la difficile quête de consensus de Faure Gnassingbé pour les régionales

7
Togo : la difficile quête de consensus de Faure Gnassingbé pour les régionales
Togo : la difficile quête de consensus de Faure Gnassingbé pour les régionales

Africa-PressTogo. Depuis quatre mois, les modalités de l’organisation des élections régionales sont au cœur des discussions. La date du scrutin n’a pas encore été fixée, mais il devrait se tenir au plus tard en septembre prochain.

Comment parvenir à organiser les futures élections régionales de façon consensuelle ? Comment répartir les sièges suivant les cinq régions administratives du pays ? À quoi ressembleront le chronogramme et le protocole à suivre dans le contexte de crise sanitaire?

Moins de deux ans après la tenue des premières élections municipales depuis trente ans, le Togo se dirige vers l’organisation des régionales pour parachever son processus de décentralisation. Mais, alors que la date du scrutin n’est pas encore fixée, les règles du jeu font l’objet d’intenses tractations politiques depuis quatre mois. Le président togolais a chargé son gouvernement de parvenir à un consensus d’autant plus difficile à trouver que, un an après la présidentielle de 2020, une partie de l’opposition conteste toujours la victoire de Faure Essozimna Gnassingbé.

Sur la centaine de partis politiques recensés au Togo, 26 seulement ont été invités à participer à cette Concertation nationale entre acteurs politiques (CNAP). Parmi les critères d’éligibilité, le fait d’avoir participé à au moins une des trois dernières élections. Mais parmi ceux-ci, une partie a refusé de répondre à l’invitation.

De nombreux absents

Début février, le Comité d’action pour le renouveau (CAR) a suspendu sa participation au dialogue. Le parti fondé par l’ancien Premier ministre Yawovi Madji Agboyibo a argué ne pas avoir été entendu sur plusieurs des points qu’il souhaitait mettre à l’ordre du jour, notamment sa demande de lever des poursuites à l’encontre d’Agbeyomé Kodjo.

Ce dernier, qui continue de se proclamer « président élu », est toujours poursuivi pour « troubles aggravés à l’ordre public » et « atteinte à la sécurité intérieure de l’État ». Sans surprise, sa formation, le Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD), ne participe pas au dialogue. De même que la Dynamique Mgr Kpodzro (DMK), qui avait porté la candidature de Kodjo à la présidentielle, n’a assisté à aucune des réunions qui se succèdent depuis décembre dernier sous la houlette du ministre de l’Administration territoriale, Payadowa Boukpessi. La Convention démocratique des peuples africains (CDPA) de Brigitte Adjamagbo-Johnson a également brillé par son absence.

Au total, 17 partis ont répondu présent. Leurs représentants participent aux débat dirigés par un bureau à la présidence tournante, assurée tour à tour par un membre de l’Union des forces du changement (UFC, opposition) et de l’Union pour la République (UNIR, le parti de Faure Gnassingbé). L’objectif, fixé par le ministre Payadowa Boukpessi, est clairement défini : après les élections communales de juin et août 2019, « le gouvernement veut procéder à l’installation effective des régions qui interviendra à la suite de l’élection des conseillers régionaux prévue pour 2021. »

Jean-Pierre Fabre rompt avec la stratégie de la chaise vide

Si l’un des participants aux quatre sessions qui se sont tenues depuis décembre assure que « les discussions se déroulent sur une base de confiance », les contestations qui ont suivi la proclamation de la victoire de Faure Gnassingbé ont laissé des traces. « Cette présidentielle n’a pas étanché la soif de changement des populations », estime Kagbara Innocent, député et président du Parti Démocratique Panafricain (PDP), dont la candidature à l’élection avait été invalidée. L’opposant a cependant décidé de s’engager dans le dialogue en cours, insistant sur « le besoin d’entreprendre les réformes majeures nécessaires à la reconstruction d’une stabilité durable ».

Également présente autour de la table, l’Alliance nationale pour le Changement (ANC) de Jean-Pierre Fabre est bien décidée à jouer sa propre carte, et refuse d’adopter la stratégie de la chaise vide de la DMK ou de la CDPA. Après son cuisant échec lors de la dernière présidentielle, à laquelle il était arrivé en troisième position loin derrière Agbéyomé Kodjo – que beaucoup, au sein de son parti, attribuent aux conséquences du boycott des législatives de 2018 -, Jean-Pierre Fabre entend désormais « apporter aux discussions des contributions à la hauteur des attentes des populations togolaises, qu’il s’agisse de l’amélioration du cadre électoral, des mesures d’apaisement politique et des questions économiques et sociales », assure Patrick Lawson, premier vice-président de l’ANC qui représente Fabre à ce dialogue.

Outre les prérogatives des futures régions dans le développement économique ou en matière de services publics de proximité, l’élection des conseillers régionaux a aussi un enjeu politique qui dépasse le seul cadre des collectivités territoriales. Il est en effet prévu que deux tiers des futurs sénateurs soient élus par les conseillers régionaux. L’un des sujets de discussion en cours porte justement sur la répartition géographique de ces « grand électeurs » selon la démographie de chacune des régions. Institué par la Constitution de 2002, le Sénat n’a toujours pas été mis en place.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here