Un projet de nutrition et autonomisation des femmes est en gestation

3
Un projet de nutrition et autonomisation des femmes est en gestation
Un projet de nutrition et autonomisation des femmes est en gestation

Africa-Press – Comores. Les autorités sanitaires à Mohéli, le Réseau femme et développement ainsi que la plateforme insulaire de lutte contre les violences basées sur le genre ont été réunis samedi dernier à la direction régionale de la santé. L’objectif était d’informer les parties prenantes sur le projet de nutrition et autonomisation des femmes aux Comores, mais également de faire une étude environnementale et sociale dudit projet financé par la Banque mondiale et coordonnée par le projet COMPASS.

Ce samedi 18 juin à la direction régionale de la santé à Mohéli était menés des échanges sur les aspects environnementaux et sociaux pour la mise en œuvre harmonieuse et durable d’un projet de nutrition et autonomisation des femmes aux Comores. Des responsables de l’éducation nationale, des représentants du ministère de la santé à travers la direction régionale, l’Association des femmes leaders pour la paix, le Réseau national femmes et développement, des représentants du projet COMPASS mais également des associations spécialisées dans les violences basées sur le genre ont tous pris part à cette réunion d’échange et d’information.

La nutrition et l’autonomisation des femmes aux Comores est un nouveau projet financé par la Banque mondiale à travers le ministère de la santé, de la solidarité et de la protection sociale et coordonné par le projet COMPASS. Ce projet a trois principales composantes. D’abord accroître l’impact des services de nutrition, de santé des filles et des femmes mais aussi la planification familiale. Puis accroître l’impact des services d’éducation, d’entrepreneuriat, de leadership et de lutte contre la VBG et enfin investir dans les institutions et les systèmes d’information qui soutiennent la nutrition et l’automatisation des femmes.

« Ce projet consiste à mettre en place un programme d’éducation nutritionnelle et sanitaire axé sur les élèves dans les écoles primaires et secondaires mais aussi à développer l’accessibilité et la qualité des soins de santé et des services de garde d’enfants pour les femmes » explique Mme Sitty Badaenti, la représentante insulaire du projet COMPASS.

Ce projet vise également à l’extension du soutien nutritionnel aux femmes enceintes et aux mères. Raison pour laquelle selon Sitty Badaenti, il y aura un transfert d’argent pour les femmes ayant des enfants hospitalisés à cause de la malnutrition aiguë. « Suite à la covid-19, le gouvernement comorien a sollicité l’appui de la Banque mondiale pour rehausser le niveau de vie des Comoriens plus précisément des femmes. D’où la mise en place de ce projet qui interviendra sur l’ensemble du territoire national » a-t-elle ajouté.

Riwad

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Comores, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here