Quelles politiques énergétiques en Afrique à la lumière de ce bouleversement mondial ?

10
Quelles politiques énergétiques en Afrique à la lumière de ce bouleversement mondial ?
Quelles politiques énergétiques en Afrique à la lumière de ce bouleversement mondial ?

Anouar CHENNOUFI

Africa-Press – Côte d’Ivoire. Suite à la flambée du prix des carburants dans le monde, due à la guerre russo-ukrainienne, ainsi qu’à d’autres facteurs économiques et géopolitiques liés au secteur des énergies, nous avons vu utile d’évoquer ici les politiques énergétiques sur le continent africain.

Il faut d’abord reconnaître qu’il est plus que nécessaire, aujourd’hui, que l’Afrique mette en place un développement global et juste qui s’étend sur tout le continent et qui se coordonne verticalement et horizontalement pour assurer un solide pouvoir de négociation africain contre les cartels pétroliers qui drainent d’énormes richesses de manière injuste, en l’absence de volonté politique et devant une corruption endémique qui sévit parmi les élites africaines dirigeantes.

Il faut se mettre à l’évidence, également, que les combustibles fossiles ont constitué l’épine dorsale de la civilisation contemporaine pendant un siècle et demi, en particulier le pétrole et le gaz, et ce, malgré les risques environnementaux catastrophiques qui ont conduit au réchauffement climatique, lequel a conduit à une série dramatique de catastrophes environnementales dans diverses parties du monde, au cours des deux dernières décennies et dont la fréquence a augmenté au cours des quatre dernières années.

C’est pourquoi cet état des choses a mené à la croissance de la conscience environnementale autour de la planète, et des groupes de protection de l’environnement sont devenus actifs dans la plupart des continents du monde, ce qui a conduit à une ruée mondiale pour sauver la planète. Il y a eu de l’optimisme pendant des mois au cours de l’année 2021, cependant, les indicateurs actuels indiquent exactement le contraire, car ces indicateurs révèlent que la dépendance aux combustibles fossiles en tant que source d’énergie augmentera par des records sans précédent au moins jusqu’au début des années quarante de ce siècle.

Politiques énergétiques en Afrique

Champ pétrolier algérien

Les politiques énergétiques en Afrique constituent le comble de la complexité et du chevauchement en raison de l’imbrication du facteur externe avec le facteur interne, au sein duquel se perd presque la souveraineté nationale, les intérêts internationaux et la recherche d’influence et d’hégémonie entre les acteurs internationaux et régionaux. Parfois, elle se manifeste par une ingérence flagrante dans les affaires intérieures des pays africains, et parfois en soutenant un allié ou une partie à un conflit, ou en déclenchant des guerres si nécessaire.

Étant donné que les combustibles fossiles sont devenus depuis des décennies un déterminant majeur des interactions internationales et une base de réflexion stratégique mondiale, l’organisation des Nations Unies a cherché à travers les réunions de l’Assemblée générale depuis les années soixante du siècle dernier la nécessité d’établir la souveraineté sur les ressources et les richesses naturelles, et que les politiques internationales telles que les objectifs de développement durable à l’horizon 2030 et l’Agenda 2063 de l’Afrique complètent la législation nationale.

Cependant, le fossé est grand entre le principe de souveraineté et ses applications contemporaines. Les mutations internationales complexes après la fin de la guerre froide ont conduit au dessin de la carte géopolitique mondiale et à la réémergence du continent africain sur la scène internationale en raison de ses richesses et de ses minéraux, et en réponse à l’écho de la coopération internationale ou la concurrence, puis la recherche de nouvelles opportunités et d’alliés.

A noter que les grandes compagnies contrôlent le secteur pétrolier en vertu de leurs énormes capacités, contrairement à la faiblesse financière et scientifique des pays africains, tandis que les compagnies nationales jouent un rôle limité et secondaire. Les contrats de licence des compagnies pétrolières avec les pays africains s’étendent parfois sur plus de vingt ans, et il existe plusieurs types de contrats pétroliers, sachant que le secteur génère des profits et d’énormes richesses, et il n’est donc pas surprenant que les géants mondiaux du pétrole contrôlent les politiques énergétiques en Afrique.

