Mine d’or de Tongon, la Direction qualifie de « dénigrement » la récente sortie du comité mixte des riverains et précise que « son personnel est constitué de 98% d’Ivoiriens »

5
Mine d'or de Tongon, la Direction qualifie de « dénigrement » la récente sortie du comité mixte des riverains et précise que « son personnel est constitué de 98% d'Ivoiriens »
Mine d'or de Tongon, la Direction qualifie de « dénigrement » la récente sortie du comité mixte des riverains et précise que « son personnel est constitué de 98% d'Ivoiriens »

Africa-Press – Côte d’Ivoire. Suite à l’article de KOACI sur la mine d’or de Tongon publié, le 25 février dernier, dans lequel le président du comité mixte des riverains de Tongon, dénonçait le mode de fonctionnement de la société et le privilège accordé à certaines entreprises étrangères dans la répartition des marchés au détriment des entreprises locales, les responsables de la mine d’or ont tenu à réagir.

Dans un message adressé à la rédaction de KOACI, ils jugent ” inexactes et tendancieuses” les déclarations du sieur Coulibaly, président du comité mixte des riverains de la mine d’or qui, selon eux, ” fustigent sur des motifs erronés le mode de fonctionnement de la Mine de Tongon”, avant de nous faire part “des observations qui visent uniquement à restituer la réalité des faits, afin de permettre à tous de se faire une idée vraie et juste”.

D’après la Direction de la société, le “Comité mixte des Riverains de la Mine de Tongon” dont le nommé M. Coulibaly se fait le porte-parole”, a ” adressé le 09 janvier 2024, un courrier à travers lequel nous prenions connaissance de son existence et dans lequel il exprimait que les actions entreprises par la Mine de Tongon relativement à la formation, au recrutement de la main d’oeuvre locale et à l’engagement d’entrepreneurs locaux sont insuffisantes.

En réponse, nous l’avions convié à une séance de travail pour lui fournir des explications des procédures de fonctionnement de notre société, afin qu’il constate le caractère erroné de ses observations et analyses”.

Elle ajoute par ailleurs, que pour éclairer la lanterne de M. Coulibaly sur le mode de fonctionnement de l’entreprise, “nous lui demandions de prendre l’attache du Comité de Liaison et de Développement communautaire de Tongon, présidé par le préfet, qui dans le cadre du développement local minier, est l’instance adéquate et compétente pour recueillir et traiter ces préoccupations”.

Malheureusement, selon la Direction, “M.Coulibaly et son comité refusent manifestement de coopérer et préfèrent continuer leur campagne de dénigrement, qu’ils croient bénéfique pour certaines parties prenantes”.

La société indique en outre, que les actions de M. Coulibaly et ses soutiens, ” ont d’ailleurs suscité de vives réactions de la part de groupes de Jeunes issus de plusieurs villages qui ne se reconnaissent pas dans lesdites actions et les contestent violemment”.

Sur le mode de recrutement des travailleurs, la société apporte la précision suivante: ” concernant la politique de Contenu Local de Tongon SA relativement aux emplois, nous voudrions vous faire remarquer que le personnel de la mine est constitué de 98% d’Ivoiriens. Parmi ceux-ci, 55% sont issus des villages environnants auxquels s’ajoutent 29% provenant de toute la région des Savanes et 14% des autres régions de la Côte d’Ivoire”, fait savoir la société.

Revenant sur les déclarations du comité mixte des riverains de Tongon qu’elle qualifie ” d’inopportunes” relativement aux nationalités des dirigeants de la mine de Tongon, la Direction de Tongon SA, fait noter que ” Barrick Gold Corporation étant une multinationale dont les filiales sont dans plusieurs États, la compagnie pratique une politique de transfert de compétences entre ses différentes entités. Ainsi, des responsabilités sont allouées à des Ivoiriens en RDC, en Tanzanie et au Mali tout comme des non-ivoiriens viennent également en appui de nos effectifs en Côte d’ivoire, chaque fois que de besoin. Il s’agit-là d’un moyen de favoriser l’émulation, de rendre le cadre de travail plus cosmopolite tout en atteignant le niveau de performance recherchée ; et ce, pour le bénéfice de l’ensemble des travailleurs de la compagnie et des parties prenantes,”.

Elle poursuit. ” Notre politique de développement du contenu local concernant les fournisseurs et autres prestataires de services consiste à accorder la préférence aux nationaux, à conditions équivalentes de qualité et de prix. S’agissant de l’Entreprise SAMA dont il fait mention dans l’article, nous l’avons fait évoluer de simple entreprise de service de transport en une entreprise de sous-traitance minière, avec un chiffre d’affaires qui croit chaque année, et ce, depuis plus de dix ans qu’il est inscrit dans nos livres. Nous avons suscité des contrats de joint-venture entre cette société et des entreprises expérimentées du secteur minier, afin de lui forger une expérience et l’aider à constituer progressivement la capacité financière, le personnel qualifié et les standards requis pour exécuter efficacement les contrats d’extraction de minerai”, précise la société Tongon SA.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here