Les retraités exigent une revalorisation de leur pension

6
Les retraités exigent une revalorisation de leur pension
Les retraités exigent une revalorisation de leur pension

Africa-Press – Comores. Après un mois d’attente, le collectif des retraités a tenu un sit-in pour réclamer leurs droits. Ces hommes et femmes qui ont servi dignement le pays exigent le règlement des impayés de leur pension, la régularité et la revalorisation de la pension.

Le gouvernement a de quoi à se faire des cheveux gris. C’était en tout cas la couleur capillaire dominante de ceux et celles qui se sont rendus hier mercredi 30 novembre, au siège de la Caisse de retraite en réponse de l’appel à une mobilisation pour revendiquer leurs droits. Déclenché le 04 octobre dernier, le mouvement social des retraités se poursuit. Des promesses non tenues, des rêves brisés, ces derniers haussent le ton. Ils exigent le règlement des arriérés d’impayés de leur pension, la régularité des paiements mensuels et la revalorisation de la pension minimale. Vent debout, major Zalhata Mohamed explique : « trop, c’est trop. Nous sommes là, pour parler de nos droits les plus légitimes. Nous réclamons nos pensions, nous exigeons d’être payés en même temps que les fonctionnaires actifs. Pourquoi ont-ils d’avancement et pourquoi pas nous ? Nous voulons la valorisation de nos pensions », lance-t-elle.

C’est inadmissible voire même indécent qu’en 2022 un retraité perçoive un montant dérisoire de 13.000 KMF, c’est même pas le prix d’un sac de riz. Il est temps que ce minimum vital passe à 50.000 ou 60.000 KMF. L’arnaque doit prendre fin au niveau de la Caisse de retraite ». Lors de son intervention, elle n’a pas manqué de soulever la question très importante relative aux femmes retraités. «Ces femmes, une fois décédées, leurs enfants ne bénéficient pas de leurs pensions et pourtant elles ont cotisé. C’est une injustice criante à notre égard », a-t-elle fustigé.

Andjib Ali Saïd, ancien inspecteur général des finances est revenue sur les promesses faites par le gouvernement. Les échanges n’ont pas encore porté leurs fruits. «Les promesses sont toujours en attente. Les engagements n’ont pas abouti. Aujourd’hui même, le ministre premier qui assurait l’intérim du président lors de notre rencontre ne répond plus à nos appels », déplore-t-il. Notons que les retraités avaient réclamé une loi qui garantisse la survie du retraité en instituant le « minimum vital » des pensions quelle que soit sa situation, ses cotisations, sa situation au niveau des administrations, le paiement de la pension en même temps que les fonctionnaires, la régularisation des arriérés. Des revendications légitimes à leurs yeux, compte tenu de l’inflation galopante et de la précarité qui gagne de larges couches sociales.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here