Ig Nobel 2022 : la crème glacée soulage un effet secondaire de la chimio

3
Ig Nobel 2022 : la crème glacée soulage un effet secondaire de la chimio
Ig Nobel 2022 : la crème glacée soulage un effet secondaire de la chimio

Africa-Press – Congo Kinshasa. Tous les ans, la cérémonie des Ig Nobel récompense les recherches scientifiques les plus insolites. Cette année, les lauréats dans la catégorie médecine ont trouvé une utilité insoupçonnée à la crème glacée !

Le 15 septembre 2022 a eu lieu la 32e cérémonie des Ig Nobel, un prix qui récompense « les choses qui font rire puis réfléchir » dans dix domaines allant des sciences dures, à l’économie ou à la littérature. Le prix dans la catégorie médecine de cette édition 2022 a été décerné à des chercheurs polonais de l’université de médecine de Varsovie pour leur travail sur la crème glacée. Leur étude, publiée en novembre 2021 dans Scientific Reports, montre que manger une glace peut prévenir l’apparition d’un effet secondaire très fréquent chez les personnes ayant subi une chimiothérapie préventive avant un traitement à base de cellules souches pour soigner leur maladie.

Crème glacée ou sorbet ?

La transplantation autologue (donneur et receveur sont une même personne) de cellules souches hématopoïétiques est un traitement standard pour plusieurs pathologies dont le myélome multiple — un cancer qui touche les globules blancs –, l’amyloïdose ou encore la sclérodermie systémique. Avant que la transplantation ne se fasse, les patients doivent subir plusieurs régimes de chimiothérapies à base de melphalan fortement dosé. Ce traitement induit un effet secondaire très commun, la mucite ou mucosite orale, une inflammation douloureuse des muqueuses buccales. Pour prévenir son apparition, la cryothérapie est proposée aux patients, mais plutôt que des glaçons ou des poches de glace, les scientifiques polonais ont tenté l’expérience avec les sorbets et crèmes glacées disponibles à la cafétéria de l’hôpital.

Les scientifiques ont établi le protocole suivant pour les 52 patients qui ont accepté de faire l’expérience : une glace au début de leur chimio, puis trois autres pendant le traitement, parfums aux choix. Les patients pouvaient en recevoir des supplémentaires à leur demande. Le plus important pour les scientifiques était que les patients laissent fondre doucement la glace dans leur bouche pour que le froid puisse agir comme dans une cryothérapie classique. L’apparition de la mucite a été comparée auprès de 22 patients qui ont été privés de glace.

Résultat, seuls 15 patients sur 52 ont développé une mucite dans le groupe « glace » contre 13 sur 22 dans l’autre groupe. Les analyses statistiques montrent que consommer crèmes glacées et sorbets a un effet protecteur significatif contre la mucite. Cette étude n’entend pas révolutionner la prise en charge des patients en chimio avec des glaces ; elle est trop modeste pour faire changer les protocoles déjà en place, mais elle atteint parfaitement l’objectif des Ig Nobel : faire rire puis réfléchir.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Congo Kinshasa, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here