Religion : sept diacres ordonnés à la cathédrale Sainte-Monique de Kinkala

3
Religion : sept diacres ordonnés à la cathédrale Sainte-Monique de Kinkala
Religion : sept diacres ordonnés à la cathédrale Sainte-Monique de Kinkala

Africa-Press – Congo Brazzaville. La Place mariale de la cathédrale Sainte-Monique de Kinkala, chef lieu du département du Pool, a servi de cadre, le 2 octobre, à la cérémonie marquant l’ordination de sept diacres par Mgr Ildevert Mathurin Mouanga, évêque de la localité.

Aubin Banzouzi, Balmin Venceslas Telotsamou Bazonzela, Bénédict Mahoukou-Nkaoulou, Duprel Sertatia Nkounkou Bikinkita, Emma Célestin Nsayi Massamba, Hervé Régis Ndala Babingui et Jude Orsien Samba sont les sept jeunes qui ont accepté de servir Dieu. Ils ont été ordonnés diacres par Mgr Ildevert Mathurin Mouanga, évêque de Kinkala, au cours d’une messe eucharistique marquant le lancement des activités de l’Église. « Pour ceux qui vont arriver à l’ordination sacerdotale, le rendez-vous est pris pour juillet 2023 à Kindamba, lors de la célébration du centenaire de l’Église Saint-Théophile de la localité », a fait savoir l’évêque de Kinkala.

Au nom des ordinants, l’abbé Jude Orsien Samba a indiqué que le Seigneur s’est choisi sept nouveaux diacres pour continuer son œuvre de salut. Dans le symbolisme biblique, a-t-il dit, ce qu’on appelle par la gématrie, le chiffre sept représente une richesse exceptionnelle. Sept est le chiffre de la perfection, de la complétude, de la plénitude, de la totalité, comme les sept couleurs de l’arc-en-ciel. « Souvenez-vous que Pierre demandera au Seigneur, combien de fois dois-je pardonner à mon frère, sept fois ?… Sept est le nombre des jours de la semaine, sept est le nombre des demandes du Notre Père, sept est le nombre des béatitudes et la huitième ne constitue que le résumé des sept autres. Notre Église compte sept sacrements. Le livre de l’apocalypse de Saint Jean cite aussi sept églises auxquelles l’Esprit du Seigneur s’adresse. Il y a sept notes de musique. En effet, au nombre de sept, nous avons commencé notre cycle de théologie, au nombre de sept, nous avons été admis au diaconat le 7 octobre 2017, dans la cathédrale Sainte-Monique. Au nombre de sept, nous avons été institués lecteurs et acolytes ; au nombre de sept, nous sommes ordonnés diacres… Être ordonnés au nombre de sept aujourd’hui, rejoint l’esprit de l’Église dans les temps apostoliques et nous insère vraiment dans cette lignée ininterrompue des Apôtres », a souligné l’ordinant.

Le diacre, un serviteur de Dieu et des hommes venant du Christ

L’ordinant Jude Orsien Samba a indiqué que c’est une première fois qu’un évêque ordonne sept candidats à la Place mariale pour le compte de Kinkala depuis 1987, année de création de cette diocèse. « Oui, Tu es digne Seigneur de recevoir l’honneur, la gloire et la puissance ! Toutefois, la marche n’est pas à son terme. C’est pourquoi, tout en vous promettant, avec le secours de l’Esprit Saint, de répondre efficacement aux exigences de nos futures charges pastorales, nous vous demandons de nous porter incessamment dans vos prières. C’est à travers vos contributions que la providence divine s’est déployée pour l’éclosion et le murissement de nos vocations. Nous vous en sommes gré, particulièrement vous, Mgr Ildevert Mouanga, qui a accueilli cet enfantement mystérique dans ce diocèse. Et, grand merci à l’abbé Nazaire Mabanza qui nous a accompagnés au cours de la retraite », a-t-il signifié.

Pour sa part, le vicaire général du diocèse et curé de la cathédrale Sainte-Monique, l’abbé Félix Maboundou, a exhorté les nouveaux diacres à plus de responsabilité. « Soyez ce que vous êtes devenus », a-t-il invité.

Après avoir été ordonné diacre, l’abbé Aubin Banzouzi a humblement livré ses impressions. « Au-delà de la joie, j’ai aussi un sentiment de responsabilité, parce que Dieu ne choisit pas des gens parfaits, il ne choisit pas des gens qui comptent sur leurs compétences, mais il choisit des serviteurs qui comptent sur lui et qui s’efforcent de demeurer avec lui. Car, de nous-mêmes nous ne pouvons pas, c’est par sa grâce que nous pouvons accomplir les œuvres qui reflètent son image, lui qui est Amour, Paix et Joie », a-t-il dit.

L’ordinant Aubin Banzouzi, qui a passé un stage prédiaconal d’une année à Mindouli, toujours dans le département du Pool, dit qu’être diacre est un clerc. Le diacre, a-t-il expliqué, est le troisième degré de l’état clérical après l’évêque et le prêtre. Par son étymologie, le mot diacre vient du mot diaconesse qui signifie service ministère, et donc un serviteur. Il est un serviteur de la charité à la charnière du monde et de l’Église. Il est serviteur de Dieu et des hommes venant du Christ.

Affecté comme vicaire à Kinkembo, dans le département du Pool, abbé Aubin Banzouzi a invité les habitants de cette localité à s’ouvrir à la parole de Dieu. « On apporte pas soi-même, on apporte le Christ et sa parole. Que la population de Kinkembo ne ferme pas son cœur, qu’elle s’ouvre à la parole de Dieu, cette parole qui peut nous libérer et nous sauver », a-t-il exhorté.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here