La SONEDE fait appel à des plongeurs professionnels

1
La SONEDE fait appel à des plongeurs professionnels
La SONEDE fait appel à des plongeurs professionnels

Africa-Press – Comores. La Société Nationale d’Exploitation et de Distribution des Eaux (SONEDE) se trouve dos au mur depuis déjà un mois. Elle n’arrive pas à régler les problèmes liés à l’approvisionnement en eau dans la capitale Moroni et ses environs. Elle a fait appel à des plongeurs professionnels pour mieux comprendre ce qui se passe dans les profondeurs du puits de la station de pompage ONU4 de Vouvouni. Les quelques foyers disposant d’une citerne ont épuisé leur stock d’eau de pluie, en cette période de forte sécheresse.

Cela fait déjà plus d’un mois que les habitants de la capitale et ses environs ne reçoivent aucune goutte d’eau. Un problème de quelques jours au départ, la situation commence à devenir plus que compliquée. Dans les rares bornes fontaines où on voit l’eau couler par intermittence, chacun se précipite pour avoir son sceau d’eau. Et pour comprendre ce qui se passe dans les profondeurs du puits de la station de pompage ONU4 de Vouvouni, source des problèmes liés à l’approvisionnement de la capitale, la direction de la SONEDE fait appel à des plongeurs professionnels pour des travaux de raclage.

« L’hypothèse selon laquelle le puits de la station ONU4 serait encombré empêchant le bon fonctionnement de la pompe sera bientôt confirmée ou infirmée. La direction technique compte sur les résultats de cette ultime inspection pour pouvoir répondre aux multiples questions que se posent les usagers », lit-on sur la page Facebook de la société

Selon eux, plusieurs initiatives sont prises pour trouver une solution rapide face à ce problème qui inquiète à la fois les usagers et les producteurs. De leur côté, les responsables du Projet de réhabilitation du Réseau d’Adduction d’eau de Moroni et ses Environs (PRRAME) cherchent comment adapter leur calendrier aux problèmes actuels pour mettre fin à cette crise. « Ca commence à devenir fatiguant. Il n’y a ni eau ni électricité. Comment allons nous vivre », déplore une dame qui a fait trois jours sans obtenir une goutte de ce précieux liquide. « Nous n’avons même pas préparé à manger ces deux derniers jours. J’ai dit aux enfants d’aller manger des brochettes. On achète de l’eau, mais c’est pour se laver. Et pendant tout ce temps, les autorités nous parlent d’émergence. Émergence sans l’eau et ni électricité, c’est quelle émergence », ajoute-t-elle.

Interrogé sur cette question, le directeur général reconnait que la situation actuelle est difficile. « Selon les plongeurs, il y a beaucoup de travail à faire. Il faut nettoyer les alentours du puits, pour qu’elle puisse envoyer l’eau facilement. Depuis maintenant trois jours, ces plongeurs ne font que nettoyer le puits ONU4 de Vouvouni. Nous espérons d’ici la fin de la semaine régler le problème », espère Soundi Goulam directeur général.

Et d’ajouter : « Il faut comprendre que nous sommes dans une période de sécheresse. Et comme il y a un problème dans la station ONU4, les autres stations de pompage ne peuvent envoyer l’eau jusqu’à la citerne de Daché pour afin alimenter les autres quartiers. Car cette ligne a beaucoup de branchement. L’eau va jusqu’aux quartiers Mdjivurize et Omar Kassim pour le moment. Mais, comme je viens de le dire, on espère trouver une solution plus rapidement ». Croisons les doigts.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here