Elections 2024 Une élection, des chiffres et des tendances

5
Elections 2024 Une élection, des chiffres et des tendances
Elections 2024 Une élection, des chiffres et des tendances

Africa-Press – Comores. Les comoriens étaient appelés aux urnes dimanche dernier pour élire le président de la république et les gouverneurs des îles. Sur l’ensemble du territoire, des irrégularités ont été constatées tout au long de la journée des élections par les candidats de l’opposition. A la fermeture des bureaux de vote, les quartiers généraux des partis politiques ont commencé à compiler les résultats qui leur parvenaient au compte goutte.

Le moins que l’on puisse dire est que les tendances varient d’un quartier général à un autre sur l’issue finale de ces joutes. Les élections générales aux Comores ont mobilisé en tout trois cent trente-huit mille neuf cents quarante (338 940) électeurs selon les chiffres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). « La liste électorale définitive des électeurs issue de cette révision est arrêtée à 338 940 », peut-on lire dans un communiqué de presse de la CENI sorti le 11 décembre 2023.

L’augmentation du corps électoral est dû à un enrôlement de 31 991 nouveaux électeurs soit la révision exceptionnelle la plus aboutie des ces dernières années selon toujours la CENI. Cette augmentation du nombre d’électeurs a eu comme conséquence directe l’augmentation du nombre de bureaux de vote. « Des électeurs répartis dans 868 Bureaux de vote » sur l’ensemble du territoire national. Si on s’en tient aux chiffres, les membres de bureau de vote (MBV) devait en principe avoisiner les 4340 à raison de 5 pour chaque bureau de vote.

Quant au déroulement des opérations électorales, elles ont été entachées de plusieurs irrégularités supposées ou avérées. Dès la veille des élections, l’opposition avait déjà dénoncé des tentatives de bourrage d’urnes de la part du parti au pouvoir qui avait un quasi contrôle des bureaux de votes. Le jour des élections des vidéos qui tournent en boucle sur les réseaux sociaux montrent des hommes et des femmes qui seraient apparentés au régime en place en train de s’adonner à des opérations de bourrages d’urnes notamment le maire de Fomboni pris en flagrant délit avec plusieurs bulletins de vote alors qu’il s’apprêtait à les mettre dans l’urne.

La tendance à la sortie des urnes est des plus confuse que ne l’a été le scrutin. Chaque candidat se déclarant vainqueur. Dans une déclaration faite la nuit entourée de son état-major, le candidat du parti Juwa, Dr Salim Issa Abdallah a fait une déclaration estimant être arrivé en tête suivi du candidat Bourhane Hamidou. Mouigni Baraka du moins ses hommes ont déclaré quant a eux que leur favori est assuré d’être en tête des élections suivi du président sortant Azali Assoumani. Mohamed Daoud alias Kiki qui se trouvait à Anjouan toute la journée des élections s’est dit confiant d’être en tête à Anjouan. Qu’à cela ne tienne, dans une réponse donnée à des journalistes venus l’interroger dans son quartier général, le directeur de campagne du chef de l’Etat sortant a déclaré que son camp a obtenu plus de 50% des voix sur l’ensemble du territoire.

En attendant la proclamation des résultats provisoires, les déclarations des différents candidats continuent de semer la confusion un peu plus. Les tensions constatées ici et là ne risquent pas de tomber après la proclamation de la CENI attendue ce mardi selon nos informations.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here