Paludisme : le nombre de décès en baisse, selon l’OMS

1
Paludisme : le nombre de décès en baisse, selon l'OMS
Paludisme : le nombre de décès en baisse, selon l'OMS

Africa-Press – Togo. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié, le 30 novembre, son rapport annuel 2023 sur le paludisme dans le monde. D’après ce document, 608 000 personnes sont mortes de cette maladie en 2022, dont 580 000 décès, soit 95%, ont eu lieu sur le continent africain.

Parmi les décédés, près de huit sur dix sont des enfants de moins de 5 ans. Cinq pays sont particulièrement touchés: le Nigeria, la République démocratique du Congo, l’Ouganda, le Mozambique et le Niger.

L’OMS pointe la pandémie de covid-19 et les crises sécuritaires, notamment en Afrique subsaharienne, qui ont « bouleversé » les campagnes de mobilisation. Elle indique que le taux de mortalité est néanmoins en forte baisse à l’échelle continentale: il est passé de 140 à 55 décès pour 100 000 habitants entre 2000 et 2022. L’organisation estime que le déploiement à grande échelle de deux nouveaux vaccins sera crucial dans la lutte contre le paludisme.

Alors que se tient la COP28 à Dubai, l’organisation pointe le lien entre le développement de la maladie et le réchauffement climatique. « Il faut, plus que jamais, riposter au paludisme de façon pérenne et résiliente et associer à cette action des mesures urgentes visant à ralentir le rythme du réchauffement climatique et en atténuer les effets », a déclaré le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, soulignant que l’action est d’autant plus urgente dans les régions les plus vulnérables.

« La variabilité du climat génère un risque considérable », indique aussi l’OMS qui s’appuie sur un cas concret. Selon elle, les inondations au Pakistan en 2022 ont multiplié par cinq le nombre de cas de paludisme dans le pays.

La région Afrique de l’OMS continue de payer le plus lourd tribut au paludisme. En 2022, l’ensemble de la région a enregistré 94 % de tous les cas de paludisme (233 millions de cas) ; 95 % de tous les décès dus à cette maladie (580 000 décès). Près de 78 % de tous les décès dus au paludisme dans la région concernent des enfants de moins de 5 ans. L’an dernier, quatre pays de la région Afrique ont enregistré près de la moitié des cas à l’échelle mondiale: le Nigeria (26,8 %), la République démocratique du Congo (12,3 %), l’Ouganda (5,1 %) et le Mozambique (4,2 %).

Sur le long terme (2000-2022), l’incidence de la maladie et le taux de mortalité dans la région Afrique ont reculé: l’incidence de la maladie (cas pour 1 000 habitants exposés au risque de paludisme) a chuté, passant de 369,3 en 2000 à 222,6 en 2022. Le taux de mortalité (décès pour 100 000 habitants exposés au risque de paludisme) a également chuté, passant de 142,6 en 2000 à 55,5 en 2022.

Incidence de la maladie

La situation s’est aggravée, surtout en Afrique subsaharienne, en raison des interruptions de services durant la pandémie de covid-19 et d’autres urgences humanitaires. Entre 2019 (avant la pandémie) et 2022, le nombre total de cas de paludisme estimés dans la région Afrique a considérablement augmenté, passant de 218 millions à 233 millions. Des hausses significatives des nombres de cas ont été enregistrées au Nigeria (5,3 millions), en Éthiopie (2,4 millions), à Madagascar (1,5 million), en Ouganda (1,3 million), en République-Unie de Tanzanie (1,3 million), au Mali (1,1 million) et au Mozambique (1 million).

Dix pays n’ont constaté que peu d’évolution (hausse ou baisse de moins de 5 %) de l’incidence de la maladie en 2022 par rapport à 2015: le Bénin, le Botswana, la République du Congo, le Gabon, le Liberia, la Namibie, le Nigeria, la République démocratique du Congo, le Soudan du Sud et le Tchad. L’incidence a néanmoins augmenté de 5 à 25 % en Côte d’Ivoire, en Guinée-Bissau et en Ouganda, atteignant 25 à 55 % de plus en Angola, au Burundi et à Madagascar, ainsi que 55 % de plus et au-delà aux Comores, en Érythrée et à Sao Tomé-et-Principe. Le taux de mortalité a connu une hausse de 25 à 55 % en Angola et à Madagascar ainsi que de 55 %, voire plus, aux Comores et en Érythrée.

Entre 2019 et 2022, le Rwanda a enregistré un fort recul du nombre de cas de paludisme (3,8 millions). En 2022, l’Afrique du Sud, l’Éthiopie et le Zimbabwe ont diminué le taux de mortalité de 55 %, voire plus ; vingt-sept pays ont réussi à réduire le taux de mortalité de moins de 55 %. En 2022, les Comores et Sao Tomé-et-Principe n’ont rapporté aucun décès dû au paludisme pour la première fois. Cette même année, le Botswana, l’Érythrée et Eswatini ont rapporté moins de dix décès dus au paludisme ; le Cap-Vert n’a signalé aucun décès associé au paludisme depuis 2018 et a déposé une demande formelle de certification de l’élimination du paludisme (décision attendue début 2024).

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Togo, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here