La diaspora, est-elle le maillon fort du Plan Comores Émergents ?

3
La diaspora, est-elle le maillon fort du Plan Comores Émergents ?
La diaspora, est-elle le maillon fort du Plan Comores Émergents ?

Kamal Gamal

Africa-Press – Comores. Pour intégrer la diaspora dans le développement du pays, le gouvernement à travers le ministère des affaires étrangères a organisé un atelier de trois jours sur l’élaboration de la stratégie de mobilisation de la diaspora. Cet atelier devait définir le cadre d’orientation et de contributions de la diaspora au PCE.

La réflexion sur une implication de la diaspora dans le développement du pays se poursuit, étant considérée comme un levier important du Plan Comores Émergents (PCE). C’est dans ce contexte que Saïd Maoulana, secrétaire général du ministère des affaires étrangères a montré que cet atelier se veut une initiative qui rentre dans le cadre des activités validées par le comité de pilotage du 11 mai 2022. « Cet atelier porte sur les travaux d’élaboration de la stratégie de mobilisation de la diaspora sur le développement national. Ils doivent aboutir à un dispositif du plan de développement Comores France (PDFC) appuyant la politique nationale définie sur le plan PCE », dit-il.

La contribution de la diaspora au développement a été expliquée comme un élément incontournable. Le commissaire de la diaspora Issa Abdousalam expliqué qu’à travers ce processus, l’équipe du commissariat s’est mobilisé et va tenter de produire une ébauche stratégique et politique pouvant contribuer à sensibiliser la diaspora mais aussi orienter les contributions du développement du PCE. Dans ce cadre, Laurant Chabrut, chef de projet à Expertise Franc a considéré l’atelier comme l’occasion de définir la vision et la stratégie de mobilisation de la diaspora qui constitue la pierre angulaire du projet. « Nous devons dans cette rencontre créer les bases, mieux comprendre les aspirations de la diaspora, favoriser les investissements et renforcer les capacités des institutions, des opérateurs et de toutes les parties prenantes », avance-t-il.

Le commissaire en charge de la diaspora a rappelé en août dernier, lors des journées dédiées à la diaspora que cette dernière représente chaque année 20% à 25% du PIB du pays. « Elle soutient essentiellement la consommation intérieure, notamment lors des grands mariages, mais ne crée pas de richesses directes dans le pays. Et elle ne contribue pas non plus à développer l’esprit d’entreprise dans les îles », déplore-t-il.

Selon Abdoussalami Abdou, beaucoup de Comoriens de l’extérieur ayant des talents multiples ont décidé à travers l’entrepreneuriat de s’installer dans le pays. Ainsi, il appartient aux institutions dédiées de la diaspora d’exposer leurs talents, de partager leurs expériences et qu’elle devienne le fer de lance de l’émergence.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here