Il existe de nombreux acteurs dans le domaine, des institutions internationales telles que la Banque mondiale aux multinationales occidentales (euro-américaines) et asiatiques, en passant par des pays de différents continents. L’Afrique de l’Ouest revêt une importance vitale particulière, où les investissements dans cette région sont dominés par de grandes entreprises américaines, telles que : Exxon Mobil, Amerada Hess, Chevron Texaco et Maratho Oil.

Le front afro-atlantique des politiques énergétiques, notamment avec les États-Unis d’Amérique et les pays d’Europe occidentale, ouvre de larges horizons, et les États-Unis sont stationnés dans l’Atlantique à Luanda et dans le golfe de Guinée équatoriale.

Il connaît un état d’expansion à Nouakchott à travers son projet d’ambassade et de base militaire, au regard des calculs géopolitiques liés à la sécurisation de l’océan Atlantique et des approvisionnements énergétiques et à la consolidation de sa présence face à ses concurrents puis à la pénétration des colonies françaises.

Les rives orientales constituent un avantage pour les puissances asiatiques en général et pour les plus fortes d’entre elles en particulier (Pékin, New Delhi, Tokyo, Téhéran, Ankara), car « la présence des bases chinoises et japonaises à Djibouti n’est que la preuve de l’importance stratégique de cette région dans la stratégie croissante de l’Asie en Afrique » et l’importance du continent africain va augmenter dans les prochaines années du fait de sa qualification pour abriter 70 % des énergies renouvelables du monde de demain.

Coup d’œil sur la production pétrolière africaine

L’Afrique compte le plus grand nombre de pays producteurs de pétrole, avec 21 pays contre 19 en Asie, 19 en Europe et 10 en Amérique du Nord.

L’Afrique possède également environ 125 milliards de barils de réserves de pétrole, soit près de la moitié de ce que possède l’Arabie saoudite (260 milliards de barils), sachant que les réserves les plus importantes sont concentrées dans les pays suivants : Libye, Nigéria, Algérie, Angola, Soudan, Égypte, Congo Brazzaville, Ouganda, Gabon et Tchad.

On relève qu’au cours des trois dernières années, la production totale annuelle moyenne en Afrique était d’environ 372 millions de tonnes de pétrole, et plus de la moitié de cette production provenait de trois seuls pays : le Nigeria, la Libye et l’Algérie.

TOP TEN des pays africains producteurs de pétrole selon le volume de production

Extraction du pétrole nigérian

En 2021, la liste de la production de pétrole dans les 10 premiers pays africains indiquait ce qui suit :

• Le Nigéria : Il produit en moyenne 1,27 million de barils de brut par jour. C’était le plus grand producteur de pétrole brut en 2021,

• La Libye : produit en moyenne 1,21 million de barils de pétrole brut par jour,

• L’Angola : produit 1,11 million de barils de pétrole brut par jour,

• L’Algérie : produit en moyenne 959 000 barils de pétrole brut par jour,

• L’Egypte : Elle produisait 559 000 barils par jour,

• La République du Congo : La production quotidienne de ce pays était en moyenne de 253 000 barils,

• Le Gabon : La production du Gabon était en moyenne de 188 000 par jour,

• Le Ghana : la production atteint 176 000 barils par jour,

• La Guinée : La production quotidienne moyenne de ce pays est de 71 000 barils,

• Le Tchad : Sa production atteint 70 000 barils par jour.

Production gazière en Afrique

Gaz algérien exporté en Europe à travers Tunisie-Italie

Les fermetures liées au coronavirus ont entraîné une offre excédentaire de gaz et des prix très bas, en particulier au premier semestre 2020, avant que la situation ne bascule et que le marché mondial du gaz ne connaisse une forte hausse des prix et des pénuries fin 2021. La situation s’est poursuivie – et s’est même aggravée – en 2022, à cause de la guerre russe contre l’Ukraine.

Selon le rapport sur le marché mondial du gaz récemment publié par l’Union internationale du gaz, la production mondiale de gaz naturel est passée à 4 028 milliards de mètres cubes en 2021, contre 3 865 milliards de mètres cubes en 2020.

