Le président Touadera et l’ambassadeur du Koweït

2
Le président Touadera et l’ambassadeur du Koweït
Le président Touadera et l’ambassadeur du Koweït

Africa-Press – CentrAfricaine. De nombreux ambassadeurs accrédités pour la République Centrafricaine (RCA) ont pour résidence dans les pays voisins, notamment à Yaoundé au Cameroun, à Ndjamena au Tchad soit dans les deux Congo et le Soudan.

Pourquoi ces ambassades ne prennent pas des résidences à Bangui ? Ce constat est aussi fait par des observateurs de la vie politique centrafricaine. Parmi les pays membres de l’Union Européenne, seule la France a son ambassade et sa résidence à Bangui.

Les autres sont ailleurs. Pourtant, la délégation de l’Union Européenne s’est installée depuis très longtemps dans ce pays et n’a jamais fermé ses portes malgré le degré des violences dans le pays.

L’Italie, l’Allemagne, l’Espagne, le Royaume, la Belgique… ont des ambassades installées à Yaoundé. Les pays comme la Corée du Sud, la Turquie, le Canada gèrent les affaires centrafricaines aussi depuis à Yaoundé.

La capitale de la République Démocratique du Congo, le Kinshasa abrite pour le compte de la RCA les ambassades de la Tanzanie, du Ghana, du Royaume des Bas, de l’Inde…

Le Tchad abrite pour la RCA les ambassades du Royaume d’Arabie Saoudite et du Niger. Khartoum, la capitale du Soudan accueille pour le compte de la RCA les ambassades de la Suède et du Koweït.

Les Philippines ont installé leur ambassade auprès de la RCA avec résidence à Abuja (Nigeria) et la Géorgie à Addis Abéba (Ethiopie). Ces quelques exemples démontrent combien des pays du monde s’intéressent à la RCA mais hésitent à s’installer sur place à Bangui.

Pour quelles raisons ? Les raisons sont diverses selon des diplomates qui se sont confiés à Oubangui Médias. D’abord, l’insécurité chronique depuis plusieurs décennies n’encourage pas ces pays à s’installer en RCA.

Alors que même ceux qui se sont installés n’ont pas été ciblés dans les conflits, sauf le Tchad et le Soudan dont des centrafricains les accusent d’avoir fournis des mercenaires aux rebelles.

Les autres pays n’ont pas été attaqués sur le sol centrafricain depuis le début de la dernière crise déclenchée en 2012. L’Allemagne regrette le fait que son plus grand projet ait été détruit dans la zone de Paoua alors que l’ancienne rébellion de François Bozizé cherchait à prendre le pouvoir en 2003.

Depuis cette année, tout a été transféré à Yaoundé. Certains diplomates indiquent que la voix de la Centrafrique n’a pas été entendue depuis très longtemps dans les instances internationales.

Son porte-parole devant l’ONU et les instances internationales fut la France. « Je voulais parler de la France qui a été longtemps comme porte-parole de la Centrafrique.

Donc, si elle n’encourage pas les autres pays à s’installer, les gens ne veulent pas prendre un risque. Elle a longtemps joué ce rôle-là mais les choses changent depuis un certain temps.

La diplomatie centrafricaine prend une dimension offensive et c’est à encourager », a confié à cœur ouvert un diplomate d’un pays membre de l’Union Européenne dont son pays ne dispose pas d’ambassade ici à Bangui.

Ces propos ne sont pas du tout partagés du côté de la diplomatie française. Des indiscrétions ont lâché que chaque pays au monde est souverain et libre d’installer son ambassade en RCA en fonction de ses moyens.

Que doivent faire les autorités centrafricaines ? Une diplomatie plus forte, offensive et apaisée doit conduire les autorités centrafricaines à rassurer ces pays afin d’ouvrir leurs ambassades en RCA.

Rester dans les pays voisins, parfois éloignés pour gérer les affaires de la RCA se présente comme un risque qui consiste à ne pas toucher les vraies réalités de la chose.

C’est un manque à gagner pour la RCA de ne pas avoir sur son sol plusieurs représentations diplomatiques. Dans ce pays, les structures onusiennes et les ONG humanitaires ont pris la place des représentations diplomatiques.

Plusieurs pays qui n’ont pas leurs ambassades ici ont au moins une ONG sur place. Quel rapport ces ONG font à leurs pays pour ne pas ouvrir les ambassades sur place ? Difficile pour le moment de le savoir mais, souvent la RCA est négativement présentée ailleurs dans les grandes rencontres et foras.

Alors, les autorités centrafricaines doivent mettre les bouchées doubles pour rassurer et drainer les ambassades qui pourront à leur tour drainer les investisseurs afin de contribuer au développement de la RCA.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la CentrAfricaine, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here