Lutte contre la hausse des prix des produits de première nécessité La chasse aux spéculateurs à Mwali

4
Lutte contre la hausse des prix des produits de première nécessité La chasse aux spéculateurs à Mwali
Lutte contre la hausse des prix des produits de première nécessité La chasse aux spéculateurs à Mwali

Africa-Press – Comores. La direction régionale du contrôle des prix avec l’appui de la gendarmerie nationale a effectué une descente dans certains magasins de la commune de Moimbassa et Fomboni ce mercredi 19 juin. L’objectif est de s’assurer du respect des prix des denrées de première nécessité tels que le riz ordinaire, les produits pétroliers et autres, afin de faciliter le quotidien de la population. Plusieurs vendeurs sont attrapés en flagrant délit de vente de sacs de riz et de pétrole lampant au marché noir à des prix exorbitants.

En pleine période de pénurie de riz ordinaire, le service de contrôle des prix accompagné des éléments de la gendarmerie ont attrapé à Hoani dans la commune de Moimbassa plus de 60 sacs de riz ordinaire enfermés dans un magasin et vendus à un prix au delà de 11500 fc fixé par l’État. À Fomboni, dans le quartier du stade Elhadj Ahmed Matoir, un magasin contenant 13 sacs du riz de 25 kg a été saisi par la gendarmerie nationale.

« Au total environ 370 tonnes du riz ordinaire sont distribués dans l’ensemble de l’ile de Mwali, soit une consommation journalière de 15 tonnes. Mais en moins d’une semaine le riz est devenu introuvable. Donc nous nous nous sommes rendus compte qu’une grande quantité de riz est stockée dans les magasins pour alimenter le marché noir » explique Abdou Madi Mari, le Directeur régional de l’ONICOR. Et lui de préciser « avec nos renseignements nous avons pu démanteler certains réseaux de vendeurs qui possèdent du riz dans leur foyer ».

Abdou Madi Mari annonce en tout cas qu’une importante cargaison de riz ordinaire est attendue à Mohéli d’ici la semaine prochaine. Et la vente de cette prochaine cargaison, selon le patron de l’ONICOR régional, se fera en présence de la gendarmerie, du service de contrôle des prix en partenariat avec les agents de la direction régionale de l’ONICOR. À Kanaleni, quartier de Fomboni, le prix d’un litre de pétrole se vend au noir à 500 fc au lieu de 400 fc le prix fixé par l’État pour les revendeurs. À quelques mètres de là, à Mouzdalifa, un autre revendeur de pétrole a été attrapé en flagrant délit de vente à 600fc le litre.

Cette mauvaise habitude est, selon la directrice du commerce intérieur et du contrôle des prix, la conséquence directe de la pénurie fréquente de riz ordinaire à Mohéli et contribue d’une manière significative à la crise économique dans l’île. « Il est de notre devoir d’effectuer cette mission pour aider la population à faire face à la vie. Nous avons réquisitionné ces produits, nos agents vont les vendre au prix normal et verser l’argent à ces vendeurs conformément à la loi. Bien-sûr que ces gens là vont aussi recevoir des lourdes amendes car ils ne contribuent pas au développement de l’île » avertit Halima Hamdia, directrice du commerce intérieur à Mohéli. « J’appelle donc les commerçants à abandonner cette pratique malsaine car nul ne sera sauvé des nos amendes une fois attrapé » a-t- elle ajouté.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here