaché d´une manière injuste ou frauduleuse à base d´un référendum au Ghana et que ce territoire quittera un jour le Ghana pour revenir au Togo. Ils sont conscients de cela qu´un président togolais, patriotique et nationaliste le revendiquera un jour. C´est que ce moment n´est pas encore arrivé. Je prie Dieu que cet honneur me revienne un jour à la hauteur de ma force patriotique et de mon ambition pour faire ce boulot laissé à mi-chemin par les pères nationalistes et vaillants, auxquels on doit tous les honneurs patriotiques aussi bien aux Togolais nationalistes du Togo britannique que du Togo français au temps de leur combat héroïque mené ensemble pour l´unification des deux territoires divisés face aux ennemis de la patrie et des traîtres qui luttaient pour la grandeur de la France au lieu de lutter pour l´unification et la grandeur du Togo, leur patrie.

Mes chers compatriotes, un jour cette bande de terre du Togo britannique qui longe notre pays au sud jusqu´au nord à Dapaong nous reviendra. J´ai cette confiance. Mais nous devons aussi savoir que cela ne tombera pas du ciel. Sans notre action, sans notre volonté de la récupérer, cette partie de terre ne nous reviendra jamais. Si le président Patrice Talon n´avait pas agi, s´il n´avait pas formulé cette demande patriotique, la France ne remettrait jamais ces oeuvres d´art, même si Emmanuel Macron avait préalablement fait cette déclaration dans son discours au Burkina Fasso en 2017 et s´est engagé à les restituer.

Nous aussi, nous devons agir auprès des autorités ghanéennes afin qu´elles sachent que nous considérons toujours cette partie du Togo comme notre territoire, mais seul un président de la république peut le faire. Nous allons à tout prix, prouver que le Royaume-Uni n´a pas respecté son engagement qu´il a pris auprès de la SDN devenue aujourd´hui ONU, d´administrer le Togo placé sous sa tutelle et non de l´intégrer dans sa colonie Gold Coast, actuel Ghana pour en faire une seule colonie. Convenez avec moi que le Royaume-Uni est un pays qui ne respecte jamais ses engagements qu´il a pris. Ils sont comme ça, les Anglais. Prenons par exemple les engagements qu´ils ont pris et les accords qu´ils ont signés en sortant de l´Union européenne. Aussitôt leur sortie, le Premier ministre Boris Johnson est en train de les remettre en cause vis-à-vis de l´union européenne. C´est le même comportement qu´ils avaient adopté vis-à-vis du Togo britannique quand il était sous leur tutelle administrative. Si en 2021 le Royaume-Uni agissait de la sorte vis-à-vis de l´UE sans gêne, quelle force aurait la population du Togo britannique en 1956 pour s´opposer à ce référendum préparé et organisé par le Royaume-Uni, une puissance coloniale de Gold Coast, même si le Conseil de tutelle de l´ONU en était l´initiatrice ? Qui a émis l´idée de ce référendum si ce n´est pas le gouvernement de Kwame N´Krumah avec l´appui de sa puissance coloniale, le Royaume-Uni auprès du Conseil de tutelle de l´ONU. La bataille sera rude et longue mais nous allons la gagner. Le Togo britannique nous reviendra un jour à coup sûr. C´est pour nous.

Jamais, ne considérons pas que c´est fini. Rien n´est fini. Après 130 ans les Béninois ont retrouvé une partie de leurs arts pris injustement. Alors, pourquoi pas nous les Togolais, nous ne pouvons pas retrouver un jour notre territoire, pris injustement et frauduleusement sous une forme légale qui est le référendum ? Certes, le Ghana ne va pas nous le remettre comme un simple courrier dans la boîte à lettre. Ce serait au prix de la bataille juridique et diplomatique pour la gagner, cette cause commune. Et surtout, je dis bien surtout, il faut notre unité au Togo, du sud au nord car c´est une cause commune. Sans cette unité des Togolais on n´aura rien. Ce n´est pas avec cette division d´aujourd´hui dans un Togo où un seul parti veut diriger le pays pendant 100 ans et l´opposition aussi très divisée que nous allons pouvoir récupérer le Togo britannique. C´est un échec d´avance sans notre unité et l´amour pour le Togo.

Si nous n´enterrons pas notre égoïsme et individualisme et surtout aussi le tribalisme, nous ne pouvons jamais faire de ce pays, un pays beau et ériger sa grandeur qu´il méritait au temps des Allemands et qui lui a valu le nom de Musterkolonie Togo ( Togo, colonie modèle).

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Togo, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here