La CEDEAO n’écarte pas de remettre en cause la levée des sanctions contre le Mali si les soldats ivoiriens ne sont pas libérés

5
La CEDEAO n'écarte pas de remettre en cause la levée des sanctions contre le Mali si les soldats ivoiriens ne sont pas libérés
La CEDEAO n'écarte pas de remettre en cause la levée des sanctions contre le Mali si les soldats ivoiriens ne sont pas libérés

Africa-Press – Côte d’Ivoire. Un sommet extraordinaire de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) va se tenir le jeudi 22 août 2022 en marge de la 77è Session de l’Assemblée Générale des Nations Unies à New York.

L’information a été confirmée ce mercredi par le président en exercice de l’Organisation ouest-africaine, Umaro Sissoco Embalo, lors d’un entretien accordé à nos confrères de RFI.

Parmi les sujets à l’ordre du jour, il sera question de l’affaire des 46 soldats ivoiriens détenus à Bamako depuis le 10 juillet, et qui est source des tensions dans les relations en le Mali et la Côte d’Ivoire.

« Evidemment nous allons discuter le sujet des 46 soldats ivoiriens détenus à Bamako. (…) Moi je pense que ce ne sont pas des mercenaires. Moi à la place des maliens, je pouvais relâcher ces 49 soldats (…) », a indiqué le chef de l’État bissau-guinéen.

A propos des échanges entre les soldats ivoiriens et les opposants maliens exigés par la junte au pouvoir voici sa réponse :

« Ce n’est pas à moi d’être d’accord ou pas. Si j’étais à la place des Maliens, je n’aurai pas mis cette condition. Ce n’est pas prévu de rencontrer la délégation malienne ici à New York. Depuis que j’ai pris les fonctions de président en exercice de la CEDEAO, je n’ai eu aucun contact avec le président Assimi Goïta… »

S’il n’y a pas de dénouement, Umaro Sissoco Embalo et ses pairs n’écartent pas de remettre en cause la levée des sanctions contre le Mali.

« Tout est possible. Tout est sur la table, on va réexaminer les sanctions parce que, on ne peut pas aussi banaliser notre organisation sous-régionale. Il y a des principes de la CEDEAO, tout le monde doit suivre ses principes », a-t-il soutenu.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Côte d’Ivoire, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here