Afrique subsaharienne : Les canaux par lesquels la guerre russo-ukrainienne affecte cette partie du continent

9
Afrique subsaharienne : Les canaux par lesquels la guerre russo-ukrainienne affecte cette partie du continent
Afrique subsaharienne : Les canaux par lesquels la guerre russo-ukrainienne affecte cette partie du continent

Anouar CHENNOUFI

Africa-Press – Côte d’Ivoire. La guerre russe contre l’Ukraine a fait monter en flèche les prix des denrées alimentaires et du carburant dans le monde, en particulier en Afrique subsaharienne, et cela a brouillé les cartes quant aux perspectives économiques de la région, dont les pays concernés se sont retrouvés en plein dans cette tourmente.

Cette crise n’aurait pas pu tomber à un pire moment, alors que la croissance commençait à se redresser, les décideurs politiques commençaient également à cicatriser les blessures causées par les impacts sociaux et économiques dus à la pandémie de COVID-19, et à d’autres défis de développement.

C’est d’ailleurs pourquoi de nombreux économistes ont alerté que cette guerre pourrait avoir de profondes répercussions, érodant le niveau de vie et exacerbant les déséquilibres macroéconomiques dans la région.

Jetons un coup d’œil à ces canaux

L’Afrique subsaharienne sera négativement affectée par de nombreux canaux si la guerre ukrainienne se poursuit, dont on peut citer ici les quatre plus importants :

1- Prix des denrées alimentaires

Les prix des denrées alimentaires représentent environ 40% des dépenses de consommation dans la région et augmentent rapidement. Les pays de la région n’importent qu’environ 85% de l’approvisionnement en blé, sans parler des autres céréales et de diverses denrées alimentaires. La guerre a affecté la chaîne d’approvisionnement mondiale de ces produits de base, et ainsi de nombreux pays du continent ont commencé à être incapables de répondre à la forte demande intérieure pour ces produits.

2- Prix des carburants et des engrais

Le secteur des carburants a été le premier secteur à réagir à la crise de la guerre en Ukraine. Les prix des carburants dans les pays de la région ont augmenté de manière significative, et continuent de grimper :

-/- Cette hausse des prix du carburant a entraîné une hausse constante des autres biens et services liés à ce produit de base,

-/- Elle a affecté les transports, les communications et divers services de production, parce qu’il n’y a pas assez de stock de carburant pour faire fonctionner de simples usines,

-/- Et les prix des engrais ont également affecté négativement la production locale, parce que le secteur agricole a été touché, puis la production alimentaire locale a été touchée à son tour.

Pris ensemble, ces facteurs affecteront directement les groupes à faible revenu, en particulier dans les zones urbaines, et augmenteront l’insécurité alimentaire.

3- Prix de l’énergie (pétrole et gaz)

La hausse des prix de l’énergie a augmenté la facture d’importation des importateurs de pétrole de la région d’environ 19 milliards de dollars, ce qui aggrave les déséquilibres commerciaux et augmente les coûts de transport et autres coûts de consommation. Les pays fragiles importateurs de pétrole seront les plus durement touchés, où les soldes financiers devraient se détériorer d’environ 0,8 % du PIB. Par rapport aux attentes d’octobre 2021, il est le double de celui des autres pays importateurs de pétrole. D’autre part, les huit pays exportateurs de pétrole de la région bénéficieront de la hausse des prix du pétrole brut, par conséquent, la réalisation de l’intégration économique entre les pays de la région permettra d’atténuer la gravité de ces crises.

4- Dépenses de développement

Une augmentation significative des dépenses de développement est attendue sous la forme d’une mobilisation accrue des recettes fiscales et d’une maîtrise de la pression de la dette, ce qui conduit à un équilibre budgétaire déjà délicat. Les autorités financières des pays de la région, en général, ne sont pas en bonne position pour faire face à des chocs supplémentaires après l’épidémie de Covid-19.

