Drame à Fizi : le mwami Charles Simbi assassiné !

3
Drame à Fizi : le mwami Charles Simbi assassiné !
Drame à Fizi : le mwami Charles Simbi assassiné !

Africa-Press – Congo Kinshasa. Le Mwami Charles Sadi Omar Simbi, Chef du Groupement Babungwe-Nord, dans le secteur de Tanganyika en territoire de Fizi au Sud-Kivu a été assassiné la nuit de ce samedi 22 juin 2024 aux environs de 20 heures 30. C’est en tout cas ce que confirment plusieurs sources sur place à La Prunelle RDC.

Au cours de cette fusillade, au moins trois personnes ont rendu l’âme sur place. Il s’agit d’un responsable militaire de la place, un agent de la Direction Générale des Migrations et un garde-du-corps.

Le Chef coutumier qui avait été grièvement blessé avec son épouse, a rendu l’âme un peu plus tard à l’Hôpital de Nundu où il suivait les soins, confirment des sources locales. Sa femme, elle, poursuit des soins dans une structure médicale de la place.

La mort du mwami Charles Simbi a été confirmée un peu plus tard à travers un communiqué de sa famille.

Selon des sources concordantes, le drame a eu lieu à Mboko. Les circonstances claires de cette fusillade ne sont pas encore élucidées mais monsieur Miubakano Msabah Mteembya Gédéon, le Chef de Secteur Tanganyika pointe du doigt des éléments FARDC récemment déployés dans la zone.

« On vient de tuer le commandant en place de la FARDC sur place et que Mwami Sadi Simbi Charles, Chef de Groupement de Babungwe-Nord et sa femme sont victimes des balles réelles. Le Mwami est acheminé à L’hôpital Général de référence de Nundu dans un état critique. Je suis à Bukavu afin de participer à la remise et reprise de Gouverneur du Sud-Kivu. Selon des sources concordantes, ce sont nos jeunes militaires récemment déployés en Secteur de Tanganyika qui auraient commis ce forfait. On ne sait pas s’ils sont venus pour exterminer la population ou assumer la sécurité. Nous demandons aux autorités provinciales de voir comment évacuer ces militaires dans ce milieu », disait le Chef de Secteur, dans un message consulté par La Prunelle RDC tard dans la nuit de ce samedi.

Le Gouverneur Purusi présente ses condoléances !

Ce dimanche, les condamnations fusent de partout. Sur les réseaux sociaux, acteurs politiques et de la Société Civile dénoncent la mort d’un acteur clé dans la défense des intérêts du territoire de Fizi et de la Province du Sud-Kivu.

Dans un message largement relayé sur les réseaux sociaux, le nouveau Gouverneur Jean-Jacques Purusi se dit « horrifié ».

« De Kinshasa, où je séjourne, pour des raisons d’État, je suis horrifié par la nouvelle de fusillades survenus à Mboko, cette nuit du samedi 22 au dimanche 23 juin 2024, ayant occasionné la mort de trois de nos concitoyens, des blessés, et plus tristement la mort du Mwami Charles Sadi Omar Simbi, Chef de Groupement de Babungwe Nord. Cette nouvelle m’a horrifié, et je souhaite vous dire toute ma consternation », dit le communiqué partagé par des communicateurs.

Jean-Jacques Purusi demande « instamment » aux instances judiciaires, et à la 33e Région militaire, de diligenter des enquêtes pour que « les malfrats soient punis ».

« À tous les Chefs Coutumiers du Sud-Kivu, la population de Fizi et de Mboko, en particulier, j’exprime ma solidarité dans cette cruelle épreuve ».

Le Mwami Simbi Charles était notamment connu pour son implication dans la réforme du secteur de sécurité en RDC. A la tête de l’association des Chefs Coutumiers de Fizi, ce chef coutumier était connu pour son dynamisme et pour sa proximité avec sa population et d’autres couches des communautés du Sud-Kivu.

Colère à Mboko

La nouvelle de la mort du mwami Simbi a révolté des habitants de Mboko l’avant-midi de ce dimanche 23 juin. Plusieurs habitants sont descendus dans la rue pour protester contre cet acte qui emporte la vie de l’un des gardiens de leur coutume.

Sur des vidéos amateurs, on pouvait voir des jeunes allumant le feu sur plusieurs tronçons du centre de Mboko. La circulation est coupée. Aucune activité sur place alors que les acteurs sociaux appellent à la retenue avant que les services attitrés ne clarifient la situation et que les auteurs soient mis hors d’état de nuire.

Jean-Luc M.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here