Affaire des cartes visas: et si c’était le moyen utilisé par certaines hautes personnalités congolaises pour contourner les sanctions américaines ?

1
Affaire des cartes visas: et si c'était le moyen utilisé par certaines hautes personnalités congolaises pour contourner les sanctions américaines ?
Affaire des cartes visas: et si c'était le moyen utilisé par certaines hautes personnalités congolaises pour contourner les sanctions américaines ?

Africa-PressCongo Kinshasa. A plusieurs reprises, le Trésor américain a sanctionné des personnalités congolaises de premier plan pour violation répétée des droits humains. Interdites d’accès au territoire des Etats-Unis, ces personnalités ont également vu leurs avoirs en dollars gelés.

Ces mesures, on vient à peine de s’en rendre compte, n’ont produit aucun effet, le régime alors en vigueur au Congo ayant réussi à mettre sur pied un système sophistiqué pour les contourner.

A cet effet, il faut féliciter l’Inspection Générale des Finances pour avoir découvert le pot aux roses. La découverte du système des cartes Visas accordées à un groupe de privilégiés permet désormais de comprendre comment les sanctionnés de Washington et de l’Union Européenne ont continué à se la couler douce depuis de nombreuses années. Ils n’avaient aucun effort à faire. Il fallait juste se présenter devant un distributeur automatique et former un code…et l’argent sortait, sans odeur et sans clignotants. Chaque mois, le compte du Trésor était ainsi siphonné jusqu’à hauteur de cinquante mille dollars, soit un revenu annuel de six cents milles dollars américains.

Pris la main dans le sac, un ancien argentier de la République s’est permis de prendre tous les Congolais pour des imbéciles. Dans une note balancée sur les réseaux sociaux considérée comme la poubelle de tout ce qui nargue les consciences, il toise le peuple et lui raconte des salades d’un autre âge. « C’est depuis 1960 » que la pratique des cartes est de mise dans le pays, affirme-t-il sans rire. L’homme a oublié que jusqu’il y a une trentaine d’années, les cartes bancaires n’étaient pas d’usage dans notre pays. A-t-il compté sur une amnésie collective ? Erreur. Longtemps exploités et longtemps chosifiés, les Congolais n’oublient plus. Ils savent d’où ils viennent et ils connaissent parfaitement les visages de leurs bourreaux.

Dans le cas sous examen, ils ne sont pas prêts de passer l’éponge. Voir des individus ramasser chaque mois cinquante mille dollars pendant que les diplomates congolais dorment à la belle étoile et que les hôpitaux crient famine, personne ne peut accepter de telles ignominies. Cette affaire ne doit pas s’arrêter en cours de route. Elle doit aller jusqu’au bout.

Sanctions pénales

Selon des sources proches du dossier, les cartes bancaires illégalement accordées à des individus dont plusieurs sans qualité, ont servi à couvrir les besoins des membres de leurs familles. Cette pratique viole les dispositions légales et expose les personnes qui utilisent les cartes en lieu et place de leurs vrais propriétaires à des sanctions pénales. En clair, les enfants qui utilisent à l’etranger des cartes bancaires à la place des pillards restés au pays risquent de connaître des jours sombres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here