Togo-CODITOGO exige la libération immédiate et sans condition de Jean Paul Oumolou

9
Togo-CODITOGO exige la libération immédiate et sans condition de Jean Paul Oumolou
Togo-CODITOGO exige la libération immédiate et sans condition de Jean Paul Oumolou

Africa-Press – Togo. CODITOGO EXIGE LA LIBERATION IMMEDIATE ET SANS CONDITION DE JEAN-PAUL OUMOLOU ET DE LA CENTAINE DE PRISONNIERS POLITIQUES DETENUS DANS LES GEÔLES DU REGIME DICTATORIAL ET LIBERTICIDE DE FAURE GNASSINGBE

CODITOGO a appris avec indignation et consternation le kidnapping de notre compatriote Jean-Paul Edoh Koffi Oumolou, exilé politique en Suisse, de passage à Lomé. Selon les informations dignes de foi, notre camarade de lutte a été enlevé et violemment embarqué de force par des individus cagoulés et lourdement armés. Molesté et conduit d’abord à une destination inconnue, l’alerte générale a permis de le retrouver plus tard dans les locaux tristement célèbres de torture et de violation systématique des droits de l’homme de la SCRIC (Service Central de Recherches et d’Investigation Criminelles).

CODITOGO dénonce et condamne avec véhémence cet enlèvement à la gestapo qui vient allonger la longue liste de kidnappings des camarades de la diaspora, critiques et opposés radicalement au régime dictatorial militaro-monarchique des Gnassingbé. Elle se souvient du cas du camarade Kofi Folikpo, enlevé le 11 août 2010 dans les rues de Lomé et embastillé, de celui du Dr Antoine Randolph, kidnappé le 17 février 2016 sur une plage de Lomé et inculpé d’atteinte à la sûreté de l’État, et plus récemment, de l’arrestation rocambolesque du camarade irlando-togolais Aziz–Abdel Goma, jeté arbitrairement en prison et sans jugement depuis le 21 décembre 2018. M Goma souffre le martyr quotidien sous des tortures inhumaines et dégradantes, le rendant aujourd’hui paralytique et grabataire.

CODITOGO élève une vive protestation contre l’état liberticide, de violence, d’emprisonnements politiques, de torture, de terreur, de répression, de violations systématiques des droits de l’Homme, établi en méthode de gouvernement du Togo et les arrestations arbitraires tous azimuts de membres de la diaspora en visite sur la Terre de nos Aïeux.

CODITOGO exige la libération immédiate et sans condition du camarade Jean-Paul Oumolou, d’Aziz Abdel Goma et de tous les détenus politiques au Togo.

CODITOGO tient le gouvernement usurpateur de Faure Gnassingbé entièrement responsable des conséquences dramatiques de ces ignominieux kidnappings et détentions

arbitraires qui s’apparentent à tous points de vue à des pratiques dignes de la Corée du Nord.

CODITOGO invite la Diaspora et le Peuple togolais à ne céder ni à l’intimidation, ni à la tactique de terreur de Faure Gnassingbé et à se remobiliser davantage pour mettre fin définitivement à ce régime cinquantenaire, qui, né de la violence, se nourrit de la violence et se perpétue impunément dans la violence.

CODITOGO invite la communauté internationale, les organisations des droits de l’Hommes, la Diaspora africaine et les médias à se pencher sérieusement sur les cas permanemment chroniques de torture et de violations systématiques des droits de l’Homme au Togo. Il s’agit d’une pratique singulière du régime togolais pour battre en permanence un record vil de longévité au pouvoir ! Avec aussi un record vil de comptabilité macabre !

CODITOGO appelle toutes les associations et organisations de la diaspora à la concertation pour manifester pacifiquement devant les représentations du Togo à l’étranger jusqu’à la libération totale et sans condition de Jean-Paul Oumolou, d’Aziz Abdel Goma et de tous les détenus politiques au Togo. Elle appelle aussi à un rejet catégorique de la campagne de recensement de la diaspora orchestrée par les services béquilles de la dictature, jusqu’à satisfaction totale des exigences de libération de nos camarades détenus.

C’est le lieu pour CODITOGO d’inviter instamment les organisations et les membres de la diaspora qui ne l’ont pas encore fait de s’impliquer activement dans le projet de parrainage des prisonniers politiques au Togo car ils ont tous besoin urgemment de notre soutien pour leur survie et leur libération.

Que viennent les tyrans, ton cœur soupire vers la liberté !

Unissons nos forces et restons déterminés pour libérer la Terre de nos Aïeux de ce régime monarchique, liberticide, violent, corrompu et autocratique qui ne ressemble pas aux Togolais !

Le Togo est notre bien commun, il ne saurait être la propriété d’un clan ou d’une minorité quelle qu’elle soit !

Fait à Paris, le 08 Novembre 2021.

Pour CODITOGO,

Raymond Ayivi Coordinateur général.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Togo, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here