la présence de bandits armés perturbe la quiétude à Ouadda

5
la présence de bandits armés perturbe la quiétude à Ouadda
la présence de bandits armés perturbe la quiétude à Ouadda

Africa-Press – CentrAfricaine. Depuis quelques mois, les activités quotidiennes sont paralysées dans la ville de Ouadda, située à 791 kilomètres à l’est de la République centrafricaine. Cette perturbation est provoquée par la présence des rebelles dans cette partie du pays où le maire de la ville, Michel Puyodé Mapouka, appelle le gouvernement à agir.

La République centrafricaine commence peu à peu à retrouver la stabilité après de nombreuses années passées de la crise sécuritaire. Cette quiétude se caractérise par la présence de l’autorité de l’Etat constatée dans presque toutes localités du pays. Cela favorise le retour des investisseurs et faciliter ainsi le relèvement du pays.

Mais certaines localités des villes lointaines notamment à l’Est restent en proie à des menaces sécuritaires. C’est le cas de la ville de Ouadda située à 791 kilomètres à l’est du pays où depuis le mois de mai dernier, les activités sont paralysées du fait de la présence des rebelles dans les localités.

C’est une situation qui pousse Michel Puyodé Mapouka, maire de la ville de Ouadda, à appeller le gouvernement à agir.

« La ville de Ouadda est sous la menace des groupes armés, il n’y a pas d’autres forces dans cette localité pour sécuriser la population. Ce qui fait que ces derniers font des exactions comme bon leur semble sans s’inquiéter. Si je ne me trompe pas, il ne reste que 20% de populations dans cette ville, qui ne peuvent pas vaquer librement à leurs différentes activités champêtres. En plus de cela, le centre de santé est fermé et les médecins se sont retirés de la ville, laissant les citoyens à la merci de tous les maux sanitaires et les enfants à la déperdition scolaire, suite à la fermeture des établissements depuis vers 2018. A cela, nous lançons nos cris de cœur au gouvernement de nous envoyer des forces de l’ordre pour la protection de la population afin que les humanitaires puissent revenir dans la ville » , a-t-il lancé sur les ondes de la radio Ndèkè Luka.

Cette inquiétude vient au moment où la restauration de l’autorité de l’Etat commence à être effective dans nombreuses localités du pays, occupées pendant plusieurs années par les forces négatives avant d’être libérées par les forces gouvernementales.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here