A noter que l’Algérie est le premier exportateur de gaz du continent africain et le septième au monde, avec une part annuelle de 41,1 milliards de mètres cubes (26,1 milliards par gazoducs, 15 milliards de liquide), suivi du Nigeria, le huitième au monde, avec une part de 28,4 milliards de mètres cubes, totalement en liquide.

L’importance accordée à l’énergie en Afrique

L’intérêt pour le secteur des énergies en Afrique s’est manifesté à deux reprises historiques : • 1-après la guerre du mois du Ramadan en octobre 1973 entre les pays arabes et Israël, lorsque six membres arabes de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole ont annoncé l’interdiction des exportations vers les pays soutenant Israël, surtout les États-Unis.

A cette époque, le prix du pétrole avait quadruplé pour atteindre 11,65 dollars le baril, ce qui a provoqué une récession dans les pays occidentaux et une forte inflation, et constitué un choc violent sur l’économie mondiale dont les répercussions furent senties durant plus d’une décennie.

• 2-en mars 2014, après que la Fédération de Russie ait annexé la Crimée ukrainienne à son territoire.

Dans le premier cas, les pays occidentaux, en particulier les États-Unis d’Amérique, ont pris conscience du danger de dépendre d’une seule source d’énergie, de la nécessité de diversifier et de multiplier les sources d’énergie, ainsi que de la nécessité de constituer une réserve stratégique toujours prête à être utilisée en cas d’urgence ou de force majeure.

Dans le second cas, les pays occidentaux ont réalisé le danger de la dépendance du continent européen au gaz russe et, il y a huit ans, ils ont commencé à chercher des alternatives, dont le rythme a été accéléré par la récente guerre russe contre l’Ukraine.

Et dans les deux cas, l’Afrique était la plus proche, et c’est ainsi que les grandes compagnies pétrolières du monde consacrèrent 80 % de leurs budgets d’exploration en Afrique subsaharienne.

Actuellement, la région du golfe de Guinée est considérée comme l’une des plus importantes zones de production pétrolière d’Afrique, outre les énormes réserves qu’elle recèle (60 milliards de barils) et les énormes réserves de gaz naturel (comme l’Afrique du Nord – où est située en plein la Libye – qui flotte sur d’énormes réserves de pétrole et de gaz). Enfin, “Cosmos” et “Chevron” ont évoqué d’importantes découvertes sur les côtes atlantiques du Sénégal et de la Mauritanie, qui placent les approvisionnements pétroliers actuels dans le golfe de Guinée et à venir au Sénégal et en Mauritanie « dans un lieu propice qui les qualifie pour l’exportation » vers le continent nord-américain, et aussi vers l’Europe qui est considérée aussi comme un grand consommateur de pétrole, tout en assurant des économies sur les coûts de transport, ce qui est en soi un facteur important, étant donné que 40 % des dépenses mondiales de transport sont absorbées par la production pétrolière et que les zones de production sont éloignées des zones urbaines et proches des mers.

Néanmoins, il importe de noter que les pays africains, qui disposent d’importantes ressources pétrolières et gazières, connaissent déjà des crises étouffantes ainsi qu’une instabilité depuis des décennies, et que les pays pétroliers africains connaissent à leur tour des déséquilibres structurels dont les plus importants sont :

• L’instabilité,

• La corruption,

• L’absence de bonne gouvernance,

• Les troubles du développement,

• La criminalité organisée et terrorisme,

• Le contrôle des cartels pétroliers.

Il ne faut pas oublier, entre-autres, que malgré les énormes réserves de combustibles fossiles (pétrole, gaz et charbon) présentes dans 21 pays africains, près de la moitié de la population du continent n’a pas d’électricité et un tiers de la population du continent vit en dessous du seuil de pauvreté.

En effet, les pays les plus pauvres du monde se trouvent sur le continent, qui comprend des pays producteurs de pétrole comme le Tchad et la Mauritanie !

Cela nécessite que les décideurs, en particulier dans les pays africains producteurs de pétrole, adoptent des politiques plus prudentes qui leur permettent de bénéficier des ressources épuisées dont Dieu les a bénis, et de créer un développement global et juste qui s’étend à tout le pays, et une coordination verticale et horizontale pour assurer un pouvoir de négociation africain face aux cartels pétroliers qui drainent ces richesses de manière injuste en l’absence de volonté politique.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here