Exclusif-Présidence de la FIF: Sylvain Takoué sort un livre-évènement sur Didier Drogba

4
Exclusif-Présidence de la FIF: Sylvain Takoué sort un livre-évènement sur Didier Drogba
Exclusif-Présidence de la FIF: Sylvain Takoué sort un livre-évènement sur Didier Drogba

Africa-PressCôte d’Ivoire. Alors que le Comité de normalisation de la FIFA a, depuis quelques temps, sérieusement repris les choses en mains pour régler durablement le brûlant dossier de la FIF en Côte d’Ivoire, le monde du football ivoirien va découvrir une autre nouvelle d’exclusivité. Celle d’un livre-évènement consacré à Didier Drogba, que vient de sortir le journaliste-écrivain ivoirien Sylvain Takoué. Intitulé « La Fif en jeu, un Joker appelé Didier Drogba », ce livre époustouflant, publié aux éditions Scripta, est, comme l’indique l’auteur lui-même, une véritable « plaidoirie pour le football ivoirien ».

Sur cette lancée, le journaliste-écrivain, connu comme un habile éveilleur de conscience en Côte d’Ivoire, propose son héros – il s’agit de Didier Drogba – comme l’homme de la situation pour assurer l’alternative à la présidence de la FIF. « Réveillons-nous. Ce livre, qu’on va lire, est le son de cloche de ce réveil. Il pousse un carillon formidable, qui résonnera continuellement en nous, chaque fois que nous penserons à Didier Drogba, l’homme de la sportivité et du fair-play. (…) La montée de Didier Drogba à la FIF, donne ainsi beau à voir, comme ce magnifique lever de soleil d’aurore, qui ne blesse pas, mais rend sensible, au moment où il rend le réveil matinal à ceux qui ont dormi la nuit. Il va donc faire jour sur le football ivoirien, avec l’arrivée de Didier Drogba à la FIF », écrit-il dans le livre. De la plume épique qu’on lui connaît, l’auteur s’en explique sur cet ouvrage qu’il consacre à l’homme-légende du football planétaire: « Ce livre défensif n’est pas comme un soldat qui apparaît, les armes en mains, au moment où la guerre est déjà finie. Non, il ne vient pas trop tard, il tombe à pic – et c’est un écrivain, c’est-à-dire un penseur libre, qui l’écrit, pour venir défendre aussi, la plume en main, et patriotiquement, une cause qui se joue des pieds : le football. S’il ne s’agissait que de quelqu’un d’autre, ce livre n’aurait sans doute jamais été ainsi pensé, ni publié. Mais il s’agit d’un sportif de haut niveau, qui, dans son domaine de définition et de prédilection, le football, est et reste une gloire planétaire, une légende, qui nous a fait vivre et vibrer l’épopée même du football sur les stades du monde. Il s’appelle Didier Drogba », martèle le journaliste-écrivain Sylvain Takoué. Qui estime que « C’est celui-là, notre héros national, que ce livre humble vient défendre, parce qu’il a contre lui une horde de personnes étrangement liguées, que l’on connaît bien, qui le combat et entend détruire son ambition de faire refleurir intelligemment le foot ivoirien, que l’on sait laissé à la merci d’une avancée de désert ». Prenant ainsi clairement fait et cause pour l’international ivoirien de renom, que l’on sait candidat à la présidence de la FIF, l’auteur, comme pour couper déjà court aux réactions et autres supputations qui pourraient se faire à l’encontre de son livre, se veut dissuasif et pacifique : « Ce n’est pas un livre qui vient faire débat, et encore moins faire le procès du sport, mais simplement faire passer un message patriotique dans les cœurs et dans les consciences », fait-il savoir encore. Et plus que la FIF qui est en jeu, l’auteur estime que « Ce qui pose, ensuite, le problème de l’enjeu de cette élection, c’est de sauver le foot ivoirien.

Le Joker national appelé Didier Drogba est, de l’avis des gens de bonne foi, mieux outillé à faire fonctionner un plan de sauvetage concret de notre football ivoirien – et c’est ce Projet-là, à juste titre baptisé « Renaissance », qu’il porte valablement ». Car, argumente-t-il avec réalisme, « C’est un vrai « plan Marshall » qu’il faut appliquer à la rescousse de ce secteur d’activité qui, s’il tombe entre les mains de ceux qui n’ont pour possibilité que de fonctionner en vase clos, connaîtra une détresse encore plus lamentable. C’est un secteur d’activité puissamment compétitif, qui a besoin d’un vrai challenger connu, reconnu et respecté à l’international, à qui l’on ouvre avec fierté toutes les portes du monde, et qui parle aux décideurs planétaires » (…) Quelle est donc la personne-ressource qui pourrait nous sortir de cette paysannerie sportive en Côte d’Ivoire ? Des noms comme ceux des adversaires de Drogba à cette élection, font-ils vraiment frémir la planète foot mondiale » ? s’interroge-t-il. Et pour mieux faire passer dans l’opinion son ouvrage comme lettre à la poste, le journaliste-écrivain joue surtout la carte de la logique et du consensus électoral, en expliquant que « Ce livre est un petit livre, mais il veut porter et amplifier les voix de ceux qui, en connaissance de cause, devront faire le bon choix du futur président de la FIF – et le monde entier voudrait que ce président-là fût Didier Drogba » !

Pour rappel dans le dossier de l’élection à la présidence de la FIF, le dispositif réglementaire est défini comme suit : 3 candidats sont en lice pour l’élection du futur président de la Fédération : Didier Drogba, Idriss Diallo et Sory Diabaté. Ils doivent, leurs projets en main, convaincre 81 votants à faire le meilleur choix sur leur personne. 76 clubs et 5 groupements d’intérêts sont aussi appelés à décider.

Il faut préciser que 14 clubs, de la ligue 1, disposent de 3 voix par club, soit au total 42 voix ; 24 clubs, de la ligue 2, disposent de 2 voix par club, soit au total 48 voix ; 38 clubs, de division 3, ont une voix par club, soit 38 voix ; et les 5 groupements d’intérêts disposent d’une voix par groupement, soit 5 voix. Selon l’auteur Sylvain Takoué, « Le candidat Didier Drogba est, des trois candidats en lice, le Joker qui intéresse tout le monde, que ce soit en Côte d’Ivoire ou à l’extérieur. La chose est sue ; elle est indéniable, irréfutable, irréversible. Mais sa remise en cause fait bruit et dispute ». Dans sa croustillante plaidoirie, le journaliste-écrivain indique que son « livre vient pour parler aux Ivoiriens et aux sportifs : ne désacralisons pas notre fétiche, ne cassons pas notre symbole, ne trainons pas notre honneur dans la boue – car Didier Drogba est notre fétiche, notre symbole, notre Honneur national ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here