Équateur : encore une nouvelle requête contre l’élection du gouverneur Bobo Boloko déposée au conseil d’État

1
Équateur : encore une nouvelle requête contre l'élection du gouverneur Bobo Boloko déposée au conseil d'État
Équateur : encore une nouvelle requête contre l'élection du gouverneur Bobo Boloko déposée au conseil d'État

Africa-Press – Congo Kinshasa. Le poste du gouverneur de l’Equateur encore menacé. Une requête en appel contre l’arrêt rendu par la Cour d’appel de l’Équateur confirmant l’élection de Bobo Boloko Bolumbu a été déposée mardi 11 juin au conseil d’Etat. A la tête de cette démarche, les candidats malheureux pour corriger cette décision. Ces derniers estiment qu’il viole l’article 198 de la Constitution qui limite le mandat d’un gouverneur à une fois renouvelable alors que celui-ci en est à sa troisième fois.

C’est ce qu’indique Joseph Bayoko, candidat malheureux à l’élection du gouverneur de cette province. Ce dernier a saisi le chef de l’État pour lui demander de ne pas investir Bobo Boloko pour un troisième mandat en attendant les dénouements de l’affaire devant la justice.

“Nous venons de déposer une requête en appel contre l’arrêt rendu par la Cour d’appel de l’Équateur faisant office de la Cour administrative d’appel au niveau du conseil d’État pour corriger cet arrêt que nous considérons comme unique, comme une forfaiture par les juges de la Cour d’appel de l’Équateur. M. Bobo Boloko a été élu pour la troisième fois. C’est ce qui n’est pas conforme à l’article 198 de notre Constitution. C’est pourquoi nous sommes venus devant les juges du conseil d’État pour que cette erreur soit corrigée”, a indiqué Joseph Bayoko, candidat malheureux à l’élection de gouverneur dans la province de l’Equateur.

“Même si M. Bobo continue de dire qu’il a le soutien du Secrétaire général de l’Udps Augustin Kabuya, mais nous croyons que nous sommes dans un Etat de droit prôné par le président de la République et les responsables de l’Udps ne peuvent jamais avoir une main mise sur la justice. Nous croyons en la justice, nous croyons en la cour constitutionnelle, et nous croyons au conseil d’État pour dire le droit pour que cette disposition verrouillée de la Constitution sur la limitation de mandat du gouverneur ne puisse pas être torpillée par M. Bobo Boloko qui venait d’être proclamé provisoirement gouverneur pour un troisième mandat”, a-t-il renchéri.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here