Le gouvernement réactive son protocole d’accord avec les boulangers

5
Le gouvernement réactive son protocole d’accord avec les boulangers
Le gouvernement réactive son protocole d’accord avec les boulangers

Africa-Press – Comores. Le gouvernement a réactivé son protocole d’accord avec le collectif des boulangers. Cette convention de 3 mois a pour objectif d’accompagner les boulangers pour qu’ils maintiennent le prix du pain à 150 KMF.

Après maintes discussions et réunion, le gouvernement a signé à nouveau samedi 24 septembre dernier le protocole d’accord avec le collectif des boulangers. L’objectif de cette convention qui a vu la présence du ministre de l’économie, du conseiller privé du chef de l’Etat, du ministre des finances et du collectif des boulangers, est de poursuivre les directives du président de la république en vue de soutenir le pouvoir d’achat de la population par le maintien du prix du pain à 150 KMF, et ce malgré la hausse de la farine importée. Dans cette rencontre, le ministre de l’économie Ahmed Ali Bazi a tenu à rappeler la situation difficile liée à la conjoncture économique mondiale et a précisé que cet accord est encore possible suite aux instructions du président de la République d’alléger le coût de la vie des citoyens comoriens.

Dans son intervention, le ministre des finances Mze Aboudou Mohamed Chanfiou a montré que cela fait trois ans que le pays traverse une crise. « Cet accord vise à soutenir les boulangers pour ne pas augmenter le prix du pain. Nous espérons que d’ici décembre, à l’échéance de cet accord, la crise prendra fin », dit-il, tout en saluant les efforts de la chambre de commerce pour avoir joué la carte d’interface entre le secteur privé et le gouvernement.

Le Conseiller privé du chef de l’Etat Nour-El-Fath Azali a salué pour sa part la résistance des boulangers qui ont pu respecter le protocole, et a montré que le gouvernement a mis les bouchées doubles pour accompagner la population, à travers cette subvention de 40 millions de nos francs en faveur des boulangers, dont 10 millions pour les frais de transport de la farine en Union des Comores et plus de 7 millions pour le dédouanement. « Ce protocole est signé pour 3 mois mais durant cette période, un comité sera mis en place et travaillera en symbiose avec l’Uccia pour étudier la faisabilité des procédures pour les prochaines commandes dans d’autres pays tel que l’ile Maurice », indique-t-il, tout en rassurant que la nouveauté est la mise en place d’un comité de suivi pour faire respecter ce protocole d’accord.

Rappelons que dans le premier accord, certains boulangers n’ont pas bénéficié de cette subvention. Et la plupart d’entre eux étaient même tentés de revoir le prix à la hausse. Cette fois-ci des instructions claires et détaillées sont prises en compte afin d’éviter les contrevenants.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here