Les Comores désormais membre de l’OMC

4
Les Comores désormais membre de l’OMC
Les Comores désormais membre de l’OMC

Africa-Press – Comores. Les Comores deviennent le 165e membre de l’OMC après 17 ans d’attente. Pour le chef de l’État Azali Assoumani, cette adhésion va renforcer encore davantage la visibilité de l’Union des Comores sur la scène internationale, après la présidence comorienne de l’Union Africaine, qui vient juste d’arriver à son terme.

Après 17 longues années d’attente, les Comores adhèrent enfin à l’organisation mondiale du commerce (OMC) à l’occasion de sa 13e Conférence ministérielle (CM13) dont les travaux ont démarré ce lundi 26 février à Abu Dhabi. Les Comores deviennent ainsi le 165ème membre de l’OMC, une adhésion forgée par la volonté partagée de coopération et de partenariats. À Abu Dhabi, hier lundi, le chef de l’Etat Azali Assoumani a souligné que ce jour historique est aussi symbolique pour l’OMC et pour les processus d’accession des Comores et du Timor oriental, sont les seuls à aboutir, au titre de cette année. Selon lui, le chemin visant à faire de l’Union des Comores le 165ème membre de l’OMC, est l’aboutissement d’un processus parsemé de concessions, de clarifications et d’engagements spécifiques, mais il a aussi et surtout été fait de volonté partagée, de coopération et de partenariats, mutuellement bénéfiques. Tenant compte de l’introduction de la requête en 2016. « Cette importante adhésion que nous célébrons aujourd’hui, est l’aboutissement heureux de négociations intenses, menées au sein du Groupe de travail sur l’accession des Comores », souligne-t-il.

Pour Azali, la plus essentielle de cette adhésion est celle de la mise en œuvre des engagements, en vue de permettre à l’Union des Comores de jouir pleinement des opportunités offertes par le commerce international mais aussi d’apporter sa pierre à l’édifice. « Il s’agira de mobiliser les partenaires au développement autour des besoins en assistance technique et des ressources financières nécessaires, pour conduire les réformes permettant de nous conformer aux règles multilatérales du commerce et aux meilleures pratiques en la matière. Il s’agira également de développer une bonne stratégie de communication, en vue d’une appropriation effective de ce nouveau statut, par le peuple comorien », explique-t-il.

Il ajoute que l’adhésion des Comores à l’OMC sera immensément bénéfique à toute notre économie, aux entreprises privées et publiques et aux consommateurs. « Elle contribuera aux efforts de diversification des partenaires commerciaux de notre pays et à son intégration dans les chaînes de valeur régionales, continentales et mondiales. Avec l’adhésion à l’OMC, mon pays poursuivra ses objectifs de développement durable et d’éradication de la pauvreté, notamment en accélérant les investissements dans des secteurs stratégiques tels que l’agriculture, le tourisme, l’environnement, le secteur maritime et l’économie numérique », promet-il.

Il soulignera que les réformes entreprises dans le cadre de ce processus ont généré des résultats tangibles, à savoir un dispositif juridique et règlementaire ainsi que nos politiques ont été progressivement adaptés aux meilleurs standards internationaux. « Cette adhésion renforcera encore davantage, la visibilité de l’Union des Comores sur la scène internationale, après la présidence comorienne de l’Union Africaine, qui vient juste d’arriver à son terme. Cela dit, mon pays, en tant que Nation dont l’ambition est de parvenir à l’émergence à l’horizon 2030, suivant une transformation structurelle de l’économie, pourra également apporter une grande contribution à l’édifice de l’OMC…Ensuite, parce que cette nouvelle donne intervient dans un contexte de mise en œuvre de la Zone de Libre-échange Continentale Africaine qui sera bénéfique aux partenaires commerciaux régionaux, comme internationaux, du pays ».

Il précisera que la Banque Mondiale estime que la mise en œuvre de réformes ambitieuses, entrainerait la hausse de l’investissement privé de 13 % du PIB d’ici 2030. « C’est pourquoi, mon gouvernement fera de l’attraction des Investissements Directs Étrangers (IDE) une priorité, pour favoriser la réalisation de ces performances macroéconomiques. En outre, en application des règles de l’OMC, des réformes seront engagées dans le secteur des services, pour attirer les IDE et favoriser une concurrence saine, au profit des consommateurs et des producteurs ».

Mais l’épineuse question que beaucoup d’opérateurs économiques et d’experts se posent, est celle de savoir quelle alternative les autorités comoriennes vont apporter pour combler le manque à gagner qui découlera de la baisse drastique des recettes douanières suite à cette adhésion à l’OMC ?

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here