La Guinée enfin couronnée au Mondial d’Orléans

0
La Guinée enfin couronnée au Mondial d'Orléans
La Guinée enfin couronnée au Mondial d'Orléans

Africa-Press – Comores. Vainqueur de la Côte d’Ivoire (2-1), ce samedi 15 juin devant plus de 1.500 spectateurs au stade de La Source, la Guinée a enfin remporté le Mondial d’Orléans après trois échecs en finale. Le Maroc s’impose lors de première finale féminine.

Après trois échecs en finale, la Guinée s’est enfin imposée lors du Mondial d’Orléans qui a succédé à la CAN des quartiers, ce samedi 15 juin, en battant la Côte d’Ivoire (2-1) devant plus de 1.500 spectateurs au stade de La Source.

Dans un match très serré et indécis, Ibrahima Keita, à l’affût sur un centre, a ouvert le score à quelques secondes de la pause (20e). Il concrétisait une légère domination de son équipe au cours de la première période.

Le doublé d’Ibrahim Keita

Vainqueur du Portugal dans une demi-finale spectaculaire, la Côte d’voire a réagi en seconde période et l’égalisation de Manassé a fait monter l’ambiance d’un cran dans les tribunes du stade de La Source, et l’intensité sur la pelouse (24e).

C’est finalement la Guinée qui avait le dernier mot grâce toujours à Ibrahim Keita. Sur un coup franc direct, il choisissait le côté fermé et d’un tir à ras de terre, il surprenait le gardien ivoirien pour placer sa balle dans le petit filet (35e).

Le Maroc vainqueur chez les féminines

Les Guinéens n’avaient alors plus qu’à tenir, ce qu’ils faisaient sans trop de difficulté avant de partager leur joie immense avec leurs supporters.

Chez les féminines, pour la première édition de cette épreuve, le Maroc est venu à bout des Comores en finale (7-5). Encore à égalité (5-5), les Marocaines ont fait la différence grâce à leurs deux joueuses au-dessus du lot, les anciennes joueuses de l’US Orléans Nina Richard (D1, Guingamp) et Anissa Belkasmi (D2 Thonon).

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here