Mirontsy : La hausse du carburant impacte même le ramassage des ordures

2
Mirontsy : La hausse du carburant impacte même le ramassage des ordures
Mirontsy : La hausse du carburant impacte même le ramassage des ordures

Africa-Press – Comores. Depuis la hausse du prix des produits pétroliers, plusieurs activités tournent au ralenti. Et à Mirontsy (Anjouan), cette hausse impacte déjà le ramassage des ordures. L’association Voija-Voija qui s’occupe du ramassage des ordures a augmenté à son tour ses tarifs.

L’association Voija-Voija de la commune de Mirontsy qui s’occupe du ramassage des ordures augmente la taxe à 150 fc au lieu de 100 fc par ménage. Et cela est dû à la hausse des prix des produits pétroliers. « On ne peut pas faire face à la hausse du gasoil et encore plus à l’entretien de notre camion avec l’ancien tarif. Désolé, mais on fait des efforts », indique Wazir Achirafi, président de l’association.

Des habitants soutiennent quand-même ces jeunes qui œuvrent depuis longtemps avant d’acquérir ce camion sur plusieurs fronts pour l’intérêt de la commune. « Voija-Voija est une jeunesse consciente, elle mérite l’attention de toutes celles et tous ceux qui comprennent ce que font ces jeunes. Ils font du bénévolat pour l’intérêt commun », souligne un habitant de Mirontsy.

On dirait que ça semble être l’unique hausse de prix qui n’a pas fait trop polémique dans l’île, en particulier Mirontsy. « C’est rare d’entendre des critiques sur cette décision de hausser de 50% les frais liés au ramassage d’ordures qui passe de 400 fc à 600 fc le mois » souligne Khizar Omar, un jeune comédien et membre actif de l’ASCOBEF-Mirontsy.

Et ce n’est pas seulement cette opération qui est impactée par la hausse vertigineuse des prix, mais le petit cordonnier suit la cadence à son tour. « On rajoute 100 fc par chaussure ou sandale réparée pour pouvoir retourner à la maison vu le prix de taxi », indique un artisan de ce petit métier, soutenu par un collègue qui dit que « on a rajouté des centaines de francs partiels. Pas tous nos clients qui arrivent à régler la facture à temps même avant cette hausse de carburant. Aujourd’hui, la vie chère a enterré le cadavre mort au cimetière ».

Nabil Jaffar

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here