Affaire Me idrisse : La haute juridiction lève la sanction

2
Affaire Me idrisse : La haute juridiction lève la sanction
Affaire Me idrisse : La haute juridiction lève la sanction

Africa-Press – Comores. Après des mois de suspension à l’exercice de sa profession d’avocat, l’assemblée des Chefs des cours et des juridictions lève la mesure d’interdiction provisoire d’exercice de ses fonctions d’auxiliaire de justice prise contre Maitre Idrisse Mze Mogne.

Un ouf de soulagement pour l’avocat Me Idrisse Mze Mogne. Suspendu plusieurs mois à l’exercice de sa fonction d’avocat par la haute juridiction, l’assemblée des Chefs des cours et des juridictions a levé hier mardi 02 août, la mesure d’interdiction provisoire de l’exercice de ses fonctions d’auxiliaire de justice contre Maitre Idrisse Mze Mogne.

Dans un procès verbale signé hier mardi 02 août par l’ensemble des chefs des cours et juridictions, on peut lire : « vu la lettre de demande d’excuse adressée aux chefs des cours et des juridictions par Me Idrisse Mze Mogne, considérant que l’interdiction provisoire pourra être mis fin en fonction de l’évolution du comportement de l’auxiliaire de justice, considérant ainsi, il convient de lever la mesure d’interdiction provisoire de l’auxiliaires de justice Me Idriss Mze Mogne….

». Rappelons que Me Idrisse Mze Mogni a été privé de plaidoirie par une décision commune de la haute juridiction.

Au cours du procès Faina le 23 mai dernier, il avait traité le procureur de la République de « petit procureur ». Celui-ci lui avait interdit de réciter des versets coraniques dans sa plaidoirie. Et comme si cela n’était pas suffisant, le procureur général près la cour d’appel a remis une couche supplémentaire à cette affaire.

Ce dernier a saisi le conseil de l’ordre en matière disciplinaire pour statuer sur ce cas ainsi qu’un avis de poursuite au pénal pour des propos diffamatoires et des injures publiques et outrage à magistrat.

Le conseil de l’ordre lui avait infligé à son tour un mois de suspension à l’exercice de sa fonction d’avocat, sans doute pour désamorcer la crise entre avocats et magistrats du tribunal de Moroni.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here