Relation Chine Afrique: 100 ans d’Histoire de Développement commun

4
Relation Chine Afrique: 100 ans d’Histoire de Développement commun
Relation Chine Afrique: 100 ans d’Histoire de Développement commun

Africa-PressTogo. En un siècle de coopération économique «gagnant-gagnant», la Chine et l’Afrique ont su bâtir une communauté de destin commun.
Le 1er juillet 2021 marque le 100e anniversaire du Parti communiste chinois (PCC). En revisitant l’histoire du 20e siècle, nous allons constater que les dirigeants du PCC de différentes générations accordent une importance particulière au continent africain. Dans ses contacts avec l’Afrique, le PCC a toujours adhéré à l’objectif de bénéfice mutuel à travers un modèle de développement commun gagnant-gagnant. Au fur et à mesure des changements du contexte international, le PCC sait s’adapter au temps et s’ajuster pour mieux répondre aux besoins mutuels, par exemple en améliorant les formes de l’aide et en enrichissant les contenus de la coopération sino-africaine. People’s Daily Online profite de cette occasion pour retracer les échanges fraternels entre l’Afrique et le PCC.[1]

Relations internationales : L’aide à l’Afrique de 1949 à 1978

De la fondation de la République populaire de Chine en 1949 à la réforme et à l’ouverture en 1978, la Chine a fait face à une situation intérieure et internationale compliquée. L’économie intérieure était très difficile, alors que le camp capitaliste dirigé par les États-Unis menait un blocus contre les pays communistes. La relation sino-soviétique s’est rompue par la suite. La Chine était ainsi face à un contexte doublement complexe puisque caractérisé par la confrontation imposée par les États-Unis et par l’Union soviétique.

Cette période a coïncidé avec les mouvements de libération en Afrique. Les pays africains, tout en luttant pour l’indépendance, cherchaient aussi à développer leur économie nationale. À ce stade, le PCC a fourni des assistances désintéressées de toutes sortes aux pays africains indépendants, tout en les aidant à renforcer leur autonomie économique afin de consolider leur souveraineté.

Selon les statistiques, de 1956 à 1977, la Chine a fourni 2,476 milliards de dollars d’aide à 36 pays africains, soit 58 % de l’aide étrangère totale du pays (4,276 milliards de dollars). Plus précisément, le montant de l’aide à l’Afrique de 1956 à 1969 a représenté 43,5% de l’aide étrangère totale, tandis qu’au début des années 1970, elle a substantiellement augmenté puisqu’elle a constitué les 2/3 de l’aide étrangère totale. En 1974, l’année la plus élevée, 85 % de l’aide étrangère de la Chine a été consacrée à l’Afrique.

Après 1976, l’aide de la Chine à l’Afrique s’est maintenue en moyenne à plus de 70 millions de dollars par an, en couvrant principalement les domaines de l’agriculture, de la transformation des produits agricoles, de la conservation de l’eau, de l’électricité, des textiles, des transports et du forage de puits. La Chine n’a jamais attaché de conditions politiques à ses aides, et a toujours suivi les « Huit Principes pour l’aide économique et l’assistance technique à d’autres pays» proposés par l’ancien Premier ministre Zhou Enlai lors de sa visite en Afrique de 1963 à 1964.

En 1965, la Tanzanie et la Zambie se sont successivement tournées vers les pays occidentaux et l’Union soviétique pour obtenir de l’aide, mais en vain. Malgré les difficultés économiques et une capacité de transport ferroviaire gravement insuffisante, le Président Mao Zedong a volontiers accepté de donner un coup de main aux deux pays. À cet égard, Zhou Enlai a donné l’explication suivante : « Nous considérons ce projet d’aide économique dans la perspective de soutenir la cause de libération nationale des pays africains, et les aider signifie nous aider nous-mêmes».

Un autre exemple est qu’en 1963, la Chine a envoyé sa première équipe médicale en Algérie. C’était la première équipe médicale que la Chine ait dépêché à l’étranger. Pendant des décennies, les assistances médicales chinoises ont manifesté la compétence et le professionnalisme des équipes impliquées avec un sens élevé des responsabilités, gagnant ainsi la confiance et le respect du peuple africain.

Au cours de cette période, le PCC a également signé des accords avec de nombreux pays africains pour développer les échanges commerciaux. Le volume du commerce sino-africain a augmenté d’année en année. Il était de 12,14 millions de dollars en 1950, 110 millions de dollars en 1960, 177 millions de dollars en 1970 et 1,19 milliard de dollars en 1980.

En plus de fournir une assistance à l’Afrique et de développer le commerce bilatéral, le PCC a accordé une attention particulière à l’échange d’expériences en matière de construction économique et de gouvernance de l’État. En 1963, lors d’un entretien avec des amis africains, Mao Zedong a déclaré : «Quand vous serez devenus indépendants, nous souhaitons que vous restiez fermes, non seulement politiquement, mais aussi économiquement, et que vos pays ne soient pas subvertis par d’autres puissances». Deng Xiaoping a aussi souligné en 1964, lors d’une conversation avec Henry Mulli, premier ambassadeur de Kenya en Chine, qu’une nation doit non seulement être indépendante politiquement, mais aussi indépendante économiquement, afin d’être vraiment autonome.

Relation Chine Afrique : «Coopération gagnant-gagnant» du début des 1980 à la fin des 1990

De la fin 1982 au début 1983, les dirigeants du PCC se sont rendus dans 11 pays africains et ont avancé les «Quatre Principes» – les principes de l’égalité et du bénéfice mutuel, de l’efficacité, de la diversité et du développement mutuel – pour les relations économiques avec l’Afrique. Ces quatre principes représentent une mise en gamme des coopérations économique et technologique entre la Chine et l’Afrique. En 1992, les dirigeants du PCC ont encore proposé les « Six Principes » pendant leur visite en Afrique pour soutenir l’intégration du continent africain.

En 1995, le PCC a émis les «Quatre Avis» sur la réforme des méthodes d’aide non économiques à l’Afrique. L’année suivante, ce sont les «Cinq Suggestions» qui ont été annoncées : «Nous devons être sincères et amicaux, nous traiter d’égal à égal, nous bénéficier mutuellement, renforcer la consultation réciproque et faire face ensemble à l’avenir». Ces «Cinq Suggestions» dépassent le cadre traditionnel de la coopération sino-africaine en exprimant le désir de la Chine de construire des partenariats stables et globaux à long terme pour le 21e siècle.

Au cours de la période des années 1980 à la fin des années 1990, l’aide de la Chine aux pays africains s’est diversifiée. Par exemple, pour consolider l’aide, la Chine est passée d’un rôle passif de constructeur à un rôle plus engageant, telles que la participation à la gestion, la coopération en matière de management, l’entiercement et les contrats de location, etc. C’est en participant à la gestion et à l’exploitation que des entreprises africaines telles que l’usine de textile de l’amitié de la Tanzanie (aujourd’hui Tanzania China Friendship Textile Co Ltd.), l’usine textile de Mulungushi en Zambie, l’usine textile Segou du Mali, l’usine de cimenterie du Rwanda ont réalisé un redressement et obtenu de bons avantages économiques dans les années 1980.

Selon les statistiques, de 1979 à 1995, le nombre de projets de construction et de coopération de la Chine en Afrique était de 5 494, avec un montant total de 6 963,25 millions de dollars. Le montant pour l’Algérie seule a atteint 907,67 millions de dollars. La nouvelle forme d’aide de la Chine à l’Afrique a atteint l’objectif de développement commun et de bénéfice mutuel grâce à une participation mutuelle.

Cependant, les années 1990 ont été considérées comme la « décennie perdue » de l’Afrique. En raison de la récession économique et du protectionnisme dans les pays développés, l’économie africaine a connu de graves difficultés au cours de cette période. En réponse à la marginalisation du continent africain sur la scène internationale, la Chine a appelé la communauté internationale à plusieurs reprises à accroître l’aide à l’Afrique et à améliorer l’environnement de développement auquel l’Afrique était confrontée.

Le gouvernement chinois a encouragé ses entreprises à s’implanter dans les pays africains pour développer le commerce, par exemple installer des usines, s’engager dans l’assemblage de pièces mécaniques, créer des co-entreprises ou sous-traiter des services de main-d’œuvre. La Chine a aussi sollicité ses entreprises pour qu’elles augmentent les importations en provenance des pays africains. En outre, le gouvernement chinois a envoyé et formé des experts techniques et des talents de gestion dans divers domaines tels que la plantation de riz, la culture de légumes et les machines agricoles.

Entre le milieu et la fin des années 1990, alors que la situation politique dans le continent africain se stabilisait, le processus d’intégration politique et économique de l’Afrique s’est accéléré et la situation macroéconomique a commencé à s’améliorer. Au cours de cette période, le volume des échanges sino-africains a maintenu une tendance à la hausse. Le volume total des échanges bilatéraux est passé de 1,67 milliard de dollars en 1990 à 6,48 milliards de dollars en 1999, avec un taux de croissance annuel moyen de 16%.

En 1995, la Chine a commencé à réformer ses méthodes d’aide étrangère. En 1999, elle a accordé des prêts préférentiels à 23 pays africains et a mis en œuvre 33 projets de prêts préférentiels. La nouvelle méthode d’aide étrangère a été acceptée par un nombre croissant de pays africains et a eu de bons effets sociaux et économiques. Dans le même temps, les investissements chinois en Afrique ont fortement augmenté. À la fin de 1999, la Chine a investi un total de 440 millions de dollars en Afrique et a créé 351 entreprises, principalement dans les domaines de l’industrie légère, de l’électromécanique, du textile, de l’habillement et de la pharmacie.

Une communauté de destin commun pour l’humanité au 21e siècle

Le 21e siècle est salué par les pays africains comme le «Siècle de la renaissance africaine». C’est aussi un nouveau siècle de développement mutuel et d’amitié entre l’Afrique et la Chine. Afin de répondre aux défis posés par la mondialisation, le Forum on China-Africa Cooperation (FOCAC) a été officiellement créé en 2000 à l’initiative conjointe de la Chine et des pays africains.

Le FOCAC a placé les relations sino-africaines sur la voie d’un développement institutionnalisé, en passant de «nouveau type de partenariat», «nouveau type de partenariat stratégique» à «partenariat stratégique global». L’objectif consiste à construire, l’Afrique et la Chine ensemble, une communauté de destin commun à long terme.

Lors de la 1ère réunion ministérielle en 2000 du FOCAC, la Chine a annoncé des mesures pour réduire ou exonérer les dettes de 10 milliards de yuans dans les pays africains très endettés et moins avancés, et a aussi créé le Fonds africain de développement des ressources humaines. En 2003, la 2ème réunion ministérielle a annoncé que dans le cadre du Forum, la Chine continuerait d’augmenter l’aide à l’Afrique, de former 10.000 talents de divers types pour les pays africains dans les trois ans suivants, et d’accorder un traitement en franchise de droits à certains des pays les moins avancés pour des produits exportés vers la Chine.

En 2006, le Sommet de Beijing et la 3ème réunion ministérielle ont proposé les «Huit Mesures» pour soutenir le développement des pays africains, notamment la création d’un Fonds de développement Chine-Afrique, l’aide à la construction du Centre de conférence de l’Union africaine, l’exemption de dettes et des taxes et l’établissement de zones de coopération économique et commerciale. En 2009, la 4ème réunion ministérielle a annoncé les «Huit Nouvelles Mesures», couvrant l’agriculture, la protection de l’environnement, la promotion des investissements, l’allégement de la dette et l’élargissement de l’accès au marché, etc.

En 2012, la 5ème réunion ministérielle a annoncé une série de mesures pour soutenir le développement pacifique de l’Afrique et renforcer la coopération sino-africaine dans cinq domaines : l’investissement et le financement, l’aide, l’intégration africaine, les échanges populaires, la paix et la sécurité. En 2015, le Sommet de Johannesburg et la 6ème réunion ministérielle ont annoncé les «Dix Plans de Coopération» entre la Chine et l’Afrique dans les domaines de l’industrialisation, de la modernisation agricole, des infrastructures, des finances et du développement vert. En 2018, le Sommet de Beijing et la 7ème réunion ministérielle ont proposé les «Huit Actions Majeures» pour se concentrer sur la promotion industrielle, la connectivité des installations d’infrastructure, la facilitation du commerce, le développement écologique, la santé et l’hygiène, les échanges culturels, etc.

Depuis plus de 20 ans, le FOCAC a créé un nouveau modèle de coopération amicale et de développement commun entre les pays en développement. En termes de construction d’infrastructures, fin 2011, la Chine a aidé à la construction d’environ 270 projets dans 51 pays d’Afrique, représentant environ 25 % du montant total de l’aide chinoise à l’Afrique. Les dernières données de janvier 2021 montrent que la Chine a aidé l’Afrique à construire plus de 6 000 kilomètres de voies ferrées, 6 000 kilomètres de routes, près de 20 ports et plus de 80 centrales électriques à grande échelle. Les infrastructures de la Chine en Afrique couvrent principalement les ponts, les routes, les ports, les aéroports, l’électricité et les installations de communication. Une fois ces projets achevés et mis en service, ils ont joué un rôle très important dans le développement économique local.

Prenons aussi l’exemple du commerce sino-africain et les investissements chinois dans ce secteur. En 2000, le volume des échanges commerciaux sino-africains a dépassé pour la première fois les 10 milliards de dollars. En 2019, le volume des échanges commerciaux a dépassé les 200 milliards de dollars, soit 20 fois celui de 2000. En 2019, les investissements directs de la Chine en Afrique se sont élevés à 49,1 milliards de dollars, soit 100 fois celui de 2000. La Chine est devenue le plus grand partenaire commercial de l’Afrique pendant 11 années consécutives. Le niveau d’investissements directs sur le continent africain a atteint 110 milliards de dollars, contribuant à plus de 20% à la croissance économique de l’Afrique pendant de nombreuses années. Même en 2020, sous l’impact de la Covid-19, les investissements directs de la Chine en Afrique restent fondamentalement au même niveau qu’en 2019.

Depuis le début du 21e siècle, en tant que « Continent de l’Espoir », les pays africains ont connu une croissance rapide en devenant l’une des régions les plus dynamiques du monde, avec un taux de croissance annuel moyen de 5 % de 2000 à 2012. L’Afrique subsaharienne a même atteint 5,6 %. Parmi les 10 pays à la croissance la plus rapide au monde, il y a 6 pays africains. L’essor de l’Afrique est devenu aujourd’hui un sujet très important pour le monde entier.

Les «Cinq Non» dans les relations sino-africaines

La coopération sino-africaine a favorisé le développement commun des deux parties en insufflant une nouvelle vitalité à l’économie mondiale. Plus important encore, après la création du FOCAC, un nouveau type de relation Sud-Sud a été progressivement mis en place. Surtout après la mise en route de l’initiative « la Ceinture et la Route » en 2013, la coopération sino-africaine s’est à nouveau accélérée. Lorsque le Président chinois Xi Jinping s’est rendu en Afrique en 2013, il a notamment souligné que « la Chine et l’Afrique ont toujours été une communauté de destin commun ».

Dans son discours prononcé lors de la cérémonie d’ouverture du Sommet de Beijing du FOCAC en 2018, Xi Jinping a encore une fois évoqué la « Communauté de destin Chine-Afrique avec un avenir partagé ». Il a insisté sur les « Cinq Non » dans les relations diplomatiques avec l’Afrique, c’est-à-dire : ne pas s’ingérer dans la voie de développement des pays africains, ne pas s’immiscer dans les affaires intérieures des pays africains, ne pas imposer sa volonté aux pays africains, ne pas attacher de condition politique à l’aide à l’Afrique, et ne pas chercher de gains politiques privés dans l’investissement et le financement en Afrique. Xi Jinping a également appelé d’autres pays à respecter ces « Cinq Non » lorsqu’ils traitent des affaires africaines. De 2020 à 2021, la Chine et l’Afrique se sont unies dans la lutter contre l’épidémie, montrant une fois de plus la fraternité des deux parties pour construire une communauté de destin commun.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here