L’Ouganda officialisé agresseur de la RDC par l’ONU

3
L’Ouganda officialisé agresseur de la RDC par l’ONU
L’Ouganda officialisé agresseur de la RDC par l’ONU

Africa-Press – Congo Kinshasa. Un rapport fuité des experts de l’ONU a officiellement désigné l’Ouganda comme agresseur de la RDC. Le document charge l’armée ougandaise de soutenir activement les rebelles du M23. Ce déballage a provoqué une vive réaction de Kampala qui, sans convaincre, a rejeté catégoriquement ces allégations.

« Le groupe d’experts a obtenu des preuves confirmant le soutien actif au M23 de la part de certains responsables des UPDF et du commandement du renseignement militaire ougandais (CMI) », soutiennent les enquêteurs. Des sources de renseignement et des individus proches du M23 ont confirmé la présence continue d’officiers du renseignement militaire ougandais à Bunagana depuis la fin 2023.

Les hauts gradés de l’armée de Museveni assureraient la coordination logistique et le transport des dirigeants du M23 vers les zones contrôlées par le groupe rebelle. « À cela, il faut ajouter le transit régulier des troupes, des véhicules et des fournitures militaires du M23 et des RDF (Forces de défense rwandaises) à travers le territoire ougandais », poursuit le rapport qui précise que l’ampleur et la fréquence de ces mouvements rendent improbable l’ignorance de telles activités par le gouvernement ougandais.

Les démentis de Kampala

Face à ces graves accusations, le gouvernement ougandais a fermement nié tout soutien au M23. Son ministre des Affaires étrangères a déclaré que l’implication de l’Ouganda dans la résolution diplomatique du conflit était bien connue de Kinshasa et d’autres parties prenantes. « Les accusations renouvelées, comme les précédentes, sont infondées car l’Ouganda est un bâtisseur de la paix et non un fauteur de guerre dans la région », a insisté Henry Oryem Okello, le ministre d’État chargé des Affaires étrangères.

De plus, le diplomate a expliqué que l’engagement de l’Ouganda aux côtés du M23 visait à encourager les rebelles à faire part de leurs revendications à la RDC.

« L’engagement que nous avons eu avec le M23 visait à mettre fin au conflit. Nous voulions qu’ils s’engagent directement et fassent part de leurs revendications à la République démocratique du Congo. C’était très simple », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que: « Nous ne les avons pas amenés en Ouganda, et nous ne leur avons pas donné des armes. Ce sont des foutaises ».

Contexte et Réactions

Depuis novembre 2021, l’Ouganda mène une offensive militaire conjointe avec l’armée congolaise, les FARDC, baptisée “opération Shujaa”, contre les rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe terroriste islamiste affilié à l’État islamique. Cependant, les relations entre les deux nations sont devenues tendues, Kinshasa soupçonnant Kampala de jouer un double jeu en soutenant le M23 tout en combattant les ADF.

D’ailleurs, le quotidien Africa Intelligence a récemment révélé que le gouvernement congolais, méfiant à l’égard de l’Ouganda, cherche discrètement à mettre fin à la présence des troupes ougandaises sur son sol. Cette révélation de l’ONU intervient dans un climat de suspicion croissante et de méfiance mutuelle, compliquant davantage les relations entre les deux pays.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here