Hydrocarbures et énergies renouvelables, un tandem qui place le pays au rang des hub énergétiques du continent africain

4
Hydrocarbures et énergies renouvelables, un tandem qui place le pays au rang des hub énergétiques du continent africain
Hydrocarbures et énergies renouvelables, un tandem qui place le pays au rang des hub énergétiques du continent africain

Africa-Press – Côte d’Ivoire. La politique énergétique de la Côte d’Ivoire est en marche. Le pays grâce à une stratégie ambitieuse qui repose sur deux piliers à savoir, l’exploitation optimisée de ses réserves d’hydrocarbures nouvellement découvertes et un engagement résolu vers la transition énergétique, est lentement mais sûrement en train de se bâtir une réputation de hub énergétique sur le continent.

Ainsi, en quelques années seulement, les découvertes des gisements Baleine (2021) et Calao (2024) ont fait entrer la Côte d’Ivoire dans une nouvelle ère énergétique. Déjà exportateur d’électricité au profit des pays voisins comme le Togo, le Mali, le Bénin, le Libéria, le Ghana ou encore la Sierra Leone et le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire à un excédent énergétique oscillant entre 10 et 20%.

Le gisement Baleine, découvert en 2021, et plus grand gisement pétrolier du bassin sédimentaire ivoirien, a vu son exploitation débuter fin 2023. Pour le Président Alassane Ouattara, cet exploit énergétique, vient contribuer aux objectifs du gouvernement en matière énergétique. Selon lui « la capacité de fourniture d’électricité de façon compétitive sera en conséquence, accrue, pour faire face aux besoins de l’économie et des ménages qui enregistrent une croissance annuelle d’environ 8%. De même, ce sont au minimum, 70 000 tonnes métriques de gaz butane par an, qui seront extraites du gaz naturel provenant de Baleine”.

Cette mise en service pour le moins rapide fait écho à la récente découverte d’un autre gisement pétrolier, soulignant le statut du pays en tant que puissance énergétique émergente.

En effet, début février, les autorités ivoiriennes ont annoncé une nouvelle découverte majeure en matière d’hydrocarbures, le gisement Calao. Situé à 45 km des côtes ivoiriennes, les estimations indiquent à l’heure actuelle une réserve avoisinant les 1 à 1,5 milliard de barils de pétrole. Considéré comme “la deuxième découverte la plus importante du pays” pour reprendre les mots de Bienvenu Essé, directeur général des hydrocarbures, ce nouveau gisement s’inscrit dans une perspective déjà bien entamée de progrès énergétique pour le pays. Ces récentes découvertes conduisent ainsi la Côte d’Ivoire à se hisser en tant que prochain acteur énergétique du continent africain. Cette ambition est telle que l’entrée du pays parmi les membres de l’OPEP est désormais sur la table des discussions.

Pour le ministre Mamadou Sangafowa Coulibaly “Si hier notre pays était un pays importateur net de produit brut, avec ces découvertes, nous allons passer dans un délai proche au statut d’exportateur net de produits pétroliers”, permettant ainsi au pays d’intégrer le club très fermé de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole.

Parallèlement à cet essor pétrolier, la Côte d’Ivoire est résolument engagée dans une quête de durabilité, témoignant de sa volonté de concilier développement économique et préservation environnementale. Le gisement Baleine, premier projet gisement pétrolier zéro émission en Afrique en est la parfaite illustration. L’exploitation vise à être plus respectueuse de l’environnement, avec notamment une production de gaz sous forme de GNL, moins polluant. Mais l’ambition du pays à verdir ses énergies ne s’arrête pas là.

La Côte d’Ivoire affiche pour objectif de porter la part des énergies renouvelables à 45% de son mix énergétique d’ici à 2030. Cette volonté se traduit par un déploiement ambitieux de projets verts. Du développement de centrales solaires photovoltaïques à l’investissement dans l’hydroélectricité, en passant par l’inauguration de fermes solaires comme celle de Boundiali, la Côte d’Ivoire diversifie ses sources d’énergie tout en promouvant l’accès à une électricité propre et abordable pour sa population.

À plus petite échelle, en plus d’assurer un développement économique et un nouveau positionnement pour le pays, ce mix énergétique impact directement la population. Face à ces multitudes de sources d’approvisionnement, l’amélioration de l’accès à l’électricité est érigée en priorité nationale. Premier État dans la zone UEMOA, et 16e sur le plan continental, le pays a connu un phénomène d’électrisation massif, et ce, sur une courte période.

Dans la lignée du Programme national du développement 2021-2025, le taux de couverture électrique est passé de 33% en 2012 à 87% à l’heure actuelle, rendant l’objectif d’une électrification totale du pays d’ici à 2025 plus que probable.

Ces initiatives, qui s’inscrivent dans une démarche globale de développement, reflètent la volonté de la Côte d’Ivoire de tendre vers un avenir dans lequel progrès économique et responsabilité environnementale vont de pair. Le pays combine ainsi judicieusement l’exploitation de ses ressources d’hydrocarbures avec un investissement massif dans les énergies renouvelables.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here