Décès de l’ancien ministre Mohamed Abdoulkarim : un hommage unanime

1
Décès de l’ancien ministre Mohamed Abdoulkarim : un hommage unanime
Décès de l’ancien ministre Mohamed Abdoulkarim : un hommage unanime

Africa-Press – Comores. Avant-hier soir, on apprenait le décès de l’ancien ministre Mohamed Abdoulkarim. Il est né en 1975 à Mdjakagnoi – Madjini dans le sud de l’ile de Ngazidja.

« Il faut avoir de l’ambition parce que le pays a beaucoup de potentialités » disait-il en novembre 2011 dans le journal Albalad. On l’a vu par tout le cheminement de son parcours tant professionnel que politique. En effet, il a occupé, tout au long de sa carrière, de hautes fonctions au sein du gouvernement du président Ikililou Dhoinine, notamment en qualité de Ministre de l’Education nationale, Ministre des Relations extérieures et Député à l’Assemblée nationale.

Pharmacien de formation. Il avait soutenu sa thèse de doctorat en pharmacie en 2002 au Maroc et avait fondé en 2003, une pharmacie basée principalement sur les génériques car disait-il, il voulait « rendre les médicaments accessibles à la population, en essayant d’apporter le maximum de produits génériques qui sont par définition moins couteux ».

Dr Abdoulkarim fut également enseignant-chercheur à l’École de Santé de l’Université des Comores. Sa disparition à 47 ans des suites d’une maladie, a crée un choc pour la région et les jeunes pour qui, Abdoulkarim symbolisait la réussite par le savoir et qui avait su, de tout temps, garder des rapports profondément humains avec les gens. Presque tous les témoignages, tant dans les réseaux sociaux que lors des funérailles, le décrivent comme un être qui a toujours privilégié, l’entente entre les gens et était d’un abord facile même quand il occupait des hautes fonctions au sein de l’État selon Fundi Rifki.

Dans un communiqué du ministère des Affaires Étrangères, il est rapporté que « Par cette disparition brusque, le pays perd un de ses dignes fils qui l’ont servi avec professionnalisme et honnêteté. Ses obsèques ont eu lieu hier dans son village natal de Mdjankagnoi, en présence d’une foule nombreuse. Il fut un des jeunes cadres formés après l’indépendance, à s’intéresser à la politique, sans attache partisane.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here