Le FMI et la Banque mondiale sous pression pour aider l’Afrique à se remettre sur les rails

3
Le FMI et la Banque mondiale sous pression pour aider l’Afrique à se remettre sur les rails
Le FMI et la Banque mondiale sous pression pour aider l’Afrique à se remettre sur les rails

Julian Pecquet – à Washington

Africa-Press – Côte d’Ivoire. À Washington, les institutions financières multilatérales sont appelées à réagir face au constat d’une reprise mondiale à deux vitesses dans laquelle l’Afrique craint d’être la grande oubliée.

Le rendez-vous est immuable, à la même saison chaque année et pourtant, la météo peut varier: alors que le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM) se réunissent jusqu’au 19 avril pour leurs réunions annuelles de printemps, la clameur en faveur d’une architecture financière plus juste se fait de plus en plus forte. L’inflation tenace, la hausse des prix de l’énergie provoquée par les tensions géopolitiques et les problèmes d’endettement persistants alimentent les troubles sur le continent africain et les appels en faveur d’un modèle financier alternatif qui jouerait en faveur de l’Afrique se font de plus en plus pressants.

« Une chose est claire: tout ralentissement de l’économie mondiale frappera forcément plus durement les pays en développement », a déclaré le secrétaire philippin aux Finances et président du G24, Ralph Recto, après la réunion du 16 avril des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales du groupe des pays en développement. « Si nous ne parvenons pas à prendre des mesures correctives rapides aujourd’hui, le monde en développement pourrait prendre encore plus de retard. »

« Nous sommes à un moment clé pour que la communauté internationale réfléchisse et étudie les causes de ce rejet », ajoute Baba Musa, directeur général de l’Institut ouest-africain de gestion financière et économique (Waifem). « Ils doivent comprendre le contexte africain et trouver un moyen d’écouter les problèmes et de les résoudre de manière réaliste. »

Beaucoup de pays en développement peinent à tourner la page de la pandémie

Ces avertissements constituent une bonne nouvelle pour l’économie mondiale, mais ils ne doivent pas occulter des données plus préoccupantes en provenance d’Afrique et d’autres pays en développement.

Alors que le FMI prévoit une accélération de la croissance pour les économies avancées dans ses dernières Perspectives de l’économie mondiale publiées le 16 avril, il annonce « un léger ralentissement dans les économies émergentes et en développement ». C’est compter sans d’éventuelles sanctions américaines ou une action contre l’Iran après son attaque contre Israël qui pourraient faire grimper les prix de l’énergie, alors même que les pays en développement sont à peine en train de se relever des conséquences de la pandémie de Covid.

« Nous prévoyons moins de traumatismes économiques que ceux connus lors des crises de ces quatre dernières années, même si les estimations varient selon les pays », analyse Pierre-Olivier Gourinchas, directeur du département des études du FMI. « L’économie américaine a dépassé sa tendance d’avant la pandémie mais désormais, mais nous craignons que les cicatrices soient plus profondes pour les pays en développement à faible revenu. Beaucoup peinent à tourner la page de la pandémie et de la crise du coût de la vie. »

La Russie attend dans les coulisses des Brics

Pour les autres pays, il est déjà trop tard. Du Gabon au Niger, les gouvernements civils se sont effondrés ces dernières années tandis que les populations – en particulier les jeunes – peinent à joindre les deux bouts. « Alors que nous luttons contre la crise, nous cherchons à mettre en place des instruments pour éviter qu’elle ne se reproduise », explique le Nigérien Abdoul Salam Bello, directeur exécutif du Groupe Afrique II au Conseil d’administration du groupe de la BM, qui couvre les pays du Sahel qui ont subi des coups d’État. Il pense que même si la nouvelle direction des institutions de Bretton Woods fait bouger les choses, il reste encore beaucoup à accomplir, notamment en simplifiant le processus d’approbation de l’aide financière afin de faire face rapidement aux urgences.

Dans un communiqué, le G24 propose une série de recommandations, notamment « la réforme des instruments de financement à court terme du FMI, l’augmentation du financement concessionnel en faveur des pays à faible revenu, la révision à la baisse des commissions et surtaxes du FMI et une canalisation accrue des DTS des pays donateurs vers les pays dans le besoin. »

Pendant ce temps, la Russie attend dans les coulisses. Alors que l’Éthiopie et l’Égypte rejoignent officiellement l’Afrique du Sud en tant que nouveaux membres africains du groupe des Brics, Moscou est impatient de tirer parti de ce groupe économique en pleine croissance pour contrer les sanctions occidentales suite à son invasion de l’Ukraine. Les ministres des Finances des Brics devraient se réunir cette semaine sous la présidence russe du groupe pour 2024.

« Le système actuel est basé sur l’infrastructure financière occidentale et sur l’utilisation de monnaies de réserve », déclarait le ministre russe des Finances, Anton Siluanov, lors d’une réunion des ministres des Finances et des gouverneurs des banques centrales des Brics au Brésil, le 27 février. « Ce système présente de graves défauts et est de plus en plus utilisé comme outil de pression politique et économique. Une autre raison en faveur d’une réforme du système monétaire et financier international est la fragmentation géo-économique qui résulte de l’abus des restrictions commerciales et financières. »

Source: JeuneAfrique

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here