Le SOS des profs au sujet du terrain « occupé illégalement »

4
Le SOS des profs au sujet du terrain « occupé illégalement »
Le SOS des profs au sujet du terrain « occupé illégalement »

Africa-Press – Comores. Dans une conférence de presse, les enseignants du lycée de Moroni lancent un énième cri d’alarme au sujet du terrain occupé illégalement par certaines personnes. Ils appellent ces usurpateurs à quitter ces parcelles qui sont la propriété du lycée Said Mohamed Cheikh de Moroni dans les meilleurs délais.

Samedi 24 septembre dernier, les enseignants du lycée Said Mohamed Cheikh de Moroni ont lancé un cri d’alarme sur l’affaire du terrain occupé depuis quelques mois par des individus sans leur accord. Ils ont construit des maisons et d’autres sont en chantier. Ce qui est anormal aux yeux des enseignants et des élèves. C’est pourquoi les enseignants de cet établissement public demandent à ces deniers de quitte les lieux et appelle en même temps le gouvernement à s’impliquer dans cette affaire.

« Nous appelons les gens qui ont accaparé des parcelles du lycée sans notre accord de quitter ces lieux avant la rentrée. Ces terrains appartiennent à l’Etat, nomment le lycée de Moroni. Ainsi, ils n’ont pas le droit d’y construire ni faire quoi que ça soit. Il y a des projets d’extension qui devront voir le jour bientôt, nous aurons besoin de ces espaces. Raison pour laquelle, ces derniers doivent quitter ces parcelles au plus vite. Nous comptons sur l’appui du gouvernement et la de justice », déclare Abdou El Madjid Ahmed lors d’un point du presse ce samedi 24 septembre. Parmi les occupants de ces parcelles, certains ont signé des accords avec le Lycée de Moroni de libérer la parcelle en cas de besoin. « Une fois qu’on aura besoin du terrain, ils vont quitter les lieux. Quant aux autres qui ont accaparé les parcelles avec des faux documents, ils doivent partir, car nous savons tous que c’est une propriété de l’Etat », précise-t-il.

Un autre enseignant rappelle que tous les cadres et intellectuels des Comores sont passés par le lycée de Moroni. « Les anciens chefs d’Etat, les ministres et toute une génération ont fait leurs études au lycée. On ne peut pas laisser des individus s’approprier une partie de cette école. C’est une obligation morale de défendre ce patrimoine du lycée », avance Mohamed Ali Mroindjie. Et d’ajouter : « C’est pourquoi, nous appelons le gouvernement et la justice à saisir ces gens afin de les faire quitter les lieux. Le proviseur avait porté plainte contre eux, la justice avait décidé en notre faveur. Mais, ils sont revenus encore avec des faux dossiers, ce qui est vraiment triste. Il est temps que la justice tranche une bonne fois pour toutes ».

Selon les enseignants, leur présence empêche les lèves de bien se concentrer. « Ils ont des chiens qui aboient tout le temps, sans oublier aussi le bruit toute la journée. Quand même, nos enfants méritent un environnement sain pour bien étudier. Vous avez vu leur manifestation contre ces gens l’année dernière. Nous ne voulons pas y revenir. C’est dans ce sens que nous prions le gouvernement et les institutions concernées de trouver une solution très rapide avant la rentrée », conclut-il.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here