Journée mondiale de l’enfant africain : Chaque enfant a le droit de vivre dignement

3
Journée mondiale de l’enfant africain : Chaque enfant a le droit de vivre dignement
Journée mondiale de l’enfant africain : Chaque enfant a le droit de vivre dignement

Africa-Press – Comores. À l’occasion de la journée de l’enfant Africain, un tournoi de basket inter-centre des enfants a été organisé par l’ONG Cap en partenariat avec l’Unicef et la mairie de Moroni.

Cette activité avait pour but de les impliquer dans la sensibilisation sur leurs droits à savoir l’accès à l’éducation pour une vie paisible et sereine en toute dignité.

Comme tous les ans, la journée de l’enfant africain est célébrée dans le monde en souvenir du 16 juin 1976 où des milliers d’étudiants sud-africains ont manifesté à Soweto pour exiger une éducation de qualité.

Dans le pays, la mairie de Moroni, l’ONG Cap et l’Unicef ont organisé une activité au stade de Moroni. Cet évènement a vu la présence de l’ambassadeur de l’Afrique du Sud, la Commissaire au genre et d’autres personnalités.

Cette année, le thème retenu par le comité Africain d’Experts sur les droits et le bien-être de l’enfant est « éliminer les pratiques néfastes affectant les enfants ».

Ces pratiques sont entre autres les mariages précoces, l’intégrité et le développement physique, psychosocial et moral, la participation, la santé, le statut éducatif, économique et social des enfants.

Malheureusement le pays ne fait pas exception. Selon l’enquête EDS MICS 2012, les Comores comptait 27700 filles mariées avant l’âge de 15 ans et 81400 avant l’âge de 18 ans, soit 1 fille sur 3.

De ce fait l’Unicef accompagne les acteurs étatiques et non étatiques dans la lutte contre ces pratique notamment une politique nationale de protection validée en 2016, des formations aux profits des cadis, etc.

Des efforts ont été faits par le gouvernement avec l’appui de l’Unicef. Le représentant de la représentante de l’Unicef Ismaël Saadi a montré que les résultats de l’EDS de 2012, près de 13,9% des filles âgées de 15 à 19 ans ont subi des violences sexuelles et physiques.

Les mariages précoces persistent. La pratique du mariage précoce est une grave menace pour le bien-être des enfants. « L’Unicef accompagne le gouvernement dans la mise en place des clubs d’adolescents dans le but notamment de lutter contre les pratiques néfastes affectant les enfants.

A l’occasion de cette célébration de la journée de l’enfant africain, deux clubs d’adolescents en milieu sportif de Moroni et de Mitsamiouli seront officialisés.

Ces clubs régionaux en charge de la protection de l’enfant et de la jeunesse vont planifier et mettre en œuvre leurs activités. Ils pourront être amenés à réaliser des activités de sensibilisation et d’animation sur les problématiques de l’adolescence.

Ils pourront être amenés à se déplacer ou à faire des sorties dans le cadre des activités de sensibilisation. Ils bénéficieront des séances de formations avec des professionnels de la protection », annonce-t-il.

De son côté, l’ambassadeur de l’Afrique du Sud Anesh Maistry a montré que les enfants sont l’avenir. Et l’objectif pour l’enfant africain en 2022 est d’avoir l’accès à l’éducation.

« Nous devons trouver les moyens d’atteindre ceci dans notre pays. De construire des sociétés africaines riches et capables en nous basant sur notre propre culture.

Et le sport est un grand rassembleur, et vous êtes la génération a qui on confie la tâche », lance-t-il dans la foulée. Même son cloche pour le représentant du maire de Moroni.

Quant à la commissaire au genre, Mariam Msa Hamada, elle a expliqué que les défis sont énormes mais aussi spécifiques selon les pays pour aboutir à leur développement et à leur bien-être.

« Nous avons à travers le monde des enfants qui sont dans la rue, des orphelins, des enfants qui sont déplacés pour des raisons diverses et par conséquent ils sont privés de leurs droits fondamentaux.

C’est pourquoi je réitère au nom du gouvernement comorien le renforcement de nos engagement pour améliorer le développement en faveur des enfants en général », réconforte-t-elle. Un tournoi inter-centres dont les deux centres de Moroni, de Mitsamiouli, d’Ikoni et de Vouvouni a marqué cet évènement.

Andjouza Abouheir

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here