Les politiques de subventions aux carburants menées par certains pays de la région, compte tenu des prix élevés du pétrole, sont considérées comme des coûts financiers directs pour les pays non producteurs de pétrole, tandis que l’inflation rendra la réduction de ces subventions impopulaire dans le pays. Ainsi, les pressions sur les dépenses ne feront qu’augmenter avec le ralentissement de la croissance, tandis que des taux d’intérêt plus élevés dans les économies avancées peuvent rendre le financement plus coûteux et plus difficile à obtenir pour certains gouvernements, à mesure que leur dette extérieure s’accumule.

Comment les pays d’Afrique subsaharienne peuvent-ils résoudre ces crises ?

Les dirigeants africains n’ont pas besoin d’une baguette magique pour résoudre les crises économiques imminentes ainsi que d’autres crises en cours, ils ont juste besoin de libérer la décision souveraine de leurs pays en premier lieu, puis d’élaborer des plans stratégiques basés sur l’économie, le développement, la sécurité et d’autres stratégies à planifier.

Les pays ont besoin d’une réponse politique prudente à ces défis de taille. La politique budgétaire doit être conçue pour éviter d’accroître les vulnérabilités liées à la dette souveraine et autre, et les décideurs doivent également, dans la mesure du possible, utiliser les transferts directs pour protéger les ménages les plus vulnérables, et l’amélioration de l’accès au financement pour les agriculteurs et les petites entreprises est également utile.

Les pays qui ne peuvent pas fournir de transferts ciblés peuvent utiliser des subventions temporaires ou des réductions d’impôts ciblées, avec des dates de fin claires et précises. S’ils sont bien conçus, ils peuvent protéger les familles les plus démunies en leur laissant le temps de s’adapter progressivement aux prix des produits de base.

Pour renforcer la résilience face aux crises futures, il reste important pour ces pays de développer des filets de sécurité sociale efficaces. La technologie numérique, comme l’envoi et la réception d’argent via un téléphone portable ou des cartes à puce, peut être utilisée pour mieux cibler les envois de fonds sociaux, comme l’a fait le Togo pendant la pandémie.

Visions de spécialistes

Pour les économistes, les importateurs de produits de base de la région, tels que le Bénin, l’Éthiopie, le Malawi et le Cameroun, devront trouver des ressources pour protéger les travailleurs et les personnes vulnérables, en mettant de l’ordre aux dépenses prioritaires. Les exportateurs géants, tels que le Nigeria, sont susceptibles de bénéficier de la hausse des prix du pétrole, mais les gains financiers ne seront possibles que si leurs subventions aux carburants sont contenues.

Selon eux, il est important de noter que les gains exceptionnels devraient être largement consacrés au renforcement des marges de manœuvre, soutenus par des institutions financières solides telles qu’un cadre budgétaire à moyen terme fiable et un système de gestion des finances publiques solide, et à la lutte contre toutes les formes de corruption.

Les observateurs indiquent que, pour naviguer entre les processus de maîtrise de l’inflation et de soutien à la croissance, et faire un compromis entre eux, les banques centrales devront surveiller attentivement l’évolution des prix et relever les taux d’intérêt si les anticipations d’inflation augmentent. Ils doivent également se prémunir contre les risques pour la stabilité financière posés par des taux plus élevés et maintenir un cadre politique crédible étayé par une forte indépendance et une communication claire.

Autres visions liées

Par ailleurs, il importe de rappeler que, dans la mêlée de cette guerre, le blocus des ports ukrainiens a entraîné une hausse des prix des céréales et d’un certain nombre d’autres marchandises, qui a touché les pays africains en premier lieu, sachant que l’Ukraine était l’un des principaux fournisseurs de ces produits de base dans la région.

D’ailleurs, des protestations et un appauvrissement de la population ont déjà lieu en Afrique en raison de l’augmentation des prix, sans omettre que près de la moitié des pays africains n’ont pas condamné publiquement l’invasion russe, mais ont préféré poursuivre leur coopération avec la Russie.

Aucun pays africain ne s’est associé aux sanctions contre la Russie, et l’Ukraine voudrait changer cette attitude et attirer les pays africains dans son camp, d’autant plus que les autorités ukrainiennes tentent d’acheter les armes dont les forces armées ukrainiennes ont besoin, sur le continent africain.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here