Tshisekedi aux sénateurs : « La population a besoin d’une nouvelle dynamique »

2
Tshisekedi aux sénateurs : « La population a besoin d’une nouvelle dynamique »
Tshisekedi aux sénateurs : « La population a besoin d’une nouvelle dynamique »

Africa-PressCongo Kinshasa. « La population a besoin d’une nouvelle dynamique pour répondre à ses attentes ». Ce sont là les mots-clés du chef de l’État devant les 85 sénateurs de l’Union sacrée de la nation qu’il a reçus pour la première fois, samedi 5 juin dans la soirée. Et même si la paix et la sécurité restent les principales préoccupations de Félix Tshisekedi, il n’y a point de doute, le cinquième président de la République tient à marquer la rupture avec le passé.

C’est pour dire qu’avec ou sans fracas, cette rupture consiste également à laisser libre cours à la Justice. Certains sénateurs ne l’ont pas caché. Ils sont appelés à ne pas faire obstruction à la justice, de peur de discréditer la Chambre haute du Parlement. Cette Chambre qui est d’ailleurs en instance d’examen des réquisitoires du Procureur général près la Cour constitutionnelle, sollicitant la levée des immunités parlementaires des Sénateurs cités dans le rapport de l’IGF sur la débâcle du parc-agro-industriel de Bukanga Lonzo.

La rupture, c’est aussi organiser des élections différemment de celles connues par le passé. Le chef de l’État qui tient à un processus électoral crédible, a clairement sollicité l’appui des Sénateurs pour le vote de la loi électorale ainsi que la loi sur le fonctionnement de la Céni.

Conduits par le président de leur institution, Modeste Bahati Lukwebo, 85 sénateurs membres de l’Union Sacrée de la nation ont été reçus, samedi 5 juin dans la soirée, par le président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Cette première rencontre a permis au chef de l’État de féliciter de vive voix ces parlementaires de la Chambre haute pour leur courage politique, en s’engageant au sein de l’Union Sacrée de la nation.

« Vous ne le regretterez pas », leur a dit le président de la République, tout en expliquant sa vision de l’Union sacrée.

Pour Félix Tshisekedi, « la population a besoin d’une nouvelle dynamique pour répondre à ses attentes ». Une nouvelle dynamique, voilà la phrase qui dit tout. Mieux, qui résume les principes que tient à édicter le premier citoyen de la République, à savoir la rupture avec le passé. Mais également la pacification de tout le territoire national avec l’accélération de la lutte contre des groupes armés qui sévissent et sèment la désolation auprès des populations.

À ce sujet, d’ailleurs, le chef de l’État s’est exprimé sur l’état de siège qui a rencontré l’adhésion tous azimuts de toute la population. « Nous avons la détermination et les moyens de renforcer nos forces armées », a précisé le président de la République qui a encouragé les Chambres parlementaires à voter une loi d’habilitation qui permettra la prolongation tous les 15 jours de l’état de siège dans les deux provinces concernées (Nord-Kivu et Ituri).

La rupture, c’est aussi la lutte contre la pauvreté par des actions sociales et une politique novatrice de cohésion nationale ; c’est également et surtout la lutte efficace et déterminée contre la corruption et les anti-valeurs notamment l’impunité, la mauvaise gouvernance… C’est ici que le Sénat aujourd’hui devra s’affirmer en jouant sa partition pour marquer la rupture. Et certains sénateurs ne l’ont pas caché. Ils sont appelés à ne pas faire obstruction à la justice, de peur de discréditer la Chambre haute du Parlement. Cette Chambre qui est d’ailleurs en instance d’examen des réquisitoires du Procureur général près la Cour constitutionnelle, sollicitant la levée des immunités parlementaires des Sénateurs cités dans le rapport de l’IGF sur la débâcle du parc-agro-industriel de Bukanga Lonzo.

Dans la foulée, le président de la République a aussi sollicité l’appui des sénateurs pour le vote de la loi électorale ainsi que la loi sur le fonctionnement de la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

« Je tiens à l’organisation d’un processus électoral crédible », a fait savoir Félix Antoine Tshisekedi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here