Kiwan accuse, Beit-Salam récuse

4
Kiwan accuse, Beit-Salam récuse
Kiwan accuse, Beit-Salam récuse

Africa-Press – Comores. L’homme d’affaires Bashar Kiwan, impliqué dans le dossier dit de citoyenneté économique dont le procès est en cours, a affirmé dans un communiqué que le gouvernement comorien l’a approché pour témoigner contre l’ancien président Sambi. Il eut fallu plus de 48h après le largage de cette « bombe » pour que les autorités comoriennes réagissent en démentant ces accusations « mensongères », tout en promettant de divulguer en temps opportun « les preuves de la démarche inverse » initiée par le Franco-syrien.

C’est la présence d’un absent à un des plus importants procès de l’histoire des Comores. L’homme d’affaires Bashar Kiwan qui a joué un rôle central dans la vente de passeports comoriens quand Ahmed Abdallah Mohamed Sambi était à la tête du pays, s’est invité au procès de l’ancien chef d’État qui s’est ouvert lundi dernier. Alors qu’il ne comparait pas physiquement, il a fait publier par le biais d’un de ses avocats un communiqué dans lequel il affirme avoir été approché par des officiels comoriens pour témoigner contre Ahmed Sambi. En contrepartie, les charges qui pèsent contre lui seraient purement et simplement abandonnées.

« J’ai été contacté par le gouvernement comorien en juin dernier par son représentant le ministre [des affaires étrangères] Doulhkamal pour trouver un arrangement amiable concernant l’affaire de la citoyenneté économique un arrangement consistant à apporter un témoignage sur le rôle joué par mon groupe et tous les documents et contrats signés avec le gouvernement émirati. En contrepartie, le gouvernement comorien abandonnerait toutes les charges contre moi et mes directeurs », affirme-t-il. Un peu plus loin, il poursuit que « face à mon refus, la partie comorienne m’a expliqué que Monsieur Sambi et les autres responsables comoriens une fois condamnés le 24 novembre, leur sort serait entre les mains du Président Azali qui leur accordera une grâce et une sortie des Comores ». Ces éléments ont sans doute jeté le discrédit au procès dont l’équité peinait déjà à convaincre.

Hier mercredi, Beit-Salam a publié un communiqué pour répondre à ces accusations. « Bashar Kiwan, dans son objectif désespéré de décrédibiliser le procès qui se déroule à Moroni et nuire à l’image du Gouvernement comorien, a été jusqu’à citer d’autres noms d’autorités comoriennes qui seraient impliquées dans cette prétendue tentative de corruption et publier des captures de soi-disant conversations. Suite à ces manœuvres lâches venant d’un homme, dont l’intégrité a toujours été remise en cause au niveau international, mais qui est aussi connu pour sa grande capacité à user et abuser de la communication pour arriver à ses fins et notamment séduire et arnaquer, nous apportons un démenti formel à ces accusations mensongères, qui sont dénuées de tout fondement ».

La présidence comorienne dit se réserver le droit d’apporter, en temps opportun, « les preuves de la démarche inverse initiée par Bashar Kiwan, et qui n’a jamais abouti, pour dénoncer ses co-inculpés, dans l’espoir de pouvoir bénéficier d’un non-lieu ».

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here