Togo/Elections-canton de Lassa : un chef traditionnel menace d’expulser un candidat de son village

1
Togo/Elections-canton de Lassa : un chef traditionnel menace d’expulser un candidat de son village
Togo/Elections-canton de Lassa : un chef traditionnel menace d’expulser un candidat de son village

Africa-Press – Togo. Communiqué du groupe indépendant KOZAH-ESPOIR relatif aux menaces qui pèsent sur ses représentants dans le canton de Lassa*

Depuis quelques jours, les représentants du groupe indépendant Kozah-Espoir subissent des menaces et pressions de la part des cadres de leur village.

Malgré les communiqués incessants de propagande du gouvernement sur la non violence en période électorale et l’invitation du ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et du Développement des Territoires, destinée aux chefs traditionnels « *à œuvrer à la consolidation de la démocratie et de l’État de droit, à la sécurité, à la cohésion sociale, à l’unité et la sauvegarde de la paix en prenant suffisamment de hauteur* », le chef du village Aloum dans le canton de Lassa a convoqué le dimanche 14 avril 2024, le vice-président cantonal de Kozah-Espoir à son domicile pour lui interdire toutes activités politiques dans le village. Il menace de l’expulser du village.

Aussitôt informé, le mardi 16 avril 2024, le Bureau Exécutif Kozah-Espoir a saisi le président de la CELI KOZAH 1 et 2, qui a dépêché directement sans tarder, un de ses membres pour rencontrer nos représentants et le chef du village d’Aloum. Ce dernier n’a pas eu le courage de reconnaître ses propos dangereux, mais a déclaré que nos représentants tiennent des réunions politiques dans le village sans l’informer. Ceci est archi faux, car KOZAH-ESPOIR n’a pas encore tenu son meeting dans le canton. Les activités quotidiennes de sensibilisation, de porte-à-porte en période électorale n’étant pas soumises à une autorisation d’un chef traditionnel quel qu’il soit, Kozah-Espoir trouve insoutenable l’argument du chef. Le comble c’est que ce chef qui est sensé être neutre et accueillir tous les candidats, prend clairement parti en condamnant notre représentant d’être Kozah-Espoir, alors que sa mère est la présidente des femmes Unir.

Cette position partisane et inconstitutionnelle du chef village, est d’une extrême gravité.

Malgré l’arbitrage du représentant de la CELI que nous saluons, le président cantonal de KOZAH-ESPOIR reçoit des appels téléphoniques de menace de mort.

Son vice-président est de nouveau convoqué ce jeudi 18 avril 2024 à midi, par un autre chef de village. Celui d’AGBANDADE dont il est originaire. Cette fois-ci, on lui demande de se présenter avec ses deux parents et les sages de sa famille.

Kozah-Espoir dénonce avec véhémence cet acharnement et persécution contre ses representants, condamne avec la dernière fermeté l’immixtion de ces chefs traditionnels qui sont au service du parti Unir et les invite à cesser immédiatement ces menaces et intimidations qui sont d’une autre époque et qui les rabaissent. Il les tient pour responsables de tout ce qui adviendra.

Kozah-Espoir invite les autorités compétentes à garantir la sécurité de ses représentants cantonaux et à sanctionner ceux qui par zèle ou pour des raisons funestes, se livrent à des comportements qui sapent le vivre ensemble.

KOZAH-ESPOIR invite les organisations nationales et internationales de défense des droits humains à porter leur regard sur le processus électoral dans la Kozah.

Fait à Kara le 18 avril 2024

Le Président,

Ricardo Agouzou

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Togo, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here