Moins de 120.000 tonnes de café exportées en 2023

1
Moins de 120.000 tonnes de café exportées en 2023
Moins de 120.000 tonnes de café exportées en 2023

Africa-Press – Congo Kinshasa. L’Office National des Produits agricoles du Congo, ONAPAC, a exporté une production annuellement de moins de cent vingt mille tonnes de café par rapport aux années antérieures à cause de la baisse de production due à la guerre du M23/RDF.

« Nous exportions avant la guerre cent et vingt mille tonnes de café par an. La baisse de production est due à la guerre et l’absence d’un préfinancement des acheteurs étrangers ainsi que par la fraude qui a réduit sensiblement les produits à l’exportation », a déclaré Jean Chrisostome Djakemela Bokwango, Directeur chef de secteur.

Il a, à cet effet, déploré le problème d’insécurité relative à la guerre du Mouvement du 23 mars, qui a causé un déplacement massif de la population productrice du café qui vit dans les camps des déplacés.

Il a fait remarquer que l’insécurité est un défi majeur pour les producteurs de l’or vert dans les provinces en proie des rébellions depuis plus de deux décennies maintenant.

Outre ces défis auxquels l’Onapac fait face, il a cité également les difficultés de fonctionnement, obligeant les paysans à se concentrer sur les moyens de bord… Un autre problème est celui de consommation de notre production. » Les congolais ne consomment que le café importé, alors que le nôtre est meilleur et même plébiscité en dehors de nos frontières.

Appel à consommer les produits congolais

« Tous les étalages, dans les supers marchés à Goma, sont pleins du café importé », a-t-il souligné.

Le directeur-chef du secteur, a demandé à la population de Goma de consommer leur café, pour devancer les pays importateurs à ne pas continuer à s’arroger le droit de fixer le prix de notre café comme ils veulent. « Et si tous les pays africains producteurs de l’or vert, dont l’Ethiopie, première productrice en Afrique, consommaient la moitié de leurs productions pouvait déséquilibrer le marché et mettre un terme à leur aventure de nous maintenir dans un sous-développement chronique », a-t-il soutenu tout en s’appelant à consommer notre café qui contient de nombreuses vertus.

M. Jean Chrisostome Djakemela a conseillé aux compatriotes disposant des moyens financiers efficaces, de se lancer dans l’agriculture d’exportation pour créer une classe moyenne et ramener des devises en RDC.

« La terre ne ment pas. Vous plantez le caféier, vous avez la plante qui préserve le climat, les gens consomment et l’État trouvent son compte, à l’instar du Brésil », a-t-il martelé.

Pour inciter les congolais à consommer leur café, l’Onapac/Goma, s’est procuré un torréfacteur qui sera mis en marche vers le 15 mars 2024.

Pour rappel, l’Onapac a pour objet de promouvoir la culture et le développement des débouchés intérieurs et extérieurs des produits agricoles d’exportation et leurs dérivés, notamment le thé et le cacao.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here