Point de règlement Commissaire de matchs, quel est son rôle ?

0
Point de règlement Commissaire de matchs, quel est son rôle ?
Point de règlement Commissaire de matchs, quel est son rôle ?

Africa-Press – Comores. Le football en général et le football comorien en particulier, souffre par le manque de connaissance des acteurs face aux règles qui régissent le sport roi. Chaque journée de championnat apporte son lot de polémique sur les décisions des différentes commissions juridictionnelles et disciplinaires. Des clubs qui crient à la corruption des instances, des instances qui émettent souvent des avis contradictoires et des supporters qui imputent les responsabilités aux ligues et à la fédération.

« Le commissaire est spécialement chargé de veiller à l’application du règlement de l’épreuve et à la bonne organisation des rencontres. Il veille à l’observation des dispositions d’accès des porteurs de cartes et d’invitations dans le stade », nous fait dire l’article 137 des règlements généraux qui régissent le football comorien. Le commissaire de match n’est donc pas un quatrième arbitre et ne doit pas se substituer en arbitre pour donner des recommandations sur ce qui se passe sur l’aire de jeu. Un commissaire c’est le représentant de l’instance (district, ligue, fédération) qu’il représente dans la rencontre où il a été désigné. « Les commissaires de match sont nommés et désignés par les instances organisatrices. Ces dernières se font représenter lors des rencontres par les commissaires. Ces derniers sont choisis autant que possible, parmi les personnes compétentes pour assurer leurs fonctions et qui sont reconnues par leur neutralité exemplaire », comme nous pouvons le lire à l’article 136 desdits règlements.

Ces clarifications sont nécessaires pour interpeller les commissaires qui parfois outrepassent leur rôle notamment dans les changements de joueurs qui est une tache dédiée au quatrième arbitre ou à défaut à l’arbitre de ligne du coté ou les changements se font. Tous ce qui concerne la surface de jeu appartiennent à l’arbitre. Le commissaire s’assure que toutes les dispositions nécessaires à la bonne tenue de la rencontre soient valides et que seuls les remplaçants et les dirigeants habilités peuvent accéder au banc de touche. « Il ne doit tolérer sur le banc de touche que les remplaçants et dirigeants autorisés à y prendre part ».

Apres les vérifications d’usages, le commissaire doit rejoindre les tribunes pour poursuivre son travail d’évaluation des arbitres du public et des staffs des deux bancs. « Le commissaire évalue les prestations des arbitres et des arbitres assistants. Il fait un rapport clair sur le déroulement de la rencontre (comportement des équipes, staff, public) », comme stipulé à l’article 137.al 3. Par contre, en l’absence de l’arbitre centrale ou du quatrième arbitre, le commissaire peut en designer un avec les compétences requises. « S’il n’y a ni arbitre central ni quatrième arbitre, le commissaire du match se charge de remédier à ce manque et trouver sur place un arbitre officiel ayant le niveau requis pour diriger la partie ». (art.138 al 2).

Si le commissaire est un maillon indispensable dans la chaine de déroulement d’un match, il n’est pas aussi indispensable qu’il n’y parait, car il peut être remplacé. « En cas d’absence du commissaire, toutes ses attributions sont confiées à une personne neutre qui doit être choisie par l’arbitre, assisté des deux capitaines’’ art.138 al 3. Toutefois, son absence couplée à celui de l’arbitre central peut entrainer le report d’une rencontre. « Toutefois, en cas d’absence ou de défaillance de deux arbitres désignés ou de l’arbitre central et du commissaire du match, la rencontre est automatiquement remise à une date ultérieure. »

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here