Au Togo, même nommer un ministre est un problème

6
Au Togo, même nommer un ministre est un problème
Au Togo, même nommer un ministre est un problème

Africa-Press – Togo. Dans notre parution N°1120 du 02 Octobre 2023 dans un article intitulé « Plus de trois mois après, enfin un nouveau conseil des ministres avec un gouvernement incomplet », nous relevions l’absence de conseil de ministre qui est un organe établi par la Constitution pour discuter et adopter certains des actes principaux du pouvoir exécutif, comme le dépôt des projets de loi du gouvernement ou la nomination de hauts fonctionnaires et officiers militaires.

Légitimement, on peut se demander par quelle alchimie se prenaient les grandes décisions de la gouvernance du pays sans conseil des ministres depuis trois mois…

Le retour de ces conseils de ministres était intervenu après le remaniement du 08 septembre 2023.Ce remaniement a fait de Christian Trimua jusque-là ministre des Droits de l’Homme, Secrétaire Général du Gouvernement en remplacement de Malick Natchaba. Même si le cumul de postes est une habitude décapante au sein du régime, celui de Me Trimua est intenable du moment où le Secrétaire assure la coordination des actions du gouvernement.

Malgré cette réalité qui saute aux yeux comme le nez au visage, il a fallu attendre six mois pour trouver le successeur à Christian Trimua.

Et qui encore ? Pacôme Adjourouvi , jusqu’ici 4ème Vice-Président de l’Assemblée Nationale qu’on voit de temps en temps dans le cirque du Cadre permanent de concertation (CPC).Il a été fait ministre des Droits de l’homme, de la formation à la citoyenneté et des relations avec les institutions de la République le 06 mars 2024.L’ancien adjoint au maire d’Evry en France écume la Présidence de la République Togolaise depuis 2017 avec le passage de son ami Manuel Valls au Togo.

Pourquoi attendre autant de temps avant de remplacer un ministre pour l’efficacité des actions du gouvernement ?

A ce jour, il y a plusieurs institutions au Togo qui n’ont plus de tête depuis plusieurs mois notamment la Cour Constitutionnelle, les Préfectures du Golfe et d’Agoè-Nyive, le District Autonome du Grand Lomé.

Même le volet industrie charcuté du ministère du Commerce, c’est dans les coulisses qu’on a appris qu’il a été rattaché au ministère de la Promotion des Investissements sans que la population n’en soit informée.

Finalement, tout est difficile pour Faure Gnassingbé même nommer un ministre ou un haut fonctionnaire de la République.

Honoré ADONTUI

Source: Lecorrecteur

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Togo, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here