CAN 2022 : le Sénégal sacré champion d’Afrique

3
CAN 2022 : le Sénégal sacré champion d'Afrique
CAN 2022 : le Sénégal sacré champion d'Afrique

Africa-Press – Cameroun. Premier sacre pour les Lions de la Teranga. Au terme d’une finale âpre et disputée face à l’Égypte, le Sénégal est venu à bout des Pharaons en s’imposant aux tirs au but (0-0, 4-2 t.a.b). Un succès historique pour les Sénégalais qui n’avaient jusqu’alors jamais remporté la Coupe d’Afrique des Nations. Les coéquipiers de Mohamed Salah, quant à eux, ne s’offriront pas un huitième titre dans la compétition. Retour sur la rencontre.

LE MATCH. Les Lions l’emportent au bout du suspense

Après un nouvel hommage rendu aux victimes de la bousculade mortelle survenue aux abords de ce même stade le 25 janvier dernier, le coup d’envoi du choc entre la Côte d’Ivoire et l’Égypte est donné par les Lions de la Teranga au coup de sifflet de l’arbitre Sud-Africain Victor Gomes. Et très vite, les Lions de la Teranga vont prendre les devants dans cette finale. Servi par Idrissa Gueye, Saliou Ciss contrôle parfaitement de la poitrine et se projette dans la surface de réparation. Trop rapide, il est fauché par Abdel Monem (4e). Le penalty est indiscutable ! Sadio Mané se présente alors face à l’infranchissable Gabaski. Mais le gardien des Pharaons plonge du bon côté et repousse la frappe du Sénégalais (7e).

Quelques instants plus tard, c’est au tour d’Ismaïla Sarr de s’essayer. Mais sa tentative, trop écrasée, est facilement captée par le portier égyptien (12e). Au quart d’heure de jeu, le Sénégal tient la possession de balle (60 %), tandis que l’Égypte ferme le jeu et ralentit le rythme. Les Lions de la Teranga parviennent toutefois à se créer de bonnes situations, notamment côté droit avec les débordements tranchants d’Ismaïla Sarr (18e, 23e). La première réponse égyptienne est à l’initiative de Mohamed Salah – peu avant la demi-heure de jeu – qui dribble quatre joueurs sénégalais avant de frapper. Trop écrasé là encore, le tir est aisément capté par Édouard Mendy (28e). À l’approche de la mi-temps, le rythme retombe d’un cran et les occasions se raréfient. En fin de première période toutefois, Mohamed Salah, encore lui, contraint Édouard Mendy à s’illustrer d’une très belle parade (43e). Et à la pause, les deux sélections sont dos à dos (0-0).

Au retour des vestiaires, aucun changement n’est à signaler et l’Égypte donne le coup d’envoi du second acte. Toutefois, c’est encore une fois le Sénégal qui porte le ballon vers l’avant et multiplie les situations dangereuses, à l’instar d’Idrissa Gueye (50e), Bouna Sarr (53e) ou Diedhiou (56e). Mais l’inévitable Gabaski a toujours le dernier mot. À l’approche de l’heure de jeu, Carlos Queiroz opère trois changements offensifs pour l’Égypte avec les entrées de Trézéguet, Ahmed Sayed et Marwan Hamdi respectivement à la place de Alr El Sulaya (59e), Omar Marmoush (59e) et Mostafa Mohamed (59e). Côté sénégalais, Pape Gueye fait son entrée à la place de Cheikhou Kouyaté (67e). Mais aucune réaction ne se produit et Aliou Cissé, le coach des Lions de la Teranga, opère alors deux nouveaux changements. Boulaye Dia et Bamba Dieng font leur entrée en jeu à la place d’Ismaïla Sarr (77e) et de Famara Diedhiou (77e). Malgré quelques frissons en fin de seconde période, ni le Sénégal, ni l’Égypte ne parvient à briser le verrou adverse. Et malgré trois minutes de temps additionnel, le score reste inchangé. Les deux sélections se départageront donc en prolongations.

Si l’Égypte donne le coup d’envoi de ces prolongations, c’est le Sénégal qui allume la première mèche avec une frappe de Bamba Dieng (91e), encore repoussée par l’incorrigible Gabaski. L’attaquant olympien retente sa chance de la tête, mais le portier égyptien s’interpose (100e). Encore. Et en fin de match, Bamba Dieng s’essaye à nouveau d’une frappe puissante à l’entrée de la surface de réparation (115e). C’était sans compter sur Gabaski, qui repousse une énième fois (115e). À son tour, Édouard Mendy est mis à contribution et sauve les Lions de la Teranga, sur une frappe plein axe de Mahmoud Hamdy (116e). Un véritable duel de gardiens, qui va finalement se conclure aux tirs au but. Après deux penaltys manqués par l’Égypte, Sadio Mané se présente face à la muraille Gabaski avant d’armer une puissante frappe. Le portier égyptien s’élance du bon côté mais ne peut, cette fois-ci, changer la destinée des Pharaons. Le Sénégal est sacré champion d’Afrique. Le stade d’Olembé exulte.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Cameroun, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here