Construire un écosystème d’entrepreneuriat durable et résilient

1
Construire un écosystème d'entrepreneuriat durable et résilient
Construire un écosystème d'entrepreneuriat durable et résilient

Africa-Press – Comores. La semaine de l’entreprenariat est bien chargée en formations. Le ministère de l’emploi en partenariat avec le PNUD et l’UNFPA ont lancé une formation de 5 jours, du lundi 21 au vendredi 25 novembre à la salle multifonctionnelle de Fomboni au profit des jeunes. Les étapes de création d’une entreprise, la culture entrepreneuriale et la communication institutionnelle sont les volets indispensables de cette formation qui a pour but de réduire le taux du chômage dans le pays.

Après le lancement officiel de la semaine entrepreneuriale à Moroni il y a quelques jours, les activités se sont poursuivies dans les îles. À la salle multifonctionnelle de Fomboni, ces activités ont été officiellement lancées dès le début de la semaine dernière lors d’une cérémonie en présence du secrétaire général du Ministère de la jeunesse et de l’emploi. Une formation de 5 jours axée sur la construction d’un écosystème d’entrepreneuriat durable et résilient a été lancée le lundi 21 novembre pour prendre fin le vendredi 25.

Des nouveaux diplômés et quelques jeunes ayant entrepris des petites activités génératrices de revenus ont pris part à la formation. Une manière de les initier sur le comment entreprendre afin qu’ils puissent, à l’avenir lancer leurs activités créatrices d’emplois. Les étapes de création d’une entreprise, la culture entrepreneuriale et la communication institutionnelle sont les volets jugés indispensable de cette formation organisée par le Ministère de la jeunesse et de l’emploi avec l’appui du PNUD et de l’UNFPA.

L’objectif principal est de réduire le chômage dans le pays. « L’entrepreneuriat des jeunes est devenu une solution pertinente pour la promotion des activités entrepreneuriales. Puisque cette semaine est dédiée à la jeunesse, ces formations permettront de mettre en œuvre l’entrepreneuriat comorien et aboutir à une meilleure croissance économique dans le pays » explique Fouad Saïd Hachim, directeur des opérations. Selon lui, des rapports montrent que 28% des jeunes comoriens ayant bénéficié des formations académiques sont au chômage. Un défi de taille qui nécessite plus d’engagements et de persévérance, et surtout des actions concrètes. Les bénéficiaires que nous avons pu interroger estiment que cette formation leur permettra de mieux se relancer dans les affaires.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here