Relance de la surveillance dans le pays

6
Relance de la surveillance dans le pays
Relance de la surveillance dans le pays

Africa-Press – Comores. Dans le cadre d’une mission de l’Unité de veille sanitaire de la Commission de l’océan Indien (COI), qui coordonne le réseau SEGA-One Health, conduite par le Dr Said Ahmed Bedja, un atelier rassemblant des techniciens travaillant en partenariat avec la Direction nationale de l’élevage s’est tenu les 29 et 30 juillet dernier dans la salle de conférence de la Faculté des Sciences à Moroni, pour faire le point de la surveillance en santé animale dans le pays. Le Dr Onzade, le directeur général de l’Élevage a présidé la rencontre.

Le réseau SEGA-One Health est actuellement dans le processus de renforcement de son dispositif au niveau de chaque État membre. Cette reprise des interventions a pour but de relancer la surveillance épidémiologique, notamment à travers les outils électroniques de collecte et de transmission des données. C’est aussi pour renforcer le dispositif et assurer une remise à niveau des acteurs de terrain dans l’utilisation des outils dédiés à la surveillance.

Les objectifs de cet atelier étaient, entre autres, d’appuyer la relance de la surveillance en santé animale, ainsi que des activités des différents pôles thématiques, le recyclage des acteurs de terrain sur l’utilisation des outils de collecte et la transmission des données, revoir la base des données et les définitions des cas harmonisés, discuter de l’introduction de la meilleure plate forme dans la collecte et transmission des données. Il s’agissait en outre de partager les conclusions d’une mission d’évaluation des capacités des services vétérinaires au regard des compétences critiques du PVS (Performance of Veterinary Services).

Un consultant national avait présenté deux modèles de plateforme : le «DHIS2» et celle qui est utilisée présentement, le «Voozanoo». Et il a été rappelé qu’actuellement, les institutions de santé mondiales comme l’OMS, ont adopté le DHIS2 comme logiciel institutionnel qui leur permet de s’aligner sur les systèmes d’information nationaux tout en répondant à leurs propres besoins de gestion des données institutionnelles.

Au cours de l’atelier, les participants ont discuté longuement sur les moyens à mettre en œuvre pour plus d’efficacité du réseau national sur la base des maladies d’origines animales déjà identifiés dans le pays. Ils ont souhaité l’adoption rapide de la législation vétérinaire au niveau du parlement et un accent particulier a été mis sur la construction d’un parc de quarantaine, un outil indispensable pour éviter l’introduction de maladies d’origine animale. Ils ont émis, surtout, le souhait que les autorités se rapprochent de la COI pour l’avancement de ce dossier.

On se doit de rappeler que du fait de l’augmentation de la demande des consommateurs et des possibilités offertes au commerce international des produits d’origine animale, il est devenu nécessaire d’avoir un outil commun permettant d’évaluer les performances des services vétérinaires nationaux par rapport aux normes reconnues au niveau international. Le réseau SEGA-One Heath est soutenu depuis 2009 par l’Agence Française de Développement (AFD). Le réseau est actuellement dans sa troisième phase (RSIE3) avec comme objectifs spécifiques, celui de renforcer et de pérenniser le dispositif de mise en œuvre et de consolider et développer ses activités.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here