Trois questions à la coordinatrice du PNLP: « Agissons pour arrêter la propagation de la grippe et du paludisme »

7
Trois questions à la coordinatrice du PNLP: « Agissons pour arrêter la propagation de la grippe et du paludisme »
Trois questions à la coordinatrice du PNLP: « Agissons pour arrêter la propagation de la grippe et du paludisme »

Africa-Press – Comores. La coordinatrice du Pnlp revient sur le phénomène inhabituel qui fait ravage actuellement avec des syndromes paludéens. Elle met l’accent sur la sensibilisation au dépistage contre le paludisme. Elle a accepté de répondre à nos questions.
Question : Actuellement le pays est frappé par une épidémie qui ne dit pas encore son nom avec des symptômes paludéens, pensez-vous que c’est le paludisme ?
Dr Abdullatif Hadjira : L’Union des Comores connaît actuellement une augmentation de cas de symptômes grippaux tels que la fièvre, la toux et d’autres affections respiratoires. Il est crucial que la population comprenne l’importance de se faire dépister afin de prévenir la propagation de ces maladies et de recevoir les soins appropriés. Les symptômes de la grippe et du paludisme peuvent être similaires, ce qui rend le dépistage d’autant plus essentiel. La fièvre, associée à la toux, aux maux de tête, aux douleurs musculaires et à la fatigue, peut être le signe d’une infection grippale ou d’une piqûre de moustique porteuse de paludisme. Il est donc conseillé de consulter un professionnel de la santé dès l’apparition de ces symptômes.

Question : Quelles sont les mesures mises en place pour faciliter le dépistage ?
Abdullatif Hadjira : Nous tenons à souligner que les antipaludéens sont disponibles gratuitement dans les centres de santé, au niveau communautaire, dans les directions régionales de la santé, au laboratoire du Programme National de lutte contre la Paludisme (PNLP). Cela signifie que si vous êtes diagnostiqué(e) avec le paludisme, il vous sera possible de recevoir un traitement sans frais. Il est important de noter que le paludisme, tout comme la grippe, peut être dangereux s’il n’est pas traité. La grippe peut entraîner des complications sévères chez certaines personnes, telles que les nourrissons, les personnes âgées et celles présentant des problèmes de santé sous-jacents. Le paludisme, quant à lui, peut provoquer de graves complications neurologiques et hématologiques, entraînant une détérioration de la santé globale.

Un dernier mot sur cette situation ?
Abdullatif Hadjira : Pour sensibiliser la population de manière optimale, nous devons tous agir. En commençant par surveiller vos symptômes. Si vous présentez des symptômes tels que la fièvre, la toux, les maux de tête et la fatigue, consultez un professionnel de la santé dès que possible. Les tests de diagnostic rapides sont disponibles même au niveau communautaire. N’ignorez pas ces signes et ne retardez pas votre visite chez le médecin. Il est impératif de suivre les mesures préventives, à savoir le respect des mesures d’hygiène recommandées, comme se laver les mains régulièrement avec du savon, éviter de toucher votre visage, porter un masque facial en public et maintenir une distance physique appropriée avec les autres personnes. Je vous invite à vous informer auprès de sources fiables en vous renseignant sur les symptômes de la grippe et du paludisme à partir de sources de confiance, comme le PNLP et les autorités sanitaires compétentes. Il est important de lutter contre la propagation d’informations fausses ou trompeuses. Je vous encourage à vous faire dépister, sensibiliser votre famille, vos amis et vos voisins à l’importance de se faire dépister pour la grippe et le paludisme. Ensemble, nous pouvons limiter la propagation de ces maladies et protéger notre communauté. Rappelez-vous que votre santé et celle de votre entourage dépendent de votre vigilance. Agissons rapidement pour arrêter la propagation de la grippe et du paludisme. Un dépistage précoce et un traitement approprié peuvent limiter les complications et favoriser une guérison rapide.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here