Eliminatoires Chan 2023 : dernière carte à jouer pour les Diables rouges

3
Eliminatoires Chan 2023 : dernière carte à jouer pour les Diables rouges
Eliminatoires Chan 2023 : dernière carte à jouer pour les Diables rouges

Africa-Press – Congo Brazzaville. Mal embarqués dans les éliminatoires du Championnat d’Afrique des nations (Chan) après leur défaite 1-2 face aux Fauves du Bas-Oubangui de la République centrafricaine, les Diables rouges sont condamnés à marquer au minimum un but et à ne pas en concéder pour se qualifier à la phase finale de la compétition qui se jouera en janvier 2023 en Algérie.

Le handicap n’est pas insurmontable le 4 septembre au stade Alphonse-Massamba Débat. Le but inscrit à l’aller sur penalty leur permet de conserver leurs chances de qualification comme si le match aller s’était soldé sur le score de parité. Le problème est que le match aller a symbolisé toutes les difficultés de l’équipe A’ à s’imposer dans le dernier geste. En défense comme en attaque, bref dans tous les compartiments, les Congolais ont montré quelques insuffisances qu’il faudrait vite corriger, car pour l’acte 2 de la double confrontation la moindre erreur se paiera cash surtout que les Diables rouges auront, selon le règlement, le privilège de recevoir.

La copie est à revoir de fond en comble et le reajustement du onze de départ pour faire sauter le verrou centrafricain s’impose quand on sait que les joueurs sur lesquels le staff technique misait ont plus que déçu. La meilleure défense est l’attaque dit-on. C’est justement dans ce secteur que vient la première déception. Pour gagner un match, il faut marquer des buts et une équipe qui ne marque pas assez ne peut pas aller loin. Les joueurs qui composeront la ligne d’attaque devraient se montrer à la hauteur en prouvant leurs qualités de finisseurs sans lesquelles le Congo n’ira pas en Algérie.

C’est un défi à relever dans la mesure où Kader Bidimbou, placé à la pointe de l’attaque a eu de meilleures situations mais il n’a pas été efficace, mis à part le penalty transformé pendant qu’Exaucé Nzaou était l’ombre de lui-même. Et Dorcas Akanapio non plus n’a pris de bonnes décisions. Au milieu, Hardy Binguila, l’un des joueurs cadres, responsabilisé capitaine, a été moins inspiré que d’habitude alors qu’en défense Ferdinand Junior Gouari, l’un des meilleurs dans la phase de préparation, passait à côté de son match à l’image d’un Samy Farnese Mapembé qui n’a rien apporté offensivement.

Ce tableau confirme notamment l’inconstance des joueurs locaux, capables de souffler le chaud et le froid jusqu’à plonger le staff technique dans le doute, car à l’heure actuelle il ne sait pas à quel moment faut-il les attendre à leur meilleur niveau.

« C’est la nature du joueur congolais. Quand il est sur la touche en rentrant il réagit mieux. Quand il commence il ne réagit pas. On ne doit pas nous blâmer d’avoir démarrer avec Kader Bidimbou, Exaucé Nzaou et Prince Obongo. Nous avons juste replacé Obongo pour sortir Binguila et ramener un autre joueur et cela a changé la physionomie du match », a déclaré Jean Elie Ngoya à la conférence de presse d’après match aller. Et de poursuivre : « C’est un groupe de onze joueurs sur le terrain qui ont donné trois facettes différentes. Certains ont été bien dans le match, deuxième plus ou moins et un troisième pas tout à fait », a-t-il expliqué. Il faudra réunir tous les ingrédients pour se montrer à la hauteur car le match se joue sur tous les aspects surtout la partie physique. Or au match aller, pendant l’échauffement Jean Elie Ngoya a rapporté à la conférence de presse d’après les propos du préparateur physique selon lesquels les joueurs ne réagissaient pas bien.

La contre-performance est- elle due à un problème psychologique ? Seuls les entraîneurs sont bien placés pour trancher. Le Chan est la compétition au cours de laquelle les Diables rouges brillent par leur régularité. En six éditions, le Congo y a participé à trois reprises 2014, 2018 et 2021 et court après sa quatrième qualification à la phase finale du Chan après avoir manqué les éditions 2009, 2011 et 2016.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Brazzaville